En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Aux États-Unis, partager son mot de passe Netflix pourrait faire de vous un délinquant

Si vous êtes de passage chez l'Oncle Sam, ne confiez pas votre mot de passe Netflix à votre entourage, vous risqueriez des poursuites judiciaires juste parce que votre pote a voulu mater la dernière saison d'Orange Is the New Black.

oitnbcrime

©️ Netflix

C'est une astuce bien connue des abonnés Netflix et de leur entourage. Vous avez enfin décidé de vous payer un forfait pour profiter des films et séries disponibles sur la plateforme américaine. Quelque temps plus tard, vous proposez gentiment à un ami de lui passer vos identifiants pour qu'il puisse apprécier le contenu à son tour.

Vos potes sympas vous proposeront de partager le coût de l'abonnement. Les gros radins en revanche en profiteront gratuitement. Dans les deux cas, vous serez satisfait d'être une personne cool et de partager vos séries préférées avec vos amis. Mais cette générosité pourrait bien vous valoir une convocation inopinée devant le tribunal.

En effet, trois juges d'une cour d'appel des États-Unis, siégeant à San Francisco, ont statué que partager son mot de passe privé avec un tiers était considéré comme un délit. Ce geste irait effectivement à l'encontre du "Computer Fraud and Abuse Act", un texte juridique qui protège les données privées des utilisateurs d'ordinateurs.

Un délit involontaire

Si les juges se sont intéressés à ce cas en particulier, c'est en partie à cause de David Nosal, un ancien employé du cabinet de recrutement Korn/Ferry. David Nosal est accusé d'avoir illégalement téléchargé des données de l'entreprise, à des fins personnelles, en empruntant le mot de passe d'un autre employé toujours en poste chez Korn/Ferry.

David Nosal est désormais poursuivi pour hacking : les données rassemblées étaient censées lui servir pour lancer sa propre boîte, ce que Korn/Ferry n'a pas vu d'un très bon œil.

Mais en quoi cela a-t-il un rapport avec le fait de partager son mot de passe avec un pote pour qu'il puisse binge-watcher au calme la dernière saison de Marvel's Daredevil ? Le texte du "Computer Fraud and Abuse Act" est assez évasif sur ce point mais, techniquement, quiconque divulgue les codes permettant d'accéder à une plateforme de streaming peut être considéré comme complice d'un possible hacking.

Interrogé par Fusion, le juge Stephen Reinhardt explique que "si Netflix le veut, ils peuvent poursuivre leurs utilisateurs". Il reconnaît toutefois que ce partage d'identifiants est souvent fait innocemment :

" Ce dossier se concentre sur le partage des mots de passe. Les individus prêtent fréquemment leurs mots de passe, en dépit du fait que les sites Internet et les employés ont des règles qui l'interdisent.

De mon point de vue, la loi du 'Computer Fraud and Abuse' ne fait pas des millions d'individus qui s'engagent dans cette pratique courante, utile et généralement inoffensive, des criminels."

Rassurez-vous donc, vous pouvez continuer à être la bonne poire qui a Netflix et fait profiter ses potes du contenu disponible !