L’épisode "What Comes After", qui signe le départ de Rick dans The Walking Dead, décrypté

On efface (presque) tout, et on recommence.

© AMC

Il y a huit ans déjà, c’est à travers ses yeux que l’on découvrait le monde impitoyable de The Walking Dead. Laissé pour mort dans un hôpital désaffecté, le shérif Rick Grimes se réveillait en plein cauchemar, seul dans un monde post-apocalyptique grouillant de zombies. Déjà doté d’un instinct de survie assez exceptionnel et des qualités de son ancien métier de flic, l’homme trouvait le moyen de s’en sortir, et partait à la recherche de sa famille, alors constituée de Lori et son fils Carl.

Neuf saisons plus tard et d’innombrables pertes de proches au compteur, l’épisode 5 de la saison 9, "What Comes After", reprend là où tout a commencé, dans cette chambre d’hôpital où Rick va bientôt se réveiller. Sauf que cette fois, l’homme hallucine. En réalité, il est empalé contre un tas de ferraille et va passer l’épisode à lutter pour sa vie et à chercher un sens à sa vie par la même occasion. The Walking Dead n’a jamais été une série philosophiquement très compliquée à analyser. Depuis le début, elle propose des variations autour du thème de la survie : jusqu’où êtes-vous prêt à aller pour protéger les vôtres ? Où se situe la barrière morale dans un monde aussi sombre où le moindre moment d’inattention peut conduire à une mort certaine ? À quoi bon d’ailleurs s’attacher à autrui, puisque comme le sait très bien quelqu’un comme Rick (mais aussi Maggie), malgré tous vos efforts, il y a toutes les chances que vous assistiez à la mort brutale de vos proches ? En un mot pourquoi continuer…

Boucler la boucle

À grand renfort de retrouvailles fantasmées et de clins d’œil à la mythologie de la série, les scénaristes tentent de trouver des réponses pour leur personnage principal. Rick revoit d’abord Shane (Jon Bernthal), son meilleur ami devenu ennemi et un des protagonistes favoris des fans de The Walking Dead. Aussi l’un des premiers à passer l’arme à gauche et à nous faire comprendre que dans TWD, tout le monde peut mourir. Enfin presque… Comme dans le pilote de la série, les deux hommes mangent un burger dans leur voiture de police, et se retrouvent sur les lieux de l’accident qui plongea Rick dans le coma.

Le temps de régler quelques contentieux – "Comment va ma baby girl ?", demande un Shane sûr d’être le père de Judith –, d’admettre, pour Rick, qu’il se sent coupable d’avoir tué son bro (en même temps, ce dernier ne lui avait pas laissé le choix), et voilà notre héros de nouveau d’aplomb pour tenter de survivre face aux zombies. Shane représente sa rage, celle qui lui permet de prendre les décisions difficiles qui l’ont mené jusqu’ici, lui et son groupe. Il symbolise aussi une certaine notion de la "famille" que Rick cherche pendant tout l’épisode, puisqu’il est le père biologique de Judith.

Les burgers du pilote. (© AMC)

Les burgers de l’hallu de Rick. (© AMC)

Shane et Rick dans le pilote de TWD. (© AMC)

Shane et Rick dans l’épisode 5 de la saison 9. (© AMC)

Une autre image très forte du pilote, qui a installé l’ambiance et l’esthétique visuelle de The Walking Dead, c’est celle de Rick, sur son cheval, face à ce qui reste d’Atlanta. Elle a même servi de poster de promotion. On retrouve quasiment la même dans l’épisode diffusé dimanche, sauf que le cheval de Rick est blanc et surtout qu’il se traîne derrière lui une flopée de zombies. Mais le message est clair : cet épisode sert à tourner une page et à rendre hommage au personnage incarné avec justesse par Andrew Lincoln depuis près d’une décennie.

Le plan du pilote. (© AMC)

Le plan dans l’épisode 5 de la saison 9, "What comes after". (© AMC)

Un peu plus tard, alors que Rick tente toujours, en pleine agonie, d’éloigner les zombies d’Alexandria, il fait face à une nouvelle hallucination qui le ramène dans la ferme de Hershel Green, le père de Maggie. Un moment d’autant plus émouvant que l’acteur qui l’incarne, Scott Wilson, est décédé le 6 octobre dernier. Dans la série, le personnage avait connu une mort violente et cruelle, en étant décapité par le Gouverneur. D’ailleurs, rongé par sa culpabilité de bon chrétien, l’autoproclamé sauveur de l’Humanité, Rick, se reproche encore cette mort, comme celle de Shane, et s’excuse auprès de Hershel. Depuis trop longtemps, il a endossé le rôle de leader, et pense être responsable de tout le monde. Mais la transmission se fait naturellement. Le vieil homme est là pour le lui rappeler. "Ma fille est forte. Et son enfant ne fera que la rendre plus forte.", lui dit-il. La scène se déroule à la ferme, ce même lieu où Hershel avait accueilli, un peu froidement au début, Rick et son groupe en saison 2.

Hershel et Rick quand les deux hommes se rencontrent en saison 2 dans "Bloodletting". (© AMC)

Rick et Hershel dans la saison 9. (© AMC)

Le dernier fantôme du passé avec lequel va discuter Rick n’est pas Carl ou Lori (dont on entend la voix lui demander "Quelle est ta blessure ?" avant qu’il ne voie Shane au début de l’épisode), mais Sasha (Sonequa Martin-Green), tuée dans l’épisode 16 de la saison 7 par Negan. On part là sur une dimension plutôt philosophique de l’existence humaine. Notre maître Yoda post-apocalyptique explique à Rick : "Certaines petites choses prennent fin. Mais ce n’est jamais la fin de tout, parce que nous ne mourrons pas." Dans le cas du cow-boy, c’est particulièrement vrai.

©AMC

Après avoir retrouvé "sa famille", ou du moins une partie en voyant Michonne en hallucination, Rick est prêt au sacrifice ultime. Pour stopper les zombies, il ne peut que faire exploser le pont qu’il vient de traverser, sous les yeux horrifiés de ses proches qui le croient mort, dont un Daryl en larmes.

© AMC

Mais non, Rick ne mourra pas en héros, comme Tom Hanks dans Il faut sauver le soldat Ryan, qui devait faire sauter un pont. C’était sans compter Jadis et un projet de film The Walking Dead en cours ! Pour justifier la non-mort du leader d’Alexandria, la showrunneuse Angela Kang fait appel à un hélicoptère. Un nouveau clin d’œil au pilote, qui en avait un aussi, et au début de cet épisode, où Rick a une vision de lui-même dans sa chambre d’hôpital. Il regarde par la fenêtre et voit des dizaines d’hélicoptères foncer vers lui.

©AMC

On n’en saura pas plus, pour l’instant, sur ce sauvetage final légèrement improbable qui veut dire deux choses : d’abord, que l’on reverra Rick, a priori sur grand écran donc. Si ce projet n’était pas dans les tuyaux, les scénaristes de The Walking Dead auraient-ils pour autant tué leur leader ? Rien n’est moins sûr. Avant eux, bien des personnages principaux de séries ont survécu de façon peu crédible alors qu’ils auraient dû logiquement mourir (coucou Dexter).

On oublie souvent que les personnes qui les écrivent et les ont fait vivre pendant toutes ces années ont aussi tout simplement du mal à les laisser partir. En particulier quand ils sont aussi indispensables que Rick Grimes à The Walking Dead. Voilà donc ce dernier miraculeusement sauvé. Il pourra revenir, imaginons, dans quelques saisons ou dans dix ans, pour la fin officielle du show, sait-on jamais.

L’hélico devant lequel tombe Rick dans le pilote. (© AMC)

L’hélico qui va sauver Rick dans l’épisode 5 de la saison 9. (© AMC)

La dernière image de Rick. (© AMC)

Mais si l’épisode s’intitule "What Comes After", ce n’est pas pour rien. De manière astucieuse, il s’achève non pas avec Rick et son hélicoptère, ce deus ex machina (un élément providentiel qui sort de nulle part pour débloquer une situation dramatique), mais par un nouveau saut dans le temps d’environ six ans. Dans un bois, un petit groupe de personnes est sur le point de se faire bouffer par des zombies, quand il est secouru, in extremis par… une enfant d’une dizaine d’années. La nouvelle badass girl porte un chapeau de cow-boy et un petit katana (Rick + Michonne). Elle s’appelle Judith Grimes.

Meet Judith Grimes. (© AMC)

Les bases d’une nouvelle génération de survivants sont posées pour le reste de cette saison 9, qui aura vraiment tout bouleversé. L’histoire est un éternel recommencement, nous dirait Sasha. Reste à savoir si les spectateur·rice·s auront envie de poursuivre l’aventure avec eux.

En France, The Walking Dead est diffusée sur OCS.