En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Alexandre Astier nous donne des nouvelles du film Kaamelott

C’est pas mort mais c’est pas non plus pour demain.

© M6

C’est un vieux serpent de mer depuis la fin de la série Kaamelott sur M6 en 2010 au terme de ses six saisons. Au fil du temps, Alexandre Astier a confirmé qu’il planchait sur une suite des aventures du roi Arthur et des chevaliers de la Table ronde, qui prendrait la forme d’un film. Il fut un temps question d’une trilogie, qui devait même entrer en production en 2017.

Interviewé mardi 2 janvier sur France Inter par Antoine de Caunes, qui incarnait d’ailleurs le Seigneur Dagonet dans la série, Alexandre Astier a répondu à son vieux complice : "Il se passe qu’il faut le faire bien ! Il ne faut pas que ce soit seulement une comédie avec que des vannes à la con. Il faut que ce soit un film avec tout dedans – et tout dedans c’est compliqué."

Sur le ton de la blague, l’animateur s’emporte : "Ça fait des années qu’on en parle de cette histoire, qu’est-ce qui se passe avec Kaamelott nom de Dieu ?!" Et bien, comme beaucoup de films qui ne voient pas le jour, c’est une histoire de gros sous, répond en filigrane Alexandre Astier. Le créateur manque de moyens pour réaliser sa vision et ne veut pas se compromettre ou réduire le temps de son film.

"Il est écrit. Simplement, voilà, il faut trouver des sous. Je ne vais pas m’en sortir avec un film de 1 h 25. Ça ne dépend pas que de moi, vous vous doutez bien que je ne vais pas faire ça tout seul dans ma cave. Il faut que je trouve un petit plus de sous en fait, c’est un film de près de deux heures, c’est compliqué à monter."

Et le réalisateur de conclure : "Tout va bien." On a du mal à comprendre comment les producteurs de ciné peuvent laisser passer l’opportunité de porter une franchise aussi connue et appréciée que Kaamelott sur grand écran quand bon nombre de comédies françaises médiocres voient le jour chaque mois… Il serait peut-être tant de considérer le roi Astier en tant que tel, parce qu’il va commencer à en avoir gros sur la patate.