En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Coup de cœur websérie : All You Need Is Me, la success-story électrique d’un groupe de rock british

Quand un groupe anglais 100 % rock’n’roll s’impose à LA, ça donne une série digitale feel good à mater sur Studio+ pendant ses trajets en métro.

Percer dans le domaine musical et faire son nid au cœur de la scène hollywoodienne : beaucoup en rêvent, et pourtant peu y parviennent. Les membres éclectiques de Flynn Six, rock band originaire des quartiers bobo de Londres, font partie de cette minorité. Après avoir atterri dans le viseur de Stacey Levine, directrice d’un label américain archiconnu, le charmeur Johnny et ses acolytes sont propulsés au top des charts et décrochent une notoriété qu’ils n’auraient pu anticiper. De Camden Town à Los Angeles, de l’ombre à la lumière, leur train de vie change au même rythme que l’amitié qui les lie.

Raconter en dix épisodes d’une dizaine de minutes l’ascension fulgurante d’un petit groupe de rock, il fallait le faire et c’était un défi pour le moins conséquent. Relevé haut la main ? Oui, en partie. All You Need Is Me, la dernière production digitale de Studio+, fait les présentations avec ses musicos hauts en couleur qui passent de l’anonymat à une carrière internationale. Manque de budget oblige, on peine à ressentir le côté étourdissant de la célébrité. Néanmoins, cette petite websérie sans prétention se distingue par bien d’autres aspects, notamment ses personnages.

© Studio +

Brièvement apparu dans Game of Thrones sous les traits du regretté Trystane Martell, le jeune Toby Sebastian incarne avec brio Johnny, le leader caractériel du groupe qui adore collectionner les conquêtes féminines. Bref, le type de gars qu’on adore détester. Sa relation rarement tendre et souvent conflictuelle avec les autres membres de Flynn Six est un point clé de la série. Les liens entre les différents musiciens rappellent sans équivoque le long-métrage français Bus Palladium (Toby Sebastian et Arthur Dupont ont d’ailleurs un petit air de ressemblance).

Par son essence même, All You Need Is Me fait écho à une dramédie phare ayant pour but de dépeindre la scène hollywoodienne sous un nouveau jour. Vous l’avez ? Yes, on pense à Entourage. Ici, les gars de la série, et les dialogues qu’ils échangent lorsqu’ils se retrouvent en petit comité, font penser à Vincent Chase et ses potes. L’alchimie entre eux est bien présente, ce qui contribue indubitablement à l’atmosphère détendue et légère des épisodes qui composent cette première saison.

Au bout du compte, la websérie de Studio+ met en lumière de façon efficace (bien que parfois superficielle, faute de temps à cause du format imposé) les travers de cette gloire inopinée. Sans jamais tomber dans un pathos gratuit et pesant, All You Need Is Me dépeint justement la détresse émotionnelle de ses protagonistes. Décomplexée, feel good et généreuse, cette série digitale a tout pour plaire. On garde encore en tête son générique, un morceau interprété par le leader des Flynn Six himself.

La série All You Need Is Me est à découvrir sur l’appli mobile Studio+ ou sur son site dédié.