L’anti-Gomorra est arrivée, elle s’appelle Il Cacciatore

Présentée lors du Festival Canneseries, Il Cacciatore s’inscrit dans la longue tradition des œuvres du petit et grand écran sur la mafia italienne.

© Rai

Tandis que Gomorra et sa nouvelle génération de mafieux sans foi ni loi cartonnent en Italie et dans le monde, la Rai diffuse actuellement une autre série sur un sujet similaire, mais au traitement radicalement différent, à plus d’un titre. Si les deux séries s’appuient chacune sur un livre témoignage (les mémoires du juge anti-mafia Alfonso Sabella pour celle qui nous intéresse aujourd’hui), les similarités s’arrêtent ici. Il Cacciatore raconte l’avant-Gomorra et du point de vue non pas des criminels mais de ceux qui les traquent.

La série se déroule en 1993, à Palerme, en Sicile, berceau de la Cosa Nostra qui y fait alors régner la terreur à coups de règlements de compte, atteignant aussi des civils. Saverio Barone, un jeune procureur aux dents longues, va contribuer à faire tomber son boss corrompu. Il est alors repéré et recruté par le chef de l’unité de la lutte anti-mafia à Palerme. La série est librement inspirée de l’histoire du vrai juge Alfonso Sabella, devenu une personnalité iconique en Italie. Surnommé "Le chasseur" ("Il Cacciatore"), il a aidé à la capture de plus de 300 mafieux au cours de sa carrière. Ses intuitions sont brillantes mais ses méthodes et son comportement lui ont valu la réputation d’être un homme ingérable.

Le pilote débute au moment où Saverio se lance tête baissée dans son combat, sans forcément réfléchir aux conséquences de sa nouvelle carrière d’incorruptible sur sa vie privée. Parallèlement – et là on appuie sur un des tropes du genre mafieux – un jeune papa sorti de prison est pris à l’essai comme chauffeur du chef de la Cosa Nostra. Le classique parcours du jeune candide en galère, qui va découvrir les codes de la mafia sicilienne en même temps que nous. Ce n’est pas forcément le plus passionnant.

Un juge, un mafieux et des moustaches

© Rai

Non vraiment, le point fort de cette énième série scrutant les agissements de la mafia et ses répercussions sur la société civile réside dans le choix, plutôt rare en général, de s’intéresser au juge. Alors, sur le papier, c’est beaucoup moins sexy que les jeunes voyous de Gomorra. Heureusement, on peut compter sur un petit effet rétro 90’s des plus agréables, mais aussi sur la moustache et le charisme de son interprète, Francesco Montanari, qui n’a pas volé son prix d’interprétation récemment remporté à Canneseries. Séducteur, déterminé, sûr de lui et en même temps un peu inconscient de la guerre dans laquelle il s’embarque, il incarne un personnage à mi-chemin entre le héros (il est du bon côté de la barrière morale) et l’antihéros. Il n’a pas d’états d’âme, fait les choses à sa manière, se moquant bien des conséquences de ses actes sur autrui, et met ses proches à bonne distance de ses choix.

Évidemment, la vie personnelle de Saverio va être bouleversée par cette carrière dans la lutte anti-mafia, qui est davantage une opportunité sur laquelle il a sauté qu’une réelle vocation. Sa relation avec sa petite amie de longue date, Vincenzina, va notamment prendre un nouveau tournant, sachant que l’un des moyens de représailles favori de la Cosa Nostra est de s’en prendre aux proches de leurs ennemis, quand celui-ci est hors d’atteinte. Une scène montre tout ce qui attend le futur juge : son boss entre dans une voiture après une rencontre avec sa hiérarchie, entouré de plusieurs voitures et harnaché d’un gilet par balles.

Alors certes, Il Cacciatore ne réinvente pas la roue dans le genre ultrabalisé des œuvres sur la mafia. Les Incorruptibles de Brian De Palma s’intéressaient déjà au parcours du combattant de la police contre une organisation criminelle sanglante. Narcos l’a fait aussi, tout en se focalisant davantage sur les figures des criminels, de Pablo Escobar au cartel de Cali. Les amateurs du genre y trouveront toutefois leur compte en découvrant cette nouvelle histoire bien ficelée.

La saison 1 d’Il Cacciatore, composée de 12 épisodes, est actuellement diffusée sur la Rai en Italie, elle n’a pas de diffuseur français pour le moment.