En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Le créateur de Black Mirror affirme que certains épisodes sont interconnectés

L’ingénieux Charlie Brooker revient sur ses propos et assume de lier certains épisodes de son anthologie dystopique.

© Netflix

Et si tous les microcosmes de chaque volet de Black Mirror appartenaient finalement à un seul et même univers ? Improbable, mais (potentiellement) vrai. Tandis que Charlie Brooker, le showrunner de l’anthologie britannique, niait jusqu’ici les liaisons possibles entre chaque épisode, ce dernier décide finalement de revenir sur sa déclaration initiale. Dans une interview exhaustive pour The Hollywood Reporter, il admet avoir reconsidéré sa décision :

"Ma réponse à ce niveau a finalement changé. J’avais toujours pris l’habitude de dire qu’on ne faisait que s’amuser. Et pourtant, on a fait certaines scènes où l’on fait explicitement référence à d’autres épisodes. Je pense que la règle, c’est que ça rejoint l’univers à part entière dès lors qu’un personnage référence quelque chose de façon explicite. De plus, ils appartiennent au même univers onirique. Il y a une ligne de dialogue dans 'Hated in the Nation' où quelqu’un mentionne un crime qui a eu lieu dans 'White Bear'."

Si les technologies montrées dans un seul épisode ont de quoi nous faire flipper, on n’ose même pas imaginer ce que ça donnerait si toutes les horreurs des volets de Black Mirror avaient lieu en simultané. Dès que les propos de Charlie Brooker ont été rendus publics, une poignée de fans s’est mise à pointer du doigt l’incohérence du concept. Par exemple, l’épisode "Fifteen Million Merits" (mais si, l’épisode façon The Voice qui dérape) faisait état d’une société complètement asservie et cloisonnée, ce qui n’est clairement pas le cas dans les autres chapitres du show.

De fait, on peut tout simplement supposer que seulement certains univers sont interconnectés, créant plusieurs bulles narratives disparates au sein même de l’anthologie. En parallèle, toujours auprès de The Hollywood Reporter, Charlie Brooker admet avoir songé à une suite pour le tant apprécié "San Junipero". Malheureusement, bien que l’idée de revisiter cet univers doux-amer lui semble tentante, ce ne sera pas de sitôt, considérant que l’histoire des amoureuses Yorkie et Kelly est bel et bien bouclée.

L’intégralité des trois premières saisons de Black Mirror est disponible dès maintenant sur Netflix.