Candice Patton et Ashleigh Murray, les héroïnes de The Flash et Riverdale, ont été victimes de critiques racistes

Castées pour incarner des personnages habituellement blancs dans les comics, les actrices Candice Patton, de The Flash, et Ashleigh Murray, de Riverdale, ont dû faire face à un lourd contrecoup de la part de puristes clairement racistes.

© The CW

Depuis quelques années, Candice Patton et Ashleigh Murray sont respectivement à l’affiche de The Flash et Riverdale, deux séries phares du réseau américain de télévision The CW. Et si elles ont acquis une certaine notoriété grâce à ces shows, leurs débuts à l’écran n’ont pas été radieux. Les personnages qu’elles incarnent, à savoir Iris West et Josie McCoy, sont tirés de comics et ont jusqu’ici été représentés comme étant de type caucasien.

Alors quand deux comédiennes noires ont été castées, les trolls racistes n’ont pas perdu de temps pour faire part de leur mécontentement, comme l’atteste Candice Patton lors d’un panel au Play/Ground Festival :

"Pour moi, Iris West était traditionnellement blanche dans les comics. Et vous savez, les fans de comics ont des idées très arrêtées et aiment faire du bruit. C’était effrayant d’endosser ce rôle quand j’ai commencé la série. Je me souviens que notre producteur exécutif à l’époque m’avait dit de ne pas aller voir en ligne. Mais ce qui est bien, c’est qu’avec le temps, les gens ont accepté le personnage. […] Pour les années à venir, ils vont se souvenir d’Iris West comme étant afro-américaine. Et ça, c’est très, très cool."

De son côté, Ashleigh Murray a connu la même expérience lorsqu’elle a accepté d’incarner Josie, la leadeuse des Pussycats dans Riverdale, habituellement dépeinte comme une rouquine blanche introvertie. Présente au même panel, l’actrice s’est exprimée sur les difficultés initiales qu’elle a rencontrées :

"On me disait aussi 'ne va pas sur Internet, ne regarde pas sur les réseaux sociaux'. Et j’ai vu des personnages tenir des propos vraiment malheureux, mais il y avait tellement de joie, de gratitude et de soutien au-delà de cette négativité que ça a pris le dessus. Maintenant, c’est juste des bruits de fond. Je n’y fais plus vraiment attention. Et c’est probablement grâce à Candice, parce qu’elle a dû traverser ça avant moi. La transition s’est peut-être faite un peu plus facilement."

"Si je dois faire face à du harcèlement en ligne pour qu’une fille qui me ressemble n’ait pas à subir ça dix ans plus tard, alors ça vaut le coup, affirme Candice Patton, toujours à l’affiche de The Flash. Je peux encaisser". Malheureusement, ce sont très souvent les femmes qui sont victimes de ce genre d’attaques lorsqu’il s’agit d’œuvres inspirées de comics. L’année dernière, Gal Gadot avait été largement critiquée par les mordus de l’univers DC parce qu’elle n’avait soi-disant pas assez de poitrine pour interpréter Wonder Woman.