Canneseries dévoile sa compétition officielle pour sa première édition

Il y a du beau monde.

© Canneseries

Ce mardi 13 mars, à moins d’un mois de la toute première édition de Canneseries, l’équipe organisatrice menée par Fleur Pellerin et David Lisnard, le maire de Cannes, a dévoilé la compétition officielle et la programmation globale de ce nouveau festival de séries, qui se déroulera sur la Croisette du 4 au 11 avril au Palais des festivals, en parallèle du MIPTV (le marché international des programmes de télévision, dédié aux pros).

L’événement s’articulera autour d’une compétition officielle internationale comprenant 10 séries : Aquí en la tierra (Mexique), la première série cocréée par Gael García Bernal avec Kyzza Terrazas et Jorge Dorante explorera la corruption et les crimes commis en toute impunité par l’une des familles les plus influentes de Mexico. Cacciatore (Italie) de Marcello Izzo, Silvia Ebreul et Alfonso Sabella sera une nouvelle série sur la mafia italienne qui se base sur un livre écrit par le juge antimafia Alfonso Sabella, ce dernier ayant enquêté sur la Cosa Nostra pendant de nombreuses années. Prends garde à toi Gomorra ! Très attendue également, la nouvelle série de Phoebe Waller-Bridge, Killing Eve, va mettre en scène le face-à-face tiré au cordeau entre une détective incarnée par Sandra Oh et une jeune psychopathe au comportement glaçant.

Figurent aussi dans la compétition : Félix (Espagne) de Cesc Gay, Miguel (Israël) de Tom Salama et Daphna Levin, Mother (Corée du Sud) de Park Jee-Young, State of Hapiness (Norvège) de Mette M. Bølstad, The Typist (Allemagne) de Nina Grosse, Undercover (Belgique) de Nico Moolenaar et When Heroes Fly (Israël) d’Omri Givon.

© RedProductionCompany

Ce sera au jury présidé par Harlan Coben de rendre son verdict le 11 avril. L’écrivain et showrunner, qui présentera hors compétition sa nouvelle série, Safe, avec Audrey Fleurot et Michael C. Hall, sera épaulé par les actrices Paula Beer (Allemagne) et Melisa Sözen (Turquie), la scénariste et réalisatrice Audrey Fouché (France), le compositeur Cristobal Tapia de Veer (Chili/Canada) et l’acteur Michael Kenneth Williams (USA) pour faire son choix.

Le jury remettra 6 prix Canneseries, designés par l’artiste californien Steven Harrington : la musique, le scénario, l’interprétation, le prix spécial d’interprétation, la meilleure série digitale (qui dispose d’un jury digital séparé) et la meilleure série. La soirée de clôture sera animée par Kyan Khojandi, l’un des papas de Bref, et retransmise en direct et en clair sur Canal+.

En parallèle de la compétition officielle, les festivaliers pourront découvrir trois séries hors compétition : la saison 3 de Versailles en ouverture, puis La Vérité sur l’affaire Harry Québert et enfin Safe en clôture. L’événement comportera aussi un volet Canneseries Digital, composé de 10 séries à découvrir, des soirées baptisées Canneseries Addict autour des séries Un village français, Chérif ainsi que les séries courtes Bref, Bloqués et Serge le Mytho.

Plusieurs masterclass sont également au programme, animées par Dominique Moïsi qui a écrit le livre La Géopolitique des séries, le scénariste Frédéric Krivine, l’auteur Harlan Coben, le réalisateur Jean-Jacques Annaud ou encore l’acteur Michael C. Hall. Les membres du Jury Digital (dont l’identité n’a pas encore été dévoilée) offriront aussi des masterclass accessibles à tous. Et puis Olivier Joyard présentera également son nouveau documentaire, Les Génériques de séries.

Les projections seront gratuites et accessibles à tous. La billetterie ouvrira en ligne le lundi 19 mars à 10 heures.