En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Les catcheuses badass de GLOW reviendront botter des culs dans une saison 2

Le premier qui écrit #RenewSense8 dans les com se prend une clé de bras.

© Netflix

Jenji Kohan et Netflix, c’est une affaire qui roule. La showrunneuse d’Orange Is the New Black peut sabrer le champagne : son dernier bébé, GLOW, dont elle est productrice exécutive, vient d’être renouvelé pour une deuxième saison, composée de dix épisodes. Les créatrices et showrunneuses Liz Flahive et Carly Mensch seront de nouveau aux commandes.

Inspirée du premier vrai show télé mettant en scène des catcheuses dans les années 1980, GLOW dépeint les débuts d’une poignée de femmes arrivées pour la plupart par hasard sur le projet, et qui vont y trouver un épanouissement inattendu. C’est le cas de l’héroïne, Ruth (impeccable Alison Brie), actrice galérienne qui trouve un rôle à sa (dé)mesure en devenant une caricature de méchante russe sur le ring. Elle sera opposée à son ex-BFF Debbie (Betty Gilpin), une ancienne star de soaps qui n’en peut plus de jouer les femmes au foyer et se réinvente sur le ring en Miss America.

Le casting de GLOW, complètement éclectique, se compose aussi de l’humoriste Marc Maron, la chanteuse Kate Nash ou encore la catcheuse pro Kia Stevens. Et ça fonctionne. On n’est pas franchement étonnés de voir ce show renouvelé par Netflix : en termes d’ADN et d’image de marque, GLOW représente ce qui a fait le succès critique de la plateforme depuis Orange Is the New Black. La série dresse des portraits de femmes dans toute leur diversité et leur complexité, le tout en gardant un ton plutôt humoristique. Elle se fait le chantre d’un féminisme inclusif parfaitement dans l’air du temps. On ne va surtout pas s’en plaindre.