On connait le casting de Central Park Five, la mini-série d’Ava DuVernay pour Netflix

Une distribution quatre étoiles pour une série prometteuse inspirée de faits divers.

© A&E / © SundanceTV

Mise en chantier il y a déjà presque un an, Central Park Five passe la vitesse supérieure avec l’annonce de premiers noms au casting. Prévue sur Netflix pour 2019, cette mini-série sera produite, scénarisée et réalisée par Ava DuVernay. Pour la piqûre de rappel, c’est à elle qu’on doit l’acclamé Selma ainsi que la série injustement méconnue Queen Sugar dont elle est la créatrice et productrice exécutive. Et pour sa nouvelle collaboration avec le géant du streaming (elle était déjà derrière le docu 13th), la réalisatrice s’attaque à une affaire de taille.

Comme son titre le suggère, cette prochaine mini-série portera à l’écran l’affaire des Cinq de Central Park, un fait divers troublant remontant à 1989. Cette année-là, une bande d’ados habitant le quartier de Harlem à New York est accusée d’avoir violé une joggeuse en plein Central Park. Condamnés puis incarcérés, ces cinq garçons, tous noirs ou latino, ont finalement été indemnisés en 2014, après que leur innocence a enfin été prouvée et le véritable coupable arrêté.

Si, pour l’heure, on ne connaît pas encore les acteurs qui vont incarner les cinq victimes de l’erreur judiciaire, on peut déjà saliver devant les premiers noms qui sont tombés. Vera Farmiga (Bates Motel) prêtera ses traits à Elizabeth Landerer, l’avocate renommée qui a contribué à placer les adolescents sous les verrous. Michael K. Williams (The Wire) et John Leguizamo (Bloodline), quant à eux, interpréteront Bobby McCray et Raymond Santana Sr., les pères de deux des accusés.

Nul doute que Central Park Five risque de faire parler d’elle à sa sortie, d’autant plus avec le climat actuel outre-Atlantique. En effet, à l’époque de l’affaire, en 1989, sur fond de tensions raciales, Donald Trump s’était personnellement impliqué. Il a acheté les espaces publicitaires de plusieurs journaux new-yorkais, afin de faire passer un message encourageant le rétablissement de la peine de mort. Une fois les cinq hommes innocentés, le milliardaire (depuis devenu président) ne s’est pas excusé de les avoir publiquement calomniés et a même continué à les considérer comme de potentiels suspects.