En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Cinq théories sur la fin des Revenants

Lundi 19 octobre, Fabrice Gobert a apporté une conclusion à la série Les Revenants, avec la diffusion des deux derniers épisodes de la saison 2. Retour sur ce final déroutant, digne de celui de Lost. 

"Vous m'avez fait confiance, et je vous ai promis que nous aurons des réponses à nos questions. Pourquoi tous ces morts ?" Ce discours tenu par le personnage de Milan au début de l'épisode 7 semble sortir de la bouche de Fabrice Gobert, le créateur et showrunner de la série la plus mystérieuse vu sur le petit écran depuis Lost. Pour répondre à cette question, l'auteur a choisi de prendre des chemins de traverse. La fin des Revenants pose ainsi plus de questions qu'elle ne donne de réponses, ou en tout cas est sujette à maintes interprétations. On a tenté d'y voir plus clair.

#1 Victor et l'effet papillon

Victor est la clé, on le savait depuis pas mal de temps. Le "revenant" le plus énigmatique de la série a des pouvoirs qu'il semble par moments contrôler, mais pas tout le temps. En saison 1, deux personnes se tuent malgré elles, en sa présence. Il a des visions du futur, qu'il couche sur des dessins. "Tu dois nous aider, ils comptent sur toi." lui dit Lucie, gardienne de la horde des morts-vivants. Dans le final, on apprend qu'il est à l'origine du phénomène. Il a ramené son père à la vie, ce qui a déclenché une réaction en chaîne de retour à la vie des habitants de la petite ville.

Plusieurs questions sur ce personnage fascinant se posent : qui a ramené Victor à la vie ? Qui sont ses parents ? Julie, dont le destin est irrémédiablement attaché à celui de Victor, est-elle sa mère biologique ?  Fabrice Gobert a-t-il trop regardé L'effet papillon ? Comme Ashton Kutcher dans le film, Victor est magique : il a le pouvoir de changer le cours des événements. Il peut donc être une divinité, un messie, un pont entre les vivants et les morts.

#2 L'amour guide Les Revenants

Avec Les Revenants, Fabrice Gobert ne s'intéresse à rien de moins que le socle de l'existence humaine : l'amour, la mort, la vie. Livrés à eux-même, sans amour, ses morts-vivants deviennent de véritables zombies, comme Audrey, qui finit par manger sa mère. Paradoxe : ils recherchent l'amour de leur proche mais ne peuvent vivre qu'entre eux, sinon ils dépérissent et perdent leur peau... Seuls, ils deviennent de vrais zombies, comme ceux aperçus dans la forêt ou dans la grotte. Seule exception, les amants maudits Simon et Adèle, qui transcendent cette règle. Tels des Orphée et Eurydice modernes, ils sont voués à un destin funeste, mais leur amour surpasse la mort. Tout comme l'amour de Victor pour Julie, qui surpasse le destin. Victor réussit à changer le futur pour sauver ceux qu'il aime.

Au-delà des théories sur l'intrigue des Revenants, la série reste une métaphore du deuil impossible de ceux qui restent. Même quand les êtres disparus reviennent, il ne peuvent vivre aux côtés des vivants. "Nous sommes comme vous voulez nous voir." dit le personnage d'Etienne à son fils.

les-revenants

#3 L'allégorie de la caverne

Retour en classe de philo. Dans le livre 7 de la République de Platon, L'allégorie de la caverne est décrite ainsi : "Voici des hommes dans une habitation souterraine en forme de grotte, qui a son entrée en longueur, ouvrant à la lumière du jour l’ensemble de la grotte ; ils y sont depuis leur enfance, les jambes et la nuque pris dans des liens qui les obligent à rester sur place et à ne regarder que vers l’avant, incapables qu’ils sont, à cause du lien, de tourner la tête ; leur parvient la lumière d’un feu qui brûle en haut et au loin, derrière eux ; et entre le feu et les hommes enchaînés, une route dans la hauteur, le long de laquelle voici qu’un muret a été élevé, de la même façon que les démonstrateurs de marionnettes disposent de cloisons qui les séparent des gens ; c’est par-dessus qu’ils montrent leurs merveilles. […]" 

Sachant que la mythologie grecque est une des sources d'inspiration du showrunner, Fabrice Gobert, on peut interpréter la marche des "revenants" vers la grotte en fin de saison (le "muret" de l'histoire pourrait être le barrage) comme un clin d'oeil à ce texte, qui divise le monde sensible (les choses) du monde intelligible (l'idée des choses).

les-revenants-1

#4 La Grotte de Psychro et le symbole de l'eau

Cette fameuse grotte dans laquelle s'évaporent les morts-vivants peut aussi être vue comme la Grotte de Psychro, considérée comme le lieu de naissance de Zeus, qui fut caché là par sa mère Rhéa pour le protéger contre son père Chronos. Cette fameuse grotte représente le divin, le mystère, le passage vers un autre monde. Elle est remplie d'eau après le passage des Revenants, ce qui fait écho à toute l'intrigue autour de la rupture du barrage et du niveau de l'eau qui n'en fait qu'à sa tête.

L'eau est un symbole puissant, notamment dans La Bible. On lui accorde des vertus purifiantes, guérissante, fécondantes... Les mythes diluviaux évoquent le déluge et le retour aux origines, ainsi qu'une idée de cycle du temps.

LES REVENANTS Chapitre 2

#5 L'élu

Dans Les Revenants, Lucie, Victor et le bébé Nathan tiennent des rôles particuliers. L'un est l'élément déclencheur, l'autre est la guide de son peuple, le troisième agit comme une sorte de clé, dont se sert Victor pour renvoyer les revenants dans leur monde.

L'ultime scène de la série dévoile Lucie, qui confie le bébé à priori orphelin, fruit de l'amour entre Adèle et Simon, à un couple inconnu au bataillon. Une façon aussi de laisser la porte ouverte à une saison 3, qui parait tout de même improbable au vu des audiences en baisse de cette saison 2 sur Canal + (400 000 téléspectateurs sur le final).

LES REVENANTS Chapitre 2 - Episode 3