En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Comment le scénario de The Wire a été modifié par la police

Un article du Baltimore Sun révèle que le scénario de la série culte The Wire a été modifié sur demande de la police de Baltimore. Un comble pour une série saluée pour son réalisme sans concession.

The Wire

Les fans de The Wire ont de quoi tomber des nues. Si la série policière, diffusée sur HBO de 2002 à 2008, est encore aujourd'hui une référence absolue de la fiction télévisée, c'est parce que, loin de se limiter à un polar manichéen, elle explore de fond en comble la société de Baltimore, gangrenée par la drogue et la corruption politique. Ce réalisme quasi-documentaire a vite fait de consacrer la série de David Simon comme l'une des meilleures jamais produites.

Quelle ironie donc d'apprendre, sept ans après l'arrêt de la série, que le scénario de The Wire a été révisé par la police locale. C'est ce que nous apprend un article du Baltimore Sun paru ce week-end et repéré lundi 13 avril par Arrêts sur image.

Une faille dans le système

Vous vous souvenez des scènes durant lesquelles Mc Nulty et ses camarades espionnent les conversations téléphoniques du clan Barksdale ? On nous a (partiellement) menti. La police de Baltimore, incapable de mettre les fameux burners (téléphones jetables) de marque Nextel sur écoute, a demandé à David Simon de passer cette faille sous silence, afin de ne pas donner aux vrais truands l'astuce pour passer sous le radar...

"Mettre en lumière cette vulnérabilité dans notre série aurait été irresponsable. Cela aurait mené les communications de toutes les organisations criminelles dans un trou impénétrable", raconte David Simon, le créateur de la série.

Ce n'est pas la première fois que The Wire chevauche la réalité de si près. Le Baltimore Sun le rappelait, dans un article paru le 11 avril : la police de Baltimore a surpris tout le monde en affirmant qu'elle utilisait depuis 2007 un dispositif de traçage et de surveillance téléphonique appelé "stingray". Le procédé est étonnamment proche du "triggerfish" de Lester Freamon. Comme quoi, The Wire déçoit rarement.

Hip-hop, société, gaming et japoniaiseries. All black everything.