En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

En écoute : la bande-son south rock et déjantée de Preacher

De Willie Nelson à Nancy Sinatra en passant par Johnny Cash.

©️ Marco Grob/AMC

Actuellement, il est difficile de trouver une série avec plus de musicalité que Preacher, notre kif estival du petit écran. En effet, la série de Seth Rogen, Evan Goldberg et Sam Cailin a posé son cadre à La Nouvelle-Orléans, lieu de culte pour les fans de jazz. Mais Preacher est aussi teintée de rock’n’roll dans sa manière de traiter l’action et la violence, tantôt burlesque, tantôt viscérale. Bourré d’humour et décomplexé, le show d’AMC propose une playlist orientée south rock, avec quelques tonalités blues voire hard rock par moments.

"La chanson qui décrit le mieux la série, c’est certainement 'Time of the Preacher' de Willie Nelson, parce qu’elle lui ressemble", témoigne Seth Rogen pour IndieWire. C’était notamment le titre qu’on avait pu entendre dans l’un des teasers de la saison 2. La voix nasillarde du natif de Nashville fera d’ailleurs remonter de chaleureux souvenirs aux fans de Lost, puisque Hurley passait son temps à écouter du Willie Nelson quand son Walkman fonctionnait encore. Outre son titre évocateur, la track du roi de l’outlaw country nous plonge directement dans l’Amérique profonde de Preacher.

En matière de pures sonorités country, on retrouve dans la BO le morceau "The Grand Duel" et ses harmonicas lancinants composé par Luis Bacalov, le compagnon de route d’Ennio Morricone. Ambiance western assurée. Les créateurs de Preacher exploitent également quelques classiques efficaces, comme "A Satisfied Mind". Mettez du Johnny Cash sur n’importe quelle vidéo et vous obtiendrez des visuels épiques, le trailer de Logan en est la preuve.

©️ Marco Grob/AMC

Mais Preacher n’est pas en reste quand il s’agit de souligner le caractère badass de ses personnages, leur apposant un thème rock voire hard rock pour souligner toute leur folie. Le titre le plus violent de la playlist est très certainement "War Pigs" de Black Sabbath. Seth Rogen s’amuse aussi à intégrer des titres présents pour le sens de leurs paroles, comme l’incontournable "Stairway to Heaven" de Led Zeppelin, qui fait l’analogie entre Robert Plant et Jesse Custer, tous les deux à la recherche de Dieu.

Une bonne partie de la bande originale est composée essentiellement de tracks blues délectables : "You Never Can Tell" de Chuck Berry, "That Certain Female" de Charlie Feathers ou encore "Bang Bang" de la diva Nancy Sinatra. Comme Jesse, Tulip et Cassidy se sont embarqués dans un road trip à travers le territoire américain, Seth Rogen et son équipe peuvent changer l’atmosphère musicale de Preacher d’un État à l’autre. C’est pourquoi on entend parfois du surf rock avec The Centurians, de la funk grâce à Kool & The Gang et même de la pop britannique avec Dexys Midnight Runners.

Les choix musicaux de la série sont subjectifs et complètement assumés par ses créateurs, qui ne cachent pas leur amour pour un certain réalisateur. "En règle générale, j’ai en tête les chansons des films de Quentin Tarantino, parce qu’on a des vibes tarantinesques dans la série en ce moment", reconnaît Evan Goldberg. Voilà qui explique dans les grandes lignes l’impertinence jouissive de la saison 2 de Preacher. Les maîtres à bord ont carte blanche pour exploiter les comics et créer leur propre histoire sur la petite lucarne. C’est très certainement cette liberté artistique, et musicale du coup, qui fait de Preacher la série incontournable de cet été. Et les vannes de Cassidy sur les prépuces, forcément.

En France, la saison 2 de Preacher est diffusée sur OCS Choc.