En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

En écoute : la bande-son éclectique et ténébreuse de Twin Peaks

De Chromatics à Nine Inch Nails en passant par la mélodie culte d’Angelo Badalamenti, la bande-son de la saison 3 de Twin Peaks est aussi diversifiée que mystérieuse.

© Showtime

La troisième saison de Twin Peaks vient de s’achever avec la diffusion du season finale en deux épisodes, ce dimanche 3 septembre sur Showtime. La série a marqué plusieurs générations et son retour était attendu au tournant, plus de vingt-cinq ans après la diffusion de la saison 2. Si Twin Peaks est connue pour son univers onirique et lynchien, la musique qui la berce vaut tout autant le détour. Impossible de ne pas évoquer le compositeur américain Angelo Badalamenti, qui a travaillé avec David Lynch et Jean-Pierre Jeunet, et les différentes mélodies qu’il a créées pour la série.

Mais dans cette troisième saison, Angelo Badalamenti a dû faire de la place à de nouveaux artistes qui se sont imposés au fil des épisodes pour rythmer la série et envoûter les téléspectateurs. On sent d’ailleurs que David Lynch s’est fait plaisir dans le choix des musiciens puisque tous les styles se confondent dans un tourbillon musical énigmatique et détonnant, à l’image du cinéaste.

Chaque artiste choisi s’est produit en live en fin d’épisode au vieux Roadhouse, le bar où tous les habitants de Twin Peaks se réunissent. Les mini-concerts servaient en général de transition avec les crédits de fin, une manière douce et lyrique de terminer l’épisode et surtout de nous laisser le temps de digérer ce qu’on venait de voir. Ce genre de scène rappelle d’ailleurs les apparitions musicales de Julee Cruise, qui chantait déjà dans le bar vingt-cinq ans auparavant dans Twin Peaks, ainsi que dans le film Blue Velvet.

Entre nostalgie et modernité

© Showtime

Bien sûr, chaque épisode débute par le thème culte créé par Angelo Badalamenti qui nous ramène dans la sombre et mystérieuse forêt de Twin Peaks. Il était impossible que cette mélodie n’apparaisse pas dans cette troisième saison, étant donné qu’elle rend hommage à Laura Palmer et à l’essence même de la série de David Lynch et Mark Frost. Si le souvenir de la jeune femme plane toujours sur Twin Peaks, c’est aussi grâce à la musique d’Angelo Badalamenti, qui lui a consacré un thème spécial. La mélodie est reconnaissable entre toutes grâce aux accentuations des notes de piano qui apportent à la fois tension et sensualité.

Un autre titre, chantée par le tombeur à moto James Hurley (James Marshall) sentait bon la nostalgie lorsqu’il l’a entonnée au Roadhouse. Cette ballade amoureuse aux sonorités jazzy des années 1950, "Just You and I", donne des frissons à ceux qui se souviennent du triangle amoureux formé par James, Donna et Maddy, la cousine de Laura Palmer. Le live acoustique de James Hurley, seul avec sa guitare, est un des rares moments de cette saison qui nous ramènent aux origines de la série. D’autres mélodies célèbres, suaves et jazzy, rythment le show, telles que la célèbre “Take Five” de Dave Brubeck ou "I Know How You Love Me" de The Paris Sisters.

Cette troisième saison de Twin Peaks a aussi permis de faire le lien entre l’ancienne génération, qui a grandi avec cette série culte, et la nouvelle qui pourrait la (re)découvrir. Si David Lynch a inséré de jolis clins d’œil musicaux dans cette troisième fournée d’épisodes, il n’a pas manqué d’inviter des artistes de la nouvelle scène électro, pop et rock, à commencer par Chromatics. Leur musique s'était déjà retrouvée dans Drive, le chef-d’œuvre de Nicolas Winding Refn avec Ryan Gosling, et le groupe a ainsi pu se produire deux fois sur la scène du Roadhouse, en interprétant "Shadow" et "Saturday". Le trio féminin électro-pop Au Revoir Simone a eu droit au même privilège en jouant "Lark" et "A Violent Yet Flammable World".

Mais parce que David Lynch ne fait jamais rien comme les autres, nous avons aussi pu découvrir un duo fraternel, The Cactus Blossoms, sur scène. Avec une musique country apaisante et douce – aux antipodes des premiers sons de Taylor Swift –, le groupe a envoûté le public avec "Mississippi". De son côté, The Veils, un groupe d’indie rock néo-zélandais, a été invité par le cinéaste pour jouer leur titre "Axolotl" sur la scène du Roadhouse, apportant un peu plus de noirceur, représentée par le dopplegänger de Dale Cooper.

Dans la même veine, le célèbre groupe de métal industriel Nine Inch Nails s’est produit dans le huitième épisode, le plus psychédélique et expérimental de Twin Peaks – voire du petit écran, avec le titre "She’s Gone Away". Leur performance apporte un aspect dark et électrisant impressionnant, qui nous entraîne un peu plus dans les méandres de l’enfer onirique qu’est la série de David Lynch et Mark Frost. Éclectique, mystérieuse et envoûtante, telle est la bande-son de cette troisième saison de Twin Peaks, à écouter d’urgence.

En France, la saison 3 de Twin Peaks est diffusée sur Canal+.