La saison 4 de Fear The Walking Dead prend un virage surprenant et prometteur

La saison crossover de l’univers zombiesque bouleverse les codes du spin-off avec un premier épisode intrigant. Attention, petits spoilers.

© AMC

Chez AMC, c’était probablement l’événement de l’année : le crossover entre The Walking Dead et son spin-off, diffusé outre-Atlantique sur grand écran pour l’occasion. Une union annonçant un rapprochement entre les deux séries, dont les intrigues se déroulaient à presque deux ans d’écart jusqu’alors. Si la promesse de Fear The Walking Dead est perdue depuis longtemps (raconter les premiers jours de l’apocalypse zombie), le show dérivé a finalement trouvé son rythme de croisière dans une saison 3 poignante et jouissive.

En dépit de toute la bonne volonté du showrunner Dave Erickson, parti l’année dernière, les audiences du spin-off n’ont jamais été transcendantes. Logiquement, Scott M. Gimple, désormais à la tête de la marque zombiesque chez AMC, a décidé de réunir les deux séries pour offrir une nouvelle porte d’entrée au public et tenter de relancer l’engouement autour d’un univers qui se décompose au fil des ans. C’est donc à Morgan Jones (Lennie James) que revient la lourde tâche de faire le pont entre les deux productions et assurer la pérennité de Fear The Walking Dead.

L’expert au maniement du bō a pris ses cliques et ses claques en quittant Alexandria et ses environs. Cet éternel loner, dont les réflexions philosophiques sur le bien et le mal avaient tendance à tourner en rond, repart sur la route pour tenter de survivre en solitaire. Si son objectif n’est pas énoncé clairement, il est difficile d’en douter : vaincre ses démons et trouver une forme de rédemption en venant en aide à son prochain. En d’autres termes, Morgan va mieux et c’est un soulagement avant d’attaquer cette quatrième saison de Fear The Walking Dead.

Fear The Walking Morgan

Divisé entre la volonté de tuer ses opposants pour se protéger ou de les épargner au risque d’un retour de bâton, Morgan et ses pérégrinations devenaient agaçantes en saison 8 de The Walking Dead. Judicieusement, Andrew Chambliss et Ian Goldberg, les nouveaux showrunners du spin-off, ont décidé de jeter aux oubliettes cet aspect de sa personnalité. Fini ces sempiternels questionnements existentiels, Morgan est désormais sur la voie du pardon et le personnage peut enfin évoluer.

Après les brefs caméos de Jesus, Carol et Rick, symboles du passage de flambeau, Morgan s’envole pour le Texas. Les apparitions des membres éminents de la série mère sont peut-être le fruit des hallucinations du personnage, habitué aux disputes avec sa conscience tourmentée, le poussant à fuir sa communauté pour retrouver le chemin de la raison. Et comme on pouvait s’y attendre, ce dernier est semé d’embûches et Morgan ne tarde pas à les rencontrer dans "What’s Your Story?".

Pour Fear The Walking Dead, ce soft reboot est l’occasion d’intégrer de nouveaux personnages capables d’enrichir la famille Clark. Ainsi, on fait la rencontre de John (Garret Dillahunt), un as de la gâchette, amateur de bonbons et coiffé d’un chapeau de cow-boy, et Althea (Maggie Grace, Lost), une journaliste badass qui parcourt les terres désolées au volant d’un ancien camion blindé des SWAT. Ces deux personnages ont la particularité d’être très archétypaux voire cartoonesques, mais dans le bon sens du terme.

© AMC

En effet, John et Althea pourraient sortir d’un comics sans pour autant incarner un stéréotype. Ils possèdent un caractère et des attributs marqués (un cow-boy bon vivant qui tire plus vite que son ombre, une fille indépendante qui récolte les histoires des survivants pour en faire un documentaire), participant à la force première de la mythologie The Walking Dead : ses personnages et son exploration de l’âme humaine. On se prend très vite d’affection pour eux, surtout après une scène de fusillade puissante et intense, qui renvoie toute la saison 8 de la série mère à ses basiques.

Par ailleurs, cet aspect "on the road again" qui caresse ce season premiere nous ramène au petit frisson des premières saisons du show. Sur la route, Morgan doit tuer des rôdeurs, trouver des vivres, un moyen de locomotion, se met en danger en prenant une balle dans la jambe, etc. Une certaine nostalgie traverse ce premier épisode, qui nous rappelle le goût putride de la survie primaire et de la solitude d’un paysage cauchemardesque, comme si le monde s’écroulait sur lui-même.

Quid du barrage et des Clark ?

© AMC

Esthétiquement, Fear The Walking Dead a pris un virage à 360 degrés. Adieu les couleurs chaudes et le soleil aveuglant de Tijuana, bonjour l’ambiance poisseuse du Texas. La série a laissé place à des teintes grisâtres et froides, proches de la première saison de True Detective, et symboles de l’esprit fermé de Morgan. Si les fans se sentiront pris au dépourvu au premier abord, on finit par s’y habituer et même à lui trouver un certain cachet marquant la séparation avec le crossover ainsi qu’une envie d’assombrir le propos.

Autre surprise, plus désarçonnante cette fois : mais où sont passés Madison, sa famille, Strand et les autres ? On évitera de révéler le twist final, mais les "vrais" personnages de Fear The Walking Dead sont aux abonnés absents dans ce season premiere. Pourtant, la saison 3 se terminait sur un cliffhanger insoutenable, mettant en péril la vie de Nick et Daniel. À vrai dire, c’est notre seule crainte concernant ce soft reboot : les showrunners feront-ils appel au deus ex machina narratif pour recoller les deux bouts, où profiteront-ils de l’ellipse pour intégrer des flash-back sur les conséquences de l’explosion du barrage ?

Même avec ces inquiétudes scénaristiques et la haine que les spectateurs de la série mère pouvaient porter à Morgan, il y a quelque chose de profondément captivant dans ce premier épisode. Les showrunners parviennent à retranscrire une atmosphère assez singulière pour nous (re)lancer dans Fear The Walking Dead, que l’on fasse partie des fans de la saison 3, des déçus du spin-off voire des nouveaux arrivants. En vérité, "What’s Your Story ?" réalise l’impensable quand on pense à la série zombiesque : nous surprendre, en déployant les moyens spectaculaires espérés pour accompagner l’ensemble.

Il est encore trop tôt pour juger de la qualité de cette quatrième saison (qui s’apparente clairement à un nouveau spin-off pour le moment), mais une chose est sûre : le choix de Morgan comme personnage chargé de faire le pont entre les deux séries n’a absolument rien d’aléatoire. En marchant sur les traces de sa rédemption, il embarque avec lui tous les fans et les patrons d’un univers en manque de créativité et de cohésion depuis quelques années. Qu’ils se rassurent, le chemin qui s’ouvre est pavé de zombies, mais surtout, de bonnes intentions.

En France, la saison 4 de Fear The Walking est diffusée en US+24 sur Canal+ Séries.