En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

On a rencontré Alycia Debnam-Carey, aka Alicia dans Fear The Walking Dead

De passage à Austin pendant l’ATX Television Festival, la troupe de Fear The Walking Dead est venue nous parler des enjeux de la saison 3. Retour sur la vie au pays des zombies avec Alycia Debnam-Carey (Alicia Clark), Dayton Callie (Jeremiah Otto) et la productrice Gale Anne Hurd.

Alycia Debnam-Carey as Alicia Clark, Frank Dillane as Nick Clark - Fear the Walking Dead _ Season 3, Episode 3 - Photo Credit: Michael Desmond/AMC

©️ AMC

Biiinge | Quels sont les challenges qui surviennent lorsque l’on produit à la fois The Walking Dead et son spin-off ? Est-ce difficile de jongler entre les deux séries et de vous assurer de ne pas faire deux fois la même chose ?

Gale Anne Hurd | Avec Fear The Walking Dead, on a la chance de ne pas se référer à un comics. Ainsi, il n’y a pas d’attentes particulières de la part des fans, comme c’est le cas pour The Walking Dead. Cela nous donne aussi l’opportunité de répondre à certaines interrogations que ces derniers se posent sur l’univers zombiesque.

Quand certains fans assuraient que les survivants pourraient résister à l’arrivée des zombies en naviguant sur un yacht, on leur a montré comment cela se déroulerait. Cette saison, on répond à ceux qui pensaient pouvoir résister à l’apocalypse zombies en s’alliant avec des survivalistes. On verra comment cela se termine…

Que pouvez-vous nous dire de la relation naissante entre Alicia et Jake Otto (Sam Underwood) ?

Alycia Debnam-Carey | Ce qui est unique dans leur relation, c’est qu’ils ont vécu une expérience très traumatisante. Ils ont tous les deux perdu un être cher au même moment, Charlene pour Jake et Travis pour Alicia. Ces tragédies vont les unir pour le reste de la saison. Ils traversent également une situation difficile avec leur frère respectif, avec lequel ils ont du mal à bâtir une relation. Jake et Alicia ont donc plusieurs choses en commun, et on va voir comment leur relation va évoluer au cours de la saison.

Que savez-vous des enjeux de vos personnages avant de commencer à tourner ? Les scénaristes vous donnent-ils une idée assez large ou bien découvrez-vous les points d’intrigue au fur et à mesure que les scénarios vous parviennent ?

A. D.-C. | Avant de commencer une saison, on nous donne les grandes lignes de ce qui est au programme, mais on apprend principalement les choses script après script. La plupart du temps, nous découvrons les intrigues tous en même temps, lors d’une lecture générale des scénarios.

G. A. H. | Quand le tournage commence, seulement un ou deux scénarios ont été écrits car il arrive souvent que les scénaristes aient une brillante idée à laquelle ils n’avaient pas pensé auparavant, qu’ils intègrent ensuite au reste de la saison.

A. D.-C. | Il arrive aussi que leurs idées changent au moment de la diffusion d’un épisode, en fonction de la façon dont certains personnages sont reçus par les spectateurs. Les scénarios passent entre de nombreuses mains et évoluent constamment.

Dayton Callie | Quand Dave [Erickson, le showrunner de la série, ndlr] m’a contacté l’année dernière pour me dire qu’il avait un personnage pour moi, il n’était pas encore certain de la direction que mon rôle allait prendre. Peu avant le début de la production de la saison 3, il m’a rappelé et m’a finalement dit que ce serait une combinaison de deux personnages qu’il avait initialement en tête.

jeffftwd

©️ AMC

Est-ce que Jeremiah pourrait être le méchant de cette saison ?

D. C. | Je ne le vois pas comme un méchant. Je ne pourrais pas jouer un méchant, mais je peux incarner un homme qui a certaines convictions. Je ne pense pas qu’il soit méchant. Certains ne sont peut-être pas d’accord avec sa façon de faire, mais selon lui, il fait ce qui est juste. Tu ne me vois pas comme un méchant, si ?

A. D.-C. | Non. Enfin, pas encore (rires) !

G. A. H. | Dans l’épisode 3, intitulé "TEOTWAWKI", on en apprend plus sur Jeremiah, et cela nous donne une meilleure idée de qui il est et de ce qu’il deviendra dans les prochains épisodes.

D. C. | Mais ce n’est pas un méchant ! Ce qui est intéressant, c’est la relation qu’il entretient avec Madison, comme on a pu le voir dans cet épisode. Ils ont beaucoup de choses en commun. Ils ont tous deux pour objectif de protéger leur famille et les gens qui les entourent, même s’ils ont des méthodes différentes. Un lien intéressant se tisse entre eux.

"J’adorerais avoir un rôle dans Game of Thrones"

En parlant de "TEOTWAWKI", on voit cette saison que les personnages deviennent de plus en plus insensibles à la brutalité du monde dans lequel ils vivent. C’est notamment le cas dans la scène où les autres ados du camp présentent devant Alicia, hilare, la tête d’un zombie dans une cage. Pouvez-vous nous parler de cette scène ?

A. D.-C. | Ce que j’aime dans cet arc narratif, c’est que pour la première fois, on voit Alicia interagir avec des jeunes de son âge. Elle se lâche un peu, ce qu’elle n’a pas vraiment eu l’opportunité de faire jusqu’à présent. Et puis, dans un monde aussi sombre, il n’y a plus que l’espoir et l’humour qui vous permettent d’avancer. C’est important de savoir rire face à la souffrance.

G. A. H. | Dans cette scène, les jeunes lui demandent aussi ce que cela fait de tuer quelqu’un, et Alicia leur répond que c’est facile. Cela en dit beaucoup sur le parcours de son personnage.

A. D.-C. | Oui, et vous avez raison de dire que les personnages deviennent insensibles à tout ça. Je pense que c’est un soulagement pour Alicia de pouvoir admettre que tuer lui a semblé facile. C’est une absurdité, et les conséquences qui vont avec cet acte sont difficiles à gérer. Penser à ce que l’on a fait et se sentir coupable, ce sont deux choses différentes. Je suis très contente que l’on puisse explorer ces aspects à travers le personnage d’Alicia.

Pour quelles autres séries aimeriez-vous travailler ?

A. D.-C. | J’adorerais avoir un rôle dans Game of Thrones, c’est mon rêve ! Mais je pense aussi que ce serait cool de faire quelque chose de complètement différent, dans le genre de New Girl.

D. C. | Au début de ma carrière, j’ai joué dans plusieurs sitcoms. Ensuite, j’ai atterri dans quelques drames, et tout le monde s’est mis à penser que je ne pouvais plus être drôle. Du coup, j’aimerais bien pouvoir rejouer dans des comédies, c’est plutôt fun comme job.

Propos recueillis par Marine Pérot lors de l’ATX Television Festival à Austin, Texas