En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Game of Thrones : parce qu’on a tous besoin d’un Sam dans notre vie

Les vrais héros de Westeros ne sont pas toujours sur un trône ou un champ de bataille. Attention, spoilers.

©️ HBO

"Stormborn". Le nom de l’épisode 2 de la saison 7 de Game of Thrones peut être interprété d’une dizaine de façons différentes. C’est autant l’un des noms donnés à Daenerys (le typhon en VF) que l’orage qui fait rage à Peyredragon en ce moment, ou encore celui qui gronde au nord du Mur, où les Marcheurs blancs avancent d’un pas certain vers le monde des Hommes. Pour le coup, "Stormborn" est surtout un épisode de transition, celui du calme avant la tempête et les grandes batailles à venir bien, dont les Greyjoy ont donné le coup d’envoi.

Ce baroud maritime qui vient conclure l’épisode, bien que spectaculaire, n’est pas ce que nous retiendrons de ce chapitre. Ce qui importe vraiment, ce sont les visages des vrais héros de Westeros qui se révèlent et l’un d’entre eux en particulier. Un prénom qui a une résonance particulière dans la pop culture puisqu’il colle souvent avec les notions de bravoure et d’amitié : Sam.

Sam Gamgie du Seigneur des anneaux, Sam Winchester de Supernatural, Sam(my) et son chien Scooby-Doo et même sam(edi), soit la meilleure journée pour se remettre de la besogne de la semaine ou des beuveries de la veille. Plus sérieusement, ces sidekicks ont rarement le premier rôle et pourtant le héros de l’histoire ne pourrait accomplir sa quête, embrasser sa destinée sans son bon vieux Sam à ses côtés. Un camarade, un complice, un acolyte, un confident, un meilleur ami, un compagnon de route, un frère d’armes, un wingman… Le Sam, c’est un peu tout ça à la fois.

Game of Thrones n’échappe pas à la règle et l’apprenti mestre Samwell Tarly le prouve une nouvelle fois dans "Dragonstone". C’est grâce à Samwell que Jon Snow, potentiel Azor Ahai et prétendant au trône de Fer, va rencontrer la Khaleesi et s’emparer du rare minerai capable de vaincre les Marcheurs blancs, à savoir le verredragon. Il est d’ailleurs le second personnage à avoir vaincu une créature du froid après son meilleur ami. C’est également grâce à lui que Jorah Mormont, personnage très apprécié des fans de la série, devrait se débarrasser de la greyscale. En vérité, Sam mériterait d’être plus qu’une idée de campagne publicitaire contre l’alcool au volant, mais bien un concept de dévouement et de camaraderie au sein de la pop culture.

Il y a un Sam qui sommeille en chacun de nous…

©️ HBO

Il n’est pas nécessaire de s’appeler Sam pour devenir une allégorie de l’altruisme. Plusieurs personnages de Game of Thrones ont d’ailleurs révélé cette facette de leur personnalité dans "Dragonstone". Du côté de Daenerys, c’est sans conteste Tyrion qui remporte cette couronne. Petit par la taille mais géant par la sagesse, le nain met en place un plan a priori infaillible pour s’emparer de Westeros sans faire passer la Mère des dragons pour le nouveau Roi Fou, ou la "reine des cendres" pour reprendre l’expression de Tyrion.

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si ces deux puissances de feu ne sont pas mentionnées dans le plan de la Main de la reine. Ce dernier cherche par tous les moyens à éviter les dommages collatéraux à l’égard des civils afin de rallier le peuple à la cause de la Khaleesi, sans avoir à faire usage de sa force, symbolisée par ses dragons et l’armée des Dothrakis.

Si Tyrion est profondément dévoué à Daenerys, il n’oublie pas ses vieilles amitiés démontrant ainsi toute la bonté de l’homme. C’est le cas lorsqu’il appuie les propos de Melisandre concernant Jon et sa capacité à faire des compromis. Pourtant, les deux personnages ne s’étaient vus qu’une fois et cette rencontre date de la première saison. Mais un vrai Sam reste fidèle à ses plus anciennes alliances, surtout quand il s’agit de se battre contre un ennemi commun.

Le bâtard du Nord a lui aussi fait preuve d’une belle fraternité envers sa sœur en la protégeant des magouilles de Littlefinger. Cette scène dans la crypte de Winterfell est d’ailleurs un joli clin d’œil au contentieux entre Ned Stark et Petyr Baelish lors de la première saison. Tel père oncle, tel fils comme dirait l’autre.

Parfois, une relation entre deux Sam en cache une autre et devient plus intense. Il se transforme alors en véritable amour. Missandei et Ver Gris, pas franchement démonstratifs jusqu’ici, ont enfin sauté le pas à l’aide d’une scène d’une tendresse quasi inespérée dans Game of Thrones. Quand on repense au viol de Sansa ou encore à la brutalité sexuelle dont faisait preuve Khal Drogo envers Daenerys au début de la série, cette séquence intime entre les deux conseillers de Daenerys a presque valeur de pureté, d’innocence. Il y a quelque chose d’assez enfantin, voire naïf dans cette mise en scène, bien loin des scènes de sexe sulfureuses habituelles. Mais le Sam connaît aussi les notions de tendresse, et surtout, de consentement.

La question du Sam est plus délicate concernant Arya et sa louve Nymeria. Les spectateurs ont vite déchanté en voyant ces retrouvailles inopinées tourner au vinaigre. Pour rappel, la jeune Stark avait laissé fuir la louve en saison 1 afin de la sauver d’une mort certaine ordonnée par Cersei. Depuis, elle errait seule dans le Conflans et s’est donc trouvé de puissants compagnons de route pour refaire sa vie loin des hommes. En d’autres termes, Nymeria a changé de destinée et c’est cet aspect que souligne Arya à travers la phrase "ce n’est pas toi".

Oui, cette louve est bien Nymeria, mais ce n’est plus la Nymeria qu’Arya avait connue. Le canidé a dû s’adapter à son nouvel environnement pour survivre et tracer sa propre route sans l’aide de sa maîtresse. La louve est allée à l’encontre de son funeste destin, tout comme Arya l’a décidé en saison 1 après avoir expliqué à son père qu’elle ne resterait pas une servante obéissante et bien élevée de Winterfell toute sa vie. Puis Ned a perdu la vie, et sa fille a définitivement dû prendre les rênes de son existence.

Cette rencontre entre deux vieilles amies est une analogie aussi tragique que poétique de leurs deux parcours, qui les ont séparées mais se ressemblent étrangement en fin de compte. La morale à en tirer : que tu sois ou non à ses côtés, un vrai Sam t’aidera toujours à t’épanouir. Nymeria a également transmis une notion importante à Arya pour la sortir de sa solitude et de sa mission suicide à Port-Réal : le loup solitaire meurt alors que la meute survit. Tiens, ça ne vous rappelle pas quelque chose ?

…mais parfois il disparaît au pire moment

©️ HBO

Un Sam, c’est aussi et avant tout un protecteur, une personne qui connaît la notion de sacrifice. Un peu comme la description de Theon faite par Yara dans la cale de leur navire. On comprend donc la déception qui se lit dans ses yeux lorsque, prise en otage par son infâme oncle, son frère décide de l’abandonner à son triste sort. Et cette lâcheté est tout sauf un comportement de Sam.

Mais essayons deux minutes de se faire l’avocat du diable et de défendre le bougre. Le parcours de Theon, et toute la complexité de son personnage d’ailleurs, n’est pas abordé en profondeur dans la série. Il en a bavé. Non seulement auprès de son bourreau Ramsay Bolton, mais aussi auprès de sa famille qui ne l’a jamais vraiment reconnu comme un membre officiel. Depuis qu’il a été châtré, l’esprit du Fer-né s’est divisé en deux parties : un Theon courageux et Schlingue, son alter ego lâche et apeuré, engendré par la cruauté de Ramsay. C’est cette deuxième personnalité qui s’empare de lui dans les dernières minutes de "Dragonstone".

Alors qu’il a fait preuve de courage pour sauver Sansa des griffes de Ramsay, Theon perd tous ses moyens à la vue de son oncle. Premièrement, l’environnement sanglant et violent le pousse à perdre les pédales. Les sbires d’Euron arrachent des parties du visage des vaincus au milieu de leurs hurlements, afin de les réduire au silence (dans les livres, Euron ordonne que le silence absolu règne sur son navire et c’est pourquoi il coupe toutes les langues de son équipage). Symboliquement, ces éviscérations remémorent à Theon son supplice vécu auprès de Ramsay et notamment la privation d’un droit de l’homme capital : la liberté d’expression.

Deuxièmement, il voit dans les yeux de son oncle la fureur qui habitait ceux du bâtard Bolton. Oui, il est effrayé et prend ses jambes à son cou comme s’il jouait à "the floor is lava". Mais c’est parce qu’il est encore bouleversé par les horreurs subies, comme un soldat de l’armée reviendrait dans son foyer avec un syndrome de stress post-traumatique. Avec ces éléments de compréhension et d’identification à Theon, pourrez-vous lui pardonner son geste de détresse ? Parce qu’un vrai Sam sait aussi pardonner.

Qui tourne vraiment le dos à qui dans ce plan ? (©️ HBO)

Certains reprocheront à "Dragonstone" d’être de nouveau un "filler", un épisode de transition, même si les pièces de l’échiquier se mettent en place plus vite que prévu. D’autres y trouveront leur compte à travers l’approfondissement des relations entre des personnages qui font preuve d’une fidélité à toute épreuve, démontrent une franche camaraderie envers leurs alliés ou au contraire brisent une confiance retrouvée.

Pour conclure sur la notion de Sam et donc de Samwell dans Game of Thrones, je dirais qu’on peut surtout de plus en plus le lire comme une métaphore de George R.R. Martin nous contant les péripéties de Westeros, et donc un véritable homme de confiance, un partner in crime de luxe. S’il ne devait rester qu’un de nos héros encore en vie à la fin de la série, nous parierions sur Sam, tout comme son interprète par ailleurs. Parce que sans lieutenant, Frodon n’aurait jamais réussi à détruire l’anneau, Michael Jordan n’aurait jamais réussi à remporter six titres NBA, Luke Skywalker n’aurait pu vaincre son père et Jon Snow, même si l’avenir reste incertain à Westeros, n’aurait pu éradiquer les Marcheurs blancs.

Mais je vais vous dire, vous savez ce qui n’était vraiment pas Sam dans cet épisode ? La transition ignoble entre le pus de la greyscale et la croûte de la pâtisserie consommée dans l’auberge du Carrefour. Sur cette vision alléchante, je vous souhaite un bon appétit et de trouver votre Sam pour la vie.

En France, la saison 7 de Game of Thrones est diffusée en simultané avec les US sur OCS City.