Gêne, complicité : des inconnus se déshabillent face caméra

Après la vidéo virale First Kiss, la réalisatrice Tatia Pilieva récidive avec Undress me, où cette fois-ci des inconnus se déshabillent. Un clin d'oeil au lancement de la deuxième saison de Masters of Sex.

"J'ai demandé à des étrangers de se déshabiller mutuellement et de se mettre au lit. Rien d'autres, pas de règle", assure la vidéaste au sujet de son court-métrage Undress me. Ainsi, pendant trois minutes la caméra de Tatia Pilieva pénètre dans l'intimité de ces inconnus en reprenant les mêmes codes que pour "Premier baiser", soit une vidéo en noir et blanc, une lumière tamisée et un décor épuré parfait pour laisser libre cours à la sensualité.

Alors qu'une personne attend dans une pièce où le seul meuble à disposition est un lit, son futur partenaire arrive, ils se serrent la main de manière cordiale, échangent quelques phrases, l'expérience peut commencer. D'une manière parfois hésitante voire maladroite, les couples hétéro ou homo se retrouvent donc en sous-vêtements dans le lit.

Entre gêne et complicté, certains se lancent juste des regards complices, tandis que d'autres tentent le calin affectueux voire même le baiser, toujours avec une certaine pudeur.

Un clin d'oeil à Masters of sex

Cette vidéo devenue aussi virale que la précédente est ainsi un bon coup de pub pour la deuxième saison de Masters of sex, dont le premier épisode a été diffusé lundi 14 juillet sur OCS City. En effet, la série raconte l'histoire de deux scientifiques, William Masters et Virginia Johnson, pionniers en matière de sexologie humaine qui ont étudié dans les années 1950 le plaisir féminin et les troubles sexuels des couples, dans une Amérique conservatrice.

Leur méthode, tout comme leur objet d'études firent scandale à l'époque car ils demandaient à des inconnus d'avoir des relations sexuelles, sous leur oeil inquisiteur de scientifiques.

Cette vidéo est donc un bel hommage à la série réalisée par Michelle Ashford, même si le casting un peu trop parfait – tout le monde est beau, leurs corps sont harmonieux – rend l'alchimie entre ces personnes qui se découvrent légèrement surfaite.