Non, vous ne rêvez pas, le hit "Hey There Delilah" de Plain White T’s va devenir une série

🎵 "Oh, it’s what you do to meeeee" 🎵

Là, comme ça, cette chanson ne vous rappelle peut-être pas grand-chose. Pourtant, à l’image d’un "You’re Beautiful" de James Blunt, "Hey There Delilah" fut le hit larmoyant phare de l’année 2007 (bien que la chanson soit sortie en 2006). Interprétée par le groupe Plain White T’s, écrite par son leader Tom Higgenson après avoir rencontré IRL l’athlète américaine Delilah DiCrescenzo, la chanson raconte une triste histoire d’amour contrariée entre un homme et une jeune femme qui étudient chacun à l’autre bout du pays. Elle connut un tel succès qu’elle passa pas moins de 35 semaines dans le Billboard Hot 100 cette année-là.

Ce que l’histoire ne dit pas, c’est que son compositeur Tom Higgenson a donc écrit cette adorable chanson, dans laquelle il s’imagine en couple avec la fameuse Delilah, alors que celle-ci lui avait dit dans la vraie vie avoir un copain et l’avoir recalé direct. Pas refroidi pour un sou, le musicien s’était pointé des mois plus tard chez la jeune femme avec sa composition, façon stalker.

Donc, cette charmante complainte entendue dans pas mal de séries (Orange Is the New Black, Family Guy entre autres), beaucoup moins charmante quand on connait les dessous de sa création, va faire l’objet d’une adaptation en série avec cette idée de mettre en scène une romance contrariée par la distance. Le groupe Plain White T’s s’est associé avec Lively McCabe Entertainment et Primary Wave pour développer ce qui est décrit comme "un conte de fées contemporain qui va étendre l’histoire au-delà des paroles de la chanson". C’est Jeremy Desmon qui va écrire le script du pilote si l’idée trouve preneur auprès d’un studio ou d’un diffuseur.

Faisons-nous face aux prémices d’une improbable nouvelle tendance qui serait d’adapter les hits de la pop music en séries ? Ou plus niche, d’adapter des chansons d’amour écrites par des gros stalkers ? Trop hâte de découvrir la série adaptée de "Every Breath You Take" de The Police (non).