En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

De Hollande au logeur de Daech, pourquoi Kaamelott est utilisée pour parodier l'actualité

Depuis les attentats de Paris, Kaamelott apparait plus que jamais comme l'antidote humoristique qui panse les blessures et tourne en dérision l'actualité. On s'est demandé pourquoi. 

Vous n'avez pas remarqué ? La série d'Alexandre Astier, en passe de devenir un film, semble refleurir aux quatre coins des réseaux sociaux. Si des extraits étaient déjà utilisés ici et là pour se moquer des bourdes des politiques, comme celle de Myriam el-Khomri chez Bourdin, les tribulations de Arthur, Perceval et les autres sont encore plus présentes sur le web qu'à l'accoutumée.

Une scène en particulier, dans laquelle Alexandre Astier, aka Arthur, se rend fou face à aux raisonnements incompréhensibles du savoureux Perceval (Franck Pitiot), a été beaucoup détournée depuis les tragiques événements de Paris, notamment pour railler le Président François Hollande et ses interventions post-attentats.

Kaamelott, l'antidote à la connerie

Ce matin, une autre vidéo a fait son apparition pour railler le fameux "logeur de Daech", qui a déjà fait l'objet de détournements parodiques de toutes parts sur internet. Cette fois, c'est un autre extrait de Kaamelott qui a été choisi par l'auteur du montage parodique, Alexis Ohayon. Dans ce passage, Arthur et Léodagan (Lionnel Astier) interrogent un de leur sbire qui a apparemment fait une bourde.

Les images des deux hommes dépités ont été montées avec celle de l'interview surréaliste de Jawad, qui avouait avoir hébergé les terroristes pendant trois jours au micro de BFMTV.

J'ai pas pu m'en empêcher ...

Posté par Alexis Ohayon sur jeudi 19 novembre 2015

La réplique de Lionnel Astier prend une saveur toute particulière : "Oh c'est pas bien grave. Au lieu de nous attaquer juste par le Sud, ils nous attaquerons de tous les côtés en même temps."

Effectivement, la parodie fonctionne à merveille. Alors pourquoi Kaamelott est l'objet idéal pour détourner (et alléger) l'actualité très lourde du moment ? Plusieurs raisons : son format et les dialogues ciselés d'Alexandre Astier peuvent être facilement transposés sur d'autres situations pour en révéler toute l'absurdité.

Une certaine idée de la France

Avec son petit côté bougon et blasé, Arthur a aussi tout du français type. On l'aime, il nous rassure et nous fait marrer. Plus largement, la série a ce petit quelque chose de franchouillard qui nous fait chaud au coeur.

A l'image de Versailles, qui a cartonné sur Canal + cette semaine (1 millions de téléspectateurs), Kaamelott, c'est aussi une certaine idée de la France. La série met en scène un roi Breton, légendaire plus qu'historique et certes entourés d'incompétents, mais tout de même assez puissant et rebelle pour envoyer régulièrement paître les messagers de l'Empire romain. Sans oublier de fêter tout ça autour de grandes tablées où l'alcool et la bonne bouffe coulent à flot.

L'air de rien, Kaamelott met donc en avant notre mode de vie hédoniste (Arthur a des maîtresses, la boustiffaille est la grande passion de Karadoc), celui-là même qu'on attaqué si violemment les terroristes de Daech vendredi 13 novembre. Reprendre ces extraits de la série, c'est aussi exprimer cela, même inconsciemment.

Comme les héros de Kaamelott, "on en a gros" en ce moment, mais ça ne nous empêchera pas de retrouver notre si précieux second degré et notre légendaire appétit.