En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

HoC-feat

House of Cards : le résumé animé en 3 minutes avant la saison 4

Cette vidéo qui résume les trois premières saisons de House of Cards est parfaite pour se remettre dans le bain avant l'arrivée de la saison 4.

Frank Underwood est sur le point de reprendre sa campagne présidentielle pour la quatrième saison de House of Cards, disponible à partir du 4 mars prochain sur Netflix aux Etats-Unis. Histoire de reprendre dans de bonnes conditions, le site Mashable a sorti un résumé animé en vidéo, comme il l'avait fait pour Fargo ou The Walking Dead.

Les deux narrateurs en voix-off nous éclairent sur ce qu'il se passe dans House of Cards : les trois quarts du temps, on peut y admirer Kevin Spacey se frotter les mains, et parler face caméra aux spectateurs. "C'est une analyse de ce que ça donne quand un sociopathe dirige le pays".

L'occasion aussi de se souvenir de la première scène de la série, qui voit Kevin Spacey mettre fin aux souffrances d'un chien sans sourciller. Le ton était donné. Au fil des saisons, on se remémore alors comment Frank Underwood et son bras droit Doug Stamper (Michael Kelly) ont mené le Président Garrett Walker à sa perte à coups de complots machiavéliques. Impossible également de ne pas s'attarder sur le personnage ambigu de Claire Underwood, incarnée avec une classe inouïe par une Robin Wright tantôt cruelle, tantôt attachante.

Cette vidéo en dessin animé effectue un clin d'oeil aux personnages sacrifiés sur l'autel de l'ambition de Frank Underwood : la journaliste Zoe Barnes et le sénateur Peter Russo pour ne citer qu'eux et ne pas spoiler ceux qui n'auraient pas encore rattrapé la saison 3.

Et justement, cette dernière saison n'a pas vraiment plu à nos deux narrateurs, qui l'ont trouvé un peu ennuyeuse et espèrent que Franck va reprendre du poil de la bête en saison 4. C'est tout le mal que l'on souhaite à l'anti-héros aux punchlines cultes.