En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Aux origines de House of Cards

La mini-série de la BBC, House of Cards, qui a inspiré sa version américaine du même nom, vient d'arriver sur Netflix France. L'occasion de découvrir une perspective anglaise moins show-off, mais passionnante. 

hoc-uk

Vous ne le saviez peut-être pas, mais la série House of Cards, qui a rendu sa superbe à Kevin Spacey, nous faisant redécouvrir aussi l'immense talent de Robin Wright, vient à l'origine d'Angleterre. Et elle n'a pas été écrite par n'importe qui.

House of Cards est à la base un roman, certes fictif mais réaliste, puisque né de l'imagination de Michael Dobbs, ancien proche conseiller de Margaret Thatcher, Chef de cabinet en 1986 et Président du Parti Conservateur en 1994. Il a rédigé bon nombre de discours pour "La Dame de fer". Fort de son expérience en politique, l'homme se reconverti en écrivain, et se lance à l'aube des nineties dans une trilogie de romans. Cela donne House of Cards (1989), suivi de To Play the King (1992) et The Final Cut (1994). 

L'Angleterre post-Thatcher

L'histoire est centrée sur le personnage de Francis Urquhart (devenu Frank Underwood chez Netflix), un whip (chargé de veiller à ce que les élus de son camp votent selon les consignes du parti) qui voit une belle promotion lui passer sous le nez. Il décide alors d'avancer ses pions pour prendre une éclatante revanche.

Un an à peine après la publication du premier roman, Michael Dobbs se voit proposer une offre d'adaptation par la BBC, qui sera signée Andrew Davies. C'est Ian Richardson qui incarne le rôle principal, dans un style très différent de ce que proposera Kevin Spacey deux décennies plus tard. Il apparait plus austère et posé que son compatriote américain, mais tout aussi rusé et machiavélique. Acteur de théâtre classique, il confiera s'être inspiré du Richard III de Shakespeare pour composer l'anti-héros Francis Urquhart.

Dès l'intro, il parle face caméra au téléspectateur, brisant le fameux quatrième mur qui sépare l'acteur de son public. Un procédé repris par la version américaine de Beau Willimon. Cette dernière garde aussi le pitch principal, reprend l'idée du générique très solennel, mais se centre sur les démocrates et non plus les conservateurs.

Logique : si la version anglaise captait l'air du temps du début des 90's, post-Margaret Thatcher (qui dirigea le pays entre 1979 et 1990 à coups de réformes ultra-libérales), la version US a débuté en 2013, soit un an après la réélection de Barack Obama à la tête des États-Unis. Voilà deux séries au sujet similaire, la politiques et ses dessous peu glorieux, traités de façon complètement différente, avec vingt ans d'écart.

Acclamée par la critique lors de sa diffusion sur la BBC, la trilogie a valu un Emmy à son scénariste, Andrew Davies, et un Bafta à Ian Richardson. Composée de trois parties de quatre épisodes, elle est à découvrir sur Netflix France depuis le 1er juin.