En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

On a discuté avec Damon Lindelof et Tom Perrotta de la fin de The Leftovers

De passage à Austin pour l’ATX Festival, le binôme Damon Lindelof et Tom Perrotta s’est entretenu avec Biiinge au sujet de la fin de The Leftovers. Attention, spoilers. 

© HBO

© HBO

Décidément, pour son édition 2017, l’ATX Festival se tenant au Texas est the place to be, du moins si on veut tomber sur Damon Lindelof et échanger quelques mots concernant son chef-d’œuvre sériel, The Leftovers. Le show s’étant achevé il y a peu, le showrunner revient sur son grand final, épaulé par Tom Perrotta, auteur du roman ayant inspiré la série.

Biiinge | En 2014, dans une interview pour Entertainment Weekly, vous avez mentionné que vous aviez une idée pour la fin de la série. Votre idée initiale a-t-elle changé en cours de route ?

Damon Lindelof | Je n’avais pas d’idée précise de la fin. À l’époque, je savais comment je voulais terminer le pilote, puis comment finir la première saison. Je savais que je voulais qu’elle se termine exactement comme le roman, avec la même ligne de dialogue ("Regarde ce que j’ai trouvé", dit Nora à Kevin en montrant un bébé, ndlr). Nous n’avons même pas vraiment discuté de la saison 2 avant d’être en plein dans son développement, sauf l’idée que les personnages quitteraient Mapleton, celle d’introduire une nouvelle famille et aussi d’avoir une ville qui aurait été épargnée par les événements du 14 octobre. Nous n’avons jamais parlé de la saison 3. On blaguait entre nous sur l’idée d’aller en Australie. Mais à l’issue de la saison 2, l’idée de l’épisode "The Book of Kevin" n’existait même pas. Alors en 2014, tout ce que j’avais vraiment en tête, c’était la fin du livre de Tom Perrotta.

Tom Perrotta | Quand nous nous sommes rencontrés, Damon a cependant évoqué cette idée que le monde se serait en quelque sorte divisé en deux dimensions. Dans l’une d’elles, les 2 % de la population qui ont disparu vivraient dans une réalité apocalyptique, au sens traditionnel du terme. J’ai trouvé cette idée brillante et je lui ai dit de ne plus jamais en parler. [Rires.]

"Je pense que la série est devenue quelque chose de bien plus grand"

Tom, en quoi le sentiment que vous avez face à la fin de la série diffère de ce que vous avez ressenti en terminant le roman The Leftovers ?

Tom Perrotta | Je pense que la série est devenue quelque chose de bien plus grand, avec beaucoup plus d’aspects émotionnels que le roman. J’étais satisfait de mon livre, mais ça a été génial de le voir évoluer en quelque chose que je n’aurais pu imaginer. Je ne pouvais pas imaginer ce que la série allait devenir quand j’ai rencontré Damon. Je pensais qu’il s’agirait d’une adaptation littérale de mon livre et c’est devenu quelque chose de bien plus merveilleux et surprenant. Et ça, c’est un véritable cadeau.

Damon, dans une récente interview pour Uproxx, vous avez déclaré être surpris que de nombreux téléspectateurs ne remettent pas en question l’histoire que Nora raconte à Kevin, dans ce dernier épisode, à propos ce qu’il lui est arrivé quand elle est montée dans la machine LADR. Personnellement, je n’ai pas questionné la véracité de son monologue en regardant cet épisode, puis cette interview m’a poussé à la remettre en question…

Damon Lindelof | C’est drôle, le journaliste qui nous a interviewés avant vous nous a dit qu’il n’arrivait pas à croire que tout le monde ait pu croire l’histoire de Nora. Mais laissez-moi vous demander, avant de regarder le dernier épisode, même si nous avons toujours dit que nous ne révélerions jamais où les 2 % sont allés, est-ce que vous vouliez toujours le savoir ?

"The Leftovers: The End" Panel during the 2017 ATX Festival Season 6 on Thursday, June 8, 2017 in Austin, TX. (Photo by: Tammy Perez)

Damon Lindelof et Tom Perrotta lors du panel The Leftovers organisé à l'ATX Festival le 8 juin. (©️Tammy Perez)

Au fond, peut-être un peu. Mais au-delà de ça, je pense que si je crois Nora, c’est parce que, si elle nous ment, cela changerait probablement ce que je pense d’elle. Alors je préfère la croire.

Damon Lindelof | Qu’elle dise la vérité ou non, la même histoire est racontée : dans les deux cas, Nora entreprend de se rapprocher de ses enfants. Si elle a changé d’avis à la dernière minute et est sortie de la machine LADR, Nora a alors décidé qu’elle ne voulait plus les voir, qu’elle allait aller de l’avant et se mettre elle-même en exil pour une douzaine d’années environ. Dans la version de l’histoire que Nora raconte à Kevin, c’est quasiment la même chose, sauf qu’elle va dans une autre dimension, trouve ses enfants, va devant leur maison puis change d’avis au dernier moment.

Au final, c’est la même histoire, c’est l’idée que Nora devait avancer au bord de la falaise avant de réaliser ce qu’elle voulait vraiment. Nos intentions en tant qu’auteurs mises de côté – et nous avions une intention particulière pour cette scène –, la performance de Carrie Coon sur le tournage, dans chacune des prises tournées, m’a fait dire à Tom : "Je la crois". Et c’est nous qui l’avons écrit, ce qui montre que cette histoire est devenue tout autre chose quand Carrie l’a racontée.

Au final je me demande quelle intention a le plus d’importance : la mienne et celle de Tom ? Celle de Mimi Leder (réalisatrice de l’épisode, ndlr) ? Celle de Carrie ? Celle du public ? Ça, ça me fascine. Carrie et moi n’avons jamais discuté de la question, elle a donc pu interpréter le scénario à sa façon.

Tom Perrotta | Et puis si l’on regarde la question sous un angle thérapeutique, le fait est que l’on veut un récit avec lequel on peut vivre. Nora raconte une histoire avec laquelle Kevin et elle peuvent vivre.

Damon Lindelof | Vous avez raison de croire Nora. Cela ne veut pas dire qu’elle dit la vérité, mais nous voulons que vous croyiez son histoire, parce que Kevin l’a crue et que l’on veut que Kevin et Nora soient ensemble.

Tom Perrotta | C’est une plus jolie histoire. [Rires.]

"The Leftovers est vraiment devenue notre série."

Si le Damon Lindelof qui a écrit la fin de Lost rencontrait le Damon Lindelof qui a écrit la fin de The Leftovers, qu’est-ce qu’ils se diraient ?

Damon Lindelof | C’est la même personne ! Mais je pense que le Damon Lindelof du présent prendrait dans ses bras le Lindelof du passé et lui dirait : "Je suis désolé que tu souffres en ce moment, mais cela va donner lieu à la plus grande réussite créative de ta carrière." Je pense que la plus grosse erreur que je pourrais faire dorénavant serait d’essayer de faire quelque chose d’aussi bien – ou mieux – que The Leftovers. Et cela n’a rien de triste, c’est génial. C’est incroyable d’être à ce stade de ma carrière et de me dire que j’ai fait quelque chose de si remarquable que je ne ferais jamais mieux. Alors pas besoin d’essayer, et cela me donne la liberté d’expérimenter tout un tas d’autres choses.

De quoi êtes-vous le plus fier sur cette saison ?

Damon Lindelof | De toute l’équipe de la série. The Leftovers est vraiment devenue notre série. Quand je pense à toutes les personnes qui ont travaillé sur le show et à toutes leurs contributions, je suis fier de toutes les grandes idées qui sont venues des autres scénaristes, de toutes les belles idées qu’ont eu les réalisateurs. Je regarde The Leftovers et je ne pense pas que la série est la mienne, je pense que c’est quelque chose auquel j’ai eu la chance de participer, et c’est un sentiment incroyable.

Propos recueillis par Marine Pérot lors de l’ATX Television Festival à Austin, Texas.