En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

On t'a vu : Jon Bernthal, aka Le Punisher, dans How I Met Your Mother

Avant d'incarner les antihéros badass dans The Walking Dead ou Marvel's Daredevil, Jon Bernthal se la jouait lover dans How I Met Your Mother.

carlos

Saison 1 Épisode 2, The Purple Giraffe

Nous sommes en septembre 2005, une petite sitcom méconnue qui a de faux airs de Friends fait ses débuts sur CBS. Si le potentiel est déjà là, rien ne laisse présager, lors de ce second épisode, du succès fou que s'apprête à connaître How I Met Your Mother. Ce qui est certain, en revanche, c'est que le personnage de Barney Stinson, incarné par Neil Patrick Harris, bouffe déjà l'écran.

Dans "The Purple Giraffe", Ted, le narrateur qui raconte à ses enfants comment il a rencontré leur mère dans le passé, n'ose pas faire le premier pas avec Robin. Pourtant il en est sûr : elle est son âme sœur. Sauf que la demoiselle, si elle devait se laisser tenter, préfèrerait une relation "casual".

Problème, Ted est un incurable romantique. Aussi, pour l'attirer dans ses filets, il organise une soirée chez lui et invite l'objet de son affection. Mais Robin ne vient pas, trop occupée à avoir une vie et un travail. Notre héros, déçu, ne l'entend pas de cette oreille et persiste, en dépit du bon sens : il annonce alors que la fête se poursuivra le jour suivant.

bernthal

Pour la seconde fois, Robin manque à l'appel. Ted, en bon obsessionnel qu'il est, passe du statut de romantique invétéré à celui de gros lourdingue et l'invite une troisième fois pour une autre soirée, qui commence à sérieusement s'éterniser. Surtout pour son coloc Marshall, qui a un rapport de 25 pages à rendre pour son travail et commence à l'avoir mauvaise.

Troisième fête et, semble-t-il, troisième déconvenue pour Ted qui se fait remonter les bretelles par Marshall. Ce dernier lui balance ses quatre vérités : organiser trois soirées d'affilée, tout ça pour revoir Robin qui ne daigne même pas se pointer, c'est absurde ! Sauf que la jeune femme est bien là, juste derrière lui, et qu'elle a tout entendu.

Ted tente alors une pirouette pour la dissuader que non, non, non, il n'est pas un stalker. Il assure qu'il l'a invitée pour qu'elle rencontre un mec, prend le premier anonyme qui lui passe sous la main et les présente. Robin, voici Carlos. Carlos, voici Robin.

Jon Bernthal, le lover aux deux répliques

Avant d'être une gueule cassée et un antihéros badass prêt à en découdre avec les zombies de The Walking Dead ou le justicier de Marvel's Daredevil, Jon Bernthal était donc... un minet. Ses faux airs de beau gosse italien et son sourire enjôleur un peu benêt ont vite fait de séduire Robin.

En dépit de ses deux petites répliques, le personnage de Carlos est aussi un running gag au centre de l'épisode. Une sorte de MacGuffin dont on prononce le nom à tort et à travers durant les trois soirées. La "target" de Barney, par exemple, lui certifie que c'est Carlos qui l'a invitée ou encore, lorsqu'il essaie de rompre avec elle, que "Carlos avait raison à son sujet".

Qui est Carlos ? Le mystère prendra donc fin lorsque Barney pousse le personnage de Jon Bernthal, qui faisait tapisserie, aux côtés de Ted pour qu'il lui serve d'excuse. Il revient de loin, le Punisher !