Sans l’intervention de Jonathan Groff, cette scène de MINDHUNTER aurait été très différente

Difficile de contredire un maître comme David Fincher, surtout sur le tournage de sa série MINDHUNTER, mais parfois, la rébellion a du bon.

On prévient direct, si vous n’avez toujours pas vu ou fini la saison 1 de MINDHUNTER, sortie en octobre dernier sur Netflix, ce qui suit risque de vous spoiler. Il est encore temps pour vous de faire demi-tour. Dans un de ses fameux entretiens en tête à tête de célébrités du petit et du grand écran, "Actors on Actors", Variety a réuni Maggie Gyllenhaal, vue dernièrement dans The Deuce, la dernière création de David Simon sur HBO, et Jonathan Groff, le jeune profiler de MINDHUNTER.

Dans cet extrait, l’actrice demande à son confrère de lui raconter une fois où il n’était pas en accord avec la vision de Fincher, et ce qu’il a fait à ce moment-là. Après avoir salué la pertinence de sa question, Jonathan Groff explique que le tournage des épisodes se faisait dans le désordre, par blocs, comme c’est souvent le cas pour les séries du câble : "On a filmé les épisodes 1 et 2, 7 et 8, 9 et 10, 3 et 4, puis 5 et 6."

Ce va-et-vient entre le début et la fin a notamment permis aux scénaristes d’étoffer le background des personnages, et en particulier le duo formé par Jonathan Groff et Hannah Gross, qui joue Debbie, la petite amie de Holden. L’acteur raconte que certaines scènes étaient ainsi modifiées au fur et à mesure que les interprètes apprenaient à se connaître :

"Ils essayaient d’imaginer comment faire évoluer la relation avec Hannah Gross, qui joue ma petite amie Debbie. Et ils n’avaient pas encore écrit la fin de leur histoire. Et ils ont écrit cette scène dont je suis tombé amoureux, dans laquelle elle est assise sous le porche. J’arrive et je lui demande : 'Qu’est-ce qui ne va pas ?', et elle me répond : 'Eh bien, c’est toi le profiler, à toi de me dire.'

Donc je me mettais à profiler notre rupture. C’était une scène tellement brillante. Je n’ai jamais vu de scène de rupture où il n’y a pas de dispute, c’est juste une personne en train d’intellectualiser les comportements de chacun et d’analyser tout ça. Ils ont donc écrit la scène, je l’ai mémorisée, et le lendemain matin j’ai réalisé qu’elle était différente. Ils l’avaient changée".

Et là vous vous dites : "Mais, c’est exactement la scène que l’on a eue !" Vous pouvez remercier Jonathan Groff pour ça. On apprend, dans la suite de l’extrait, que sans son intervention, la rupture entre Holden et Debbie aurait pu être très différente et, d’une certaine façon, bien plus quelconque.

"J’aimais tellement ce qu’ils avaient fait avant ce changement, mais ils réécrivaient sans arrêt des choses. Donc ce matin-là, quand j’ai constaté que cet élément était absent de la scène, je me suis dit : "Oh non !" Et comme je ne l’ouvre que très rarement, et que ce moment avait eu une forte résonance en moi, on a fini par faire cette scène. Donc, je ne veux pas récolter les lauriers pour ça, car les scénaristes l’avaient déjà écrite au préalable, mais ça partait dans une autre direction et c’est revenu dans sa position initiale."

On peut difficilement parler de confrontation ou de réelle opposition, mais on ne peut pas blâmer Jonathan Groff : comment remettre en question un maître comme David Fincher et la vision de ses scénaristes ? Finalement, l’acteur a eu raison de suivre son instinct. Mais il reconnaît que c’est quasi impossible de trouver une anecdote où il n’était pas d’accord avec Fincher : "Son monde et son point de vue son tellement spécifiques. Bon sang, cette interview me donne l’impression de lui tailler une pipe !" Et Maggie Gyllenhaal de lui suggérer aussitôt : "Viens jouer dans The Deuce !"

La première saison de MINDHUNTER, composée de 10 épisodes, est disponible sur Netflix.