En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Kyle MacLachlan : "Sans David Lynch, je n'aurais pas eu une telle carrière"

Rarement la suite d’une série aura suscité autant de questions, d’appréhensions et d’attentes. Kyle MacLachlan est revenu, lors d’une conférence de presse au Festival de Monte-Carlo, sur ce retour sous haute surveillance.

kyle-twin-peaks

C’est un Kyle MacLachlan élégant mais détendu qui s’est présenté devant nous lors de la conférence de presse consacrée à Twin Peaks, qui s’est tenue ce lundi au 57e Festival de télévision de Monte-Carlo. L’acteur, qui s’est illustré autant au cinéma que sur le petit écran, n’est pas avare en compliments à l’égard de celui qui l’a découvert, David Lynch. Une relation qui s’est construite au fil du temps mais qui prend racine en 1983, dans les studios Universal de Los Angeles, sur le tournage de Dune. Une première rencontre qui a marqué l’acteur.

"David Lynch et moi, on a grandi dans un environnement assez similaire, dans des petites villes du nord-ouest des États-Unis."

À l’époque, Kyle MacLachlan poursuit ses études de théâtre à l’université de Washington. Son objectif d’alors était de partir à New York pour parfaire sa formation et d’intégrer une troupe de théâtre de répertoire pour ensuite faire des représentations dans tout le pays. Mais le sort en a décidé autrement :

"David m’a vu pour la première fois grâce à la magie des cassettes vidéo à l’époque et j’ai pris l’avion pour le rencontrer à Los Angeles. Donc c’est grâce à lui que ma carrière d’acteur de cinéma et de séries a débuté. Alors qu’initialement, j’étais décidé à rester à New York pour terminer ma formation, travailler au Shakespeare Festival… David m’a fait prendre un virage. Sans David Lynch, je n’aurais pas eu ma carrière au cinéma et à la télé."

Il y a eu Dune, puis Blue Velvet, et les deux saisons de Twin Peaks, puis le film qui leur sert de préquel, Fire Walk with me. Malgré ses nombreuses autres apparitions sur le grand comme le petit écran, Kyle MacLachlan est à jamais indissociable de l’iconoclaste cinéaste. Vingt-cinq ans (et des poussières) plus tard, il retrouve le chemin lynchien qui mène à cette petite ville de l’État de Washington. Un timing parfait, selon l’acteur.

"David Lynch était la seule personne avec qui cette histoire pouvait se poursuivre et le timing semblait idéal. Les fans ont, d’une certaine façon, contribué à faire revenir Twin Peaks. Avec les réseaux sociaux, les gens ont pu faire entendre leur voix. Et ils se souvenaient que Laura Palmer leur avait donné rendez-vous dans 25 ans. Donc ils ont commencé, lentement mais sûrement, à dire : 'Allez, on veut voir plus de Twin Peaks.' Et ça a pu pousser David et Mark [Frost] à se pencher sur la question et à se demander s’il n’y avait pas plus de choses à raconter. Donc je remercie les fans d’avoir maintenu cet univers en vie."

"J’appréhendais de jouer le double maléfique"

mister-c

En plus de retrouver le costume familier de l’agent Dale Cooper, Kyle MacLachlan a aussi dû incarner deux nouveaux personnages pour cette troisième saison : le double maléfique, Mister C., et Dougie.

"Toute la transformation pour devenir Mister C., le double maléfique, était un tel grand écart pour moi. Et je l’ai totalement adopté. Pourtant, j’appréhendais de le jouer parce que je savais ce que voulait David et j’espérais vraiment pouvoir y parvenir. Je savais aussi que la meilleure chance d’y parvenir, c’était avec David comme guide. J’avais vraiment besoin de ses conseils. On a pas mal expérimenté pour le trouver, ce personnage. Je n’avais jamais fait ça avant, jouer un homme sans le moindre remords.

Le revers de ça, c’est Dougie, et il était sympa à jouer pour d’autres raisons. C’était un défi, déjà à cause du temps nécessaire à ce personnage pour découvrir le monde qui l’entoure. L’un des plus beaux cadeaux que David ait pu me faire, c’est la liberté de prendre ce temps. Pour les acteurs, surtout en télé, c’est toujours frustrant parce que ça va toujours très vite, il faut aller de l’avant. Et David est à l’opposé de tout ça. Il a laissé le personnage se dévoiler à son propre rythme, et c’était très libérateur."

"Moi aussi je suis désorienté par la vision de David Lynch"

La grosse interrogation qui nous brûlait tous les lèvres, c’est un journaliste finlandais qui a osé la poser. "What the hell is going on?!" Autant demander à un adepte de la méditation quel est le sens de la vie… Pas sûr qu’il aurait tenté la même chose en présence du réalisateur, mais Kyle MacLachlan se montre joueur, ouvert à toutes les questions et partage volontiers ses impressions sur cette nouvelle mouture de la série culte.

"J’ai ma petite idée. Mais je suis au même rythme que vous. J’ai fini l’épisode 6 et je sais que l’épisode 7 a été diffusé hier soir. J’aime le fait de découvrir, épisode après épisode. Évidemment, j’ai l’avantage d’avoir lu le script en entier, donc je sais où ça va, mais moi aussi je suis désorienté par la vision de David Lynch et sa façon de raconter cette histoire. Je suis aussi viscéralement affecté par l’imagerie de David."

twinpeaksdonut

Nous voilà (presque) rassurés. Mais l’acteur, qui a roulé sa bosse dans l’industrie, sait à quel point le monde du cinéma et des séries peut être redevable à David Lynch. Pour les sériephiles, et plus largement, l’histoire de la fiction télé en général, il y a eu un avant et un après Twin Peaks.

"Je pense que Twin Peaks, et la vision de David Lynch, ont ouvert la porte à des auteurs, des showrunners, des réalisateurs. Ça les a autorisés à penser qu’eux aussi pouvaient avoir une voix distincte et lui donner vie. Mais ça a aussi aidé les studios et les networks à s’ouvrir à l’idée de travailler avec un auteur, et lui permettre de suivre sa vision, tout en se mettant en retrait pour ne pas entraver sa démarche créative."

L’acteur insiste toutefois sur un point : même si les fans de la première heure sont passionnément attachés à l’originale, "cette nouvelle saison de Twin Peaks, ce n’est pas un regard nostalgique dans le rétroviseur. C’est une toute nouvelle histoire".

"Rien ne peut égaler ce que l’on ressent à travailler pour David Lynch"

Mais ce qui ressort surtout de cette conférence de presse, c’est l’admiration sans borne que Kyle MacLachlan porte à son réalisateur fétiche.

"Avoir David Lynch comme réalisateur, c’est quelque chose d’unique. On a eu beaucoup de talentueux réalisateurs sur les deux premières saisons. Mais la présence de David nous élève, en tant qu’acteur, et nous pousse à un tout autre niveau. Et des années plus tard, quand on s’est retrouvés sur le plateau, ça m’a encore frappé. Rien ne peut égaler ce que l’on ressent à travailler pour David Lynch. Peut-être parce qu’on est proche, mais aussi par sa capacité à susciter le meilleur et l’inattendu chez ses acteurs. Deux choses que je chéris."

La saison 3 de Twin Peaks est à suivre sur Canal+ depuis le 25 mai.