Le binge watching favoriserait la dépression

Le binge watching, cette pratique des addicts de séries télé, pourrait bien être mauvais pour la santé. C'est ce que montre une étude qui lie cette tendance à la dépression.

Orange is the New Black, la série à binge watcher absolument

Orange is the New Black, la série à binge watcher absolument

Si vous préférez rester chez vous pour vous enfiler toutes les saisons d'House of Cards ou Breaking Bad plutôt que mettre le nez dehors, vous êtes adeptes du binge watching (ou gavage télévisuel en bon français). Mais cette pratique pourrait bien favoriser la dépression, selon une récente étude américaine.

C'est le site NPR qui relaie l'information. Yoon Hi Sung, étudiant à l'université du Texas à Austin, a mené une recherche pour tenter de comprendre les effets du binge watching sur la santé. Et selon lui, "les résultats montrent que ceux qui sont les plus déprimés regardent beaucoup de programmes."

Sur les 316 personnes interrogées, 237 ont été diagnostiquées comme étant des "binge watchers". Et ceux-ci ont présenté plus de symptômes liés à la dépression, la solitude et l'incapacité à contrôler son comportement. Mais ce résultat est à nuancer. Il n'y aucune preuve que le binge watching est à l'origine de ces états. On ne peut que suggérer un lien entre les deux. 

Définir le binge watching

Pour pouvoir étudier le binge watching, il faut déjà définir ce que l'on entend par là. Sung et les autres chercheurs ont indiqué que visionner deux épisodes ou plus d'affilée peut être considéré comme du binge watching. Mais cela dépend de ce que vous regardez. Par exemple, deux épisodes de Friends n'ont pas la même durée qu'un seul épisode de Game of Thrones. 

L'étude se base sur de nombreuses variables puisque les participants ont répondu à des questions très générales – sur leur salaire par exemple – et à des questions plus précises sur leur état émotionnel. Les chercheurs ont procédé de la même manière que les études permettant de découvrir un binge drinker (consommation excessive d'alcool) ou un binge eater (consommation excessive de nourriture). Il est donc difficile de tirer de véritables conclusions sur une étude à si petite échelle.

Mais pour Chad Bingo, un étudiant qui a travaillé sur une étude concernant le binge watching en 2014, il y a un lien de cause à effet entre binge watching et addiction : 

Nous avons des réponses qui sont très similaires aux personnes qui arrêtent de trop manger ou de consommer de la drogue. Les effets secondaires ne sont pas présents mais le sentiment de besoin permanent, oui.

Netflix favorise cette pratique

L'avènement de Netflix a considérablement changé la manière de consommer les séries. La chaîne permet très facilement de regarder des épisodes à la suite. Quand le premier s'arrête, le second commence automatiquement 15 secondes après. C'est au spectateur de prendre la décision d'arrêter sa télé, ce qui s'avère parfois compliqué quand on veut à tout prix voir la suite.

Nous pensons principalement que le flux continu [des épisodes] encourage le binge watching. Ce que nous considérons comme une attitude d'addict, c'est quand presque tous les week-ends les gens se lèvent à 9h du matin et regardent des épisodes pendant 10 heures, continue Chad Bingo.

Mais ce serait faux de dire que le binge watching est mauvais pour la santé. Raj Devasagayam, professeur en charge de l'étude en 2014, estime au contraire que la capacité d'attention des adeptes est plutôt impressionnante. En regardant plusieurs épisodes à la suite et parfois de plusieurs séries différentes, il faut réussir à suivre les multiples histoires qui défilent.

Et consommer des séries peut être un moyen de communiquer avec des fans qui ont les mêmes centres d'intérêt ou de réunir son groupe d'amis devant la télé. Allez, on vous laisse retourner à votre gavage télévisuel.