En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Comment Love a mis les pieds dans le plat du féminisme dans sa saison 3

C’est la fin des haricots pour le Docteur Greg.

© Netflix

La saison 3 de Love est celle de la maturité pour nos deux tourtereaux, qu’elle soit émotionnelle ou professionnelle. En particulier du côté de la jeune femme. Au début de la série, Mickey déteste son job à la radio Gravity, qu’elle considère comme alimentaire. Il faut dire qu’elle gère l’émission du Docteur Greg Colter (qu’on pourrait aussi appeler Docteur Melon), l’équivalent parodique de notre Doc de Fun Radio, c’est-à-dire qu’il était rigolo à l’époque mais 20 ans plus tard, les émissions de radio sur le sexe ont légèrement évolué et son mainsplaining ou son bodyshaming passent mal en 2018.

Depuis le début de la série, le Doc Greg – interprété par le génial Brett Gelman – incarne une version extrême de ce mec cinquantenaire comme on en connaît tous, légèrement dépassé par l’évolution de la place des femmes dans la société. C’est-à-dire qu’il est – en théorie – pour l’égalité femmes-hommes, si cela ne remet pas en cause ses privilèges. Ce personnage utilisé de façon comique est persuadé – à tort évidemment – de sauver des millions de personnes désœuvrées sexuellement. Cet imposteur, doublé d’un gros misogyne qui s’ignore, voit petit à petit son influence et son émission réduites à peau de chagrin, tandis que Mickey recrute une jeune millennial, Stella Emmett (Jessie Ennis), blogueuse sexo influente qui se laisse tenter par l’aventure radio. C’est à ce moment-là qu’elle se rend compte qu’elle est comblée par son job de productrice, parce qu’elle croit en la vision de Stella. Les deux femmes créent ensemble une émission à succès.

Male tears

© Netflix

De son côté, notre pauvre Docteur Greg enchaîne les fours. Complètement largué, il se tape l’incruste dans l’émission de Stella pour faire un peu de pub à son dernier bouquin, qui se vend mal. Voilà donc une jeune femme bien dans ses baskets qui va faire face à un animateur cinquantenaire vieillissant et clairement à côté de ses pompes. Ce dernier commence par expliquer que, même si, évidemment, il pense que les femmes et les hommes sont égaux, "la popularité du féminisme a noyé des voix masculines importantes". Stella lui répond du tac au tac par des sarcasmes bien sentis ("Oui, c’est vrai qu’on a vraiment besoin d’entendre encore plus de voix masculines en ce moment").

Le ton monte quand une auditrice appelle pour avoir un conseil sur une pratique sexuelle qui lui fait du bien mais sur laquelle elle s’interroge. Elle aime qu’on l’étrangle, cela l’aide à atteindre l’orgasme. Stella la déculpabilise et lui conseille de s’entourer d’un partenaire de confiance pour bien se sentir en sécurité. Le Docteur Greg n’a pas vraiment le même avis et estime que les pratiques "bizarres ne sont pas toujours saines". Stella lui rétorque que vu sa tronche, tout indique qu’il est un partenaire sexuel plutôt boring. L’homme se défend alors en donnant des exemples de sa grande ouverture sexuelle : il a fait des trucs avec de la nourriture, il "kiffe les pieds" et il a même joui, une fois, en pratiquant un cunnilingus.

© Netflix

Le duo ne peut visiblement pas se voir en peinture et Doc Greg finira par perdre son sang-froid et balancer une boîte de préservatifs à la tête de Stella. Il représente ce que les féministes américaines ont appelé les "male tears", un terme destiné à moquer les hommes, bénéficiant par défaut d’un statut de privilégiés, qui tentent d’attirer la sympathie d’autrui en percevant des injustices contre eux, qui seraient perpétrées par des personnes moins privilégiées ou par celles même qu’ils oppressent. Ainsi, on parle aussi de "white tears" quand des personnes blanches viennent se plaindre d’un racisme anti-Blancs par exemple.

Pour en revenir à cette scène de Love, on assistait là aux dernières "male tears" du Docteur Greg, qui a déjà eu quelques scènes savoureuses dans cette saison 3, notamment celle où il se trouve dans une librairie et confesse que la majorité de son livre est du bullshit. Le voilà qui pleure comme une madeleine et finit par trouver du réconfort auprès de personnes qui venaient de sortir d’une réunion des AA, recrutées au pied levé par Mickey pour peupler l’endroit désert. Cet événement n’empêchera pas Greg d’accuser en direct "les femmes" d’utiliser le sexe pour obtenir ce qu’elles veulent.

À la fin de cet épisode, intitulé "Stunt Show" (S3, E8), l’animateur est congédié jusqu’à nouvel ordre par deux femmes, histoire de bien enfoncer le clou. RIP Doc Greg et ses sorties malaisantes. Tu vas nous manquer. Nan, on déconne.