Biiinge Awards : le meilleur, le pire et le plus WTF des séries de 2017

C’est l’heure des Biiinge Awards 2017 !

Parce qu’on vous a proposé de jolis classements très sérieux ces dernières semaines, comme les 30 meilleures séries 2017, il fallait bien qu’on se lâche un peu. En vue de la saison des cérémonies type Golden Globes qui va débuter dès janvier, on a eu envie de décerner nos propres prix. Enjoy !

L’effet spécial le plus foireux

Prix décerné à : The Walking Dead

C’est l’histoire d’une biche qui n’avait rien demandé et fut massacrée par ordinateur. Sur Paint, ça peut faire marrer, mais dans The Walking Dead, c’est une nouvelle preuve que la série subit une baisse de régime. La saison 6 clivante du show n’a pas été aidée par cette hideuse (et odieuse) créature en CGI censée ressembler à une biche lorsque Rick et Michonne cherchaient des vivres dans une fête foraine abandonnée. On n’avait plus vu une telle atrocité depuis le sous-marin dans Lost.

Outre les rôdeurs, le bestiaire de The Walking Dead a toujours été impressionnant : des chiens, des cochons, des chevaux et même une tigresse ont survécu à l’épidémie de zombies. Ces derniers, entraînés et maquillés sous la houlette du maître Greg Nicotero, ont toujours été particulièrement convaincants. Mais cela n’a pas empêché les stagiaires en graphisme de s’emparer des effets spéciaux pour modéliser cette biche numérique qui aura plus fait rire que pleurer, après avoir été abattue par le shérif puis dévorée par les morts-vivants. Life is a bitche.

La meilleure utilisation d’une paire de boobs

© Amazon

Prix décerné à : The Marvelous Mrs. Maisel

On ne va pas se mentir, à l’ère de Game of Thrones, voir une paire de seins débarquer sur nos écrans est presque d’une banalité flagrante. Mais parfois, par on ne sait quel miracle, cette nudité n’est pas totalement gratuite et va même jusqu’à servir le propos de la série qui la met en scène. Si, si, c’est possible. Cette année, ce fut le cas avec l’héroïne de The Marvelous Mrs. Maisel qui pète tout bonnement un câble et fait tomber le haut.

Ivre, à cran après la rupture inattendue avec son mari, elle se lance dans un spectacle de stand-up improvisé et va même jusqu’à exhiber fièrement sa poitrine devant l’auditoire ahuri. Pas d’érotisme, simplement une femme lassée de son quotidien morne qui s’émancipe et se met (littéralement) à nu. Qu’on ne se méprenne pas : les boobs de Rachel Brosnahan ne sont pas là pour titiller l’entrejambe des téléspectateurs masculins, mais accompagne l’évolution de son personnage. Ça change !

La série qui explose son quota de DILF

© Netflix

Prix décerné à : Riverdale

Alors OK, Riverdale est criblée de défauts qui peuvent occasionnellement rendre son visionnage pénible. Mais s’il y a bien une chose qu’on ne peut lui enlever, c’est le casting impeccable des papas de la série. De Fred Andrews à FP Jones en passant par le shérif Keller (remember cette scène où il pousse de la fonte torse nu dans sa cave), les darons de Riverdale n’ont rien à envier à leurs fistons. Comme dirait l’impertinente Cheryl Blossom, ils ont tous l’air très très DILF. Et parce que le sexisme, c’est mal, on va tout de même préciser que les mamans du show (Alice et Hermione en tête) n’ont clairement rien à leur envier.

Le pénis le plus utile

© Netflix

Prix décerné à : American Vandal

Calmez tout de suite vos ardeurs, on ne parle pas de zob au sens littéral du terme. Cette année, la sous-estimée American Vandal a proposé le pitch de base le plus absurde, et probablement le plus ingénieux, du cru 2017. À la façon des docu-séries inspirés de faits réels comme Making a Murderer, la comédie parodique nous immerge dans une enquête de haut vol : mais qui a bien pu dessiner des phallus sur les voitures du parking du lycée d’Hanover ? Et le pire, c’est qu’en une saison à la limite de l’irréprochable, American Vandal prouve qu’elle a su faire le meilleur usage possible du sexe masculin.

Le générique le plus cheap

Prix décerné à : Dynasty

À l’heure où des génériques comme ceux d’American Gods et Taboo donnent tout et nous en mettent plein la vue, il y en a d’autres qui opèrent à contre-courant. On croirait même que le but de certaines de ces ouvertures est de nous repousser plus qu’autre chose. Dans cette catégorie, celui de Dynasty mérite la Palme d’or. Des photos des personnages collés sur un fond vert, le nom de leurs interprètes incrusté juste à côté façon feuilleton de grand-mère… Le tout est bien évidemment sublimé par des effets cheap tout droit sortis de Windows Movie Maker. Difficile de faire pire.

Le couple qui fait tout pour être sexy (mais ça ne marche pas)

© Netflix

Prix décerné à : Veronica et Archie dans Riverdale

L’alchimie à l’écran, ça ne s’invente pas : on l’a ou on ne l’a pas. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que K.J. Apa et Camila Mendes, les jeunes comédiens de Riverdale, ont une attirance qu’on pourrait qualifier… d’inexistante ? La série a beau faire du forcing dans les règles de l’art, le couple formé par Archie et Veronica ne prend pas et en devient plus risible qu’autre chose. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé de raviver la flamme dans une scène de sexe sous la douche, supposément sexy mais finalement plus gênante qu’autre chose. Aoutch.

La série qui a bien fait de se finir

© Freeform

Prix décerné à : Pretty Little Liars

Ça y est, les gars ! Les sueurs froides provoquées par le visionnage d’un énième épisode de Pretty Little Liars, c’est terminé. Pendant sept saisons d’une qualité toujours sur le déclin, la série pour ados est parvenue à conserver une certaine constance sur un point et un seul : sa médiocrité inégalée. Heureusement, la souffrance est terminée. Sayonara, les menteuses, vous ne manquerez pas.

La coupe de cheveux que tu n’avais pas imaginée dans tes pires cauchemars

© Netflix

Prix décerné à : Billy dans Stranger Things

Alors oui, on l’avoue, c’est pas très réglo de juger une coiffure des 80’s avec les critères de notre société actuelle. Mais ça ne va pas nous empêcher de le faire. Peut-on prendre deux secondes pour apprécier le côté kitsch de la crinière du nouveau Billy dans Stranger Things ? Une coupe mulet améliorée, avec un front dégagé et des bouclettes éparpillées de tous côtés. Et on ne peut pas dire que c’est cette paire de sourcils douteuse qui va venir rattraper ce désastre capillaire.

Le bébé le plus trognon de l’histoire des séries

© Showtime

Prix décerné à : Larry dans SMILF

Les bébés, ça peut souvent être franchement moche. Mais, par le plus grand des miracles, certains bambins ont touché le jackpot à la loterie génétique. C’est le cas de Larry, le rejeton de l’héroïne décalée de SMILF, qui nous hypnotise d’emblée avec son regard perçant et sa tignasse blond cendré. De quoi avoir honte de nos photos douteuses remontant à nos années de maternelle.

La scène de sexe la plus WTF

American Gods / Bilquis Sex Scene from on Vimeo.

Prix décerné à : Bilquis dans American Gods

La déesse Bilquis, c’est un peu la dominatrix par excellence. C’est elle qui décide où, quand et surtout comment. Dans ses parades amoureuses, il est autant question de sexe et de survie que de cannibalisme, en passant par l’expérience transcendantale. Une chose est sûre, elle doit avoir un périnée en béton armé ! Et on a beau rire, mais jamais les séries ne nous avaient offert pareil spectacle (même si True Blood faisait fort… dans le mauvais goût). Comme sa déesse de l’amour, la séquence est gracieuse, ultra-sexy et complètement surréaliste.

Le superpouvoir complètement naze mais qui booste tes soirées disco

Prix décerné à : Karolina dans Marvel’s Runaways

Celle-là, on ne l’avait pas vue venir. On vous arrête tout de suite : non, on n’a pas lu les comics parce que bon, on ne va pas se taper les matériaux d’origine des 300 adaptations séries qui débarquent chaque année, deal with it. N’empêche que ce superpouvoir (la jeune fille se met à scintiller de mille couleurs) est en apparence totalement inutile, mais a un certain panache dès qu’il s’agit d’ambiancer vos soirées en deux-deux. Alors oui, cette explosion de glitter se révèle être bien plus sophistiquée qu’elle n’y paraît, mais on n’en dira pas plus : spoilers !

Cet article a été écrit par Florian Ques, Delphine Rivet et Adrien Delage.