Une prison américaine interdit la lecture de Game of Thrones à ses détenues

Elles pourraient s’échapper de Westeros…

© HBO

Le temps semble durer une éternité pour les fans de A Song of Ice and Fire (Le Trône de fer en VF), la saga littéraire de George R.R. Martin sur laquelle est basée Game of Thrones. Depuis 2011, les lecteurs attendent avec souffrance le sixième tome de la franchise, baptisé The Winds of Winter, qui n’est toujours pas prévu pour 2018. Entre l’écriture de la série et l’anthologie Fire and Blood, l’auteur américain a perdu un temps considérable pour narrer l’histoire du royaume des Sept Couronnes. Mais certains sont plus à plaindre que d’autres.

En effet, il existe dans le Maryland un centre de détention pour femmes qui ne plaisante absolument pas sur le règlement. Dans cet établissement, le cash, les téléphones, les cartes de crédit ou encore les paillettes sont évidemment prohibés, mais aussi certains ouvrages dont fait partie… A Song of Ice and Fire. C’est la prisonnière Kimberly Hricko, condamnée à perpétuité pour un meurtre au premier degré et incendie volontaire, qui l’a révélé non sans un certain sens de l’humour à The Marshall Project :

"Les livres Game of Thrones sont bannis car ils contiennent des cartes. Or, les cartes sont considérées comme de la contrebande ici. J’imagine que je ne parviendrai jamais à m’évader de Westeros !"

Si les propos de la détenue font sourire, la loi carcérale des prisons de l’État est très stricte sur le sujet. Les cartes sont interdites car elles peuvent fournir des méthodes d’évasion. Et qu’on se situe dans la Terre du Milieu ou sur le continent de Westeros, la règle ne déroge pas pour ces centres pénitentiaires.

La carte visée par la prison du Maryland apparaît dans A Clash of Kings, le deuxième tome de la saga. Elle aide un personnage à s’évader à travers le Conflans, territoire des Frey depuis l’épisode du Red Wedding, qui ne doit pourtant pas avoir beaucoup de points communs avec les alentours de Baltimore. Cette interdiction est loin d’être unique. Au Texas, il est interdit de jouer à Donjons et Dragons (RIP Stranger Things) pour les mêmes raisons. Bref, pop culture et menottes ne font pas vraiment bon ménage.