En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

ragnar

Et si les dieux nordiques de Vikings avaient abandonné Ragnar pour de bon ?

Plusieurs signes tendent à montrer que le règne de Ragnar dans Vikings arrive à son terme. Attention, méga spoilers.

ragnar

©️ History

Après l'épisode 11 de Vikings, où Ragnar retournait auprès de son peuple et de sa famille, on se demandait s'il n'était pas revenu en quête de rédemption. Dans "The Vision", le départ de Ragnar pour le Wessex confirme cette impression. Malheureusement, cette vendetta amène avec elle de très mauvais présages, une finalité que les fans redoutaient et pensaient inconcevable : Ragnar n'est pas immortel. Et si sa demande lors de son arrivée à Kattegat ("qui veut être roi ?") était bien plus méta que ce qu'on imaginait ? Et si Michael Hirst et son équipe cherchaient réellement un remplaçant au héros de Vikings ?

Plusieurs signes portent à croire que Ragnar vit ses derniers instants. Il est particulièrement mélancolique, rongé par le chagrin, la vieillesse et la fatigue se lisent sur son visage. Sans oublier qu'il a tenté de se suicider dans "The Outsider", même si Odin, symbolisé par les corbeaux, était toujours à ses côtés pour l'en empêcher. On a également le sentiment que Ragnar cherche à régler toutes ses petites affaires avant de partir tranquillement pour le Valhalla. Il se réconcilie avec Floki, offre toute sa fortune à son peuple et présente même des excuses à Aslaug, malgré la haine qu'il éprouvait pour elle depuis les passages d'Harbard. Des mots qui "devaient être dits", susurre-t-il à sa femme, comme si c'était sa dernière chance d'exprimer ses sentiments.

La scène finale de l'épisode 12 confirme de nouveau qu'une épée de Damoclès est suspendue au-dessus de Ragnar. Pire, les faits historiques annoncent une fin proche et atroce pour le roi des Vikings. À moins que le magicien n'ait, comme il sait si bien le faire, gardé un atout dans son fourreau.

La réalité rattrape la fiction

Michael Hirst, le créateur de la série, est un expert en vikings et en mythologie nordique. C'est pourquoi la reconstitution des costumes, des drakkars et de nombreux rituels, comme l'aigle de sang, s'inspirent en partie de faits réels. Michael Hirst et son équipe de scénaristes suivent, avec plus ou moins de libertés, le voyage du vrai Ragnar Lodbrok. Il faut dire que son règne est parsemé d'inconnu et de pages blanches. Ses raids contre l'actuelle Angleterre ou encore Paris se seraient vraiment passés, ainsi que la naissance de ses fils Björn, Ivar, Ubbe et Sigurd.

Les historiens pensent que Ragnar aurait vécu au Danemark entre 750 et 850 après Jésus-Christ. Il est difficile d'en apprendre plus sur cette figure légendaire, tant il manque d'écrits retraçant ses exploits. Il a également lancé des attaques contre le Wessex, et plus précisément contre la Northumbrie, où siège le roi Ælle, qu'on a déjà aperçu à plusieurs reprises dans Vikings. Le poème intitulé "Le Chant de Kráka" narre les dernières heures de Ragnar, qui aurait été capturé puis jeté vivant dans une fosse à serpents. Cette fin horrible et indigne du guerrier qu'est Ragnar semble pourtant se rapprocher à grande vitesse dans la série. Après la tempête, Ragnar a de fortes chances d'être porté par le courant jusqu'aux côtes du Wessex, puis capturé par le roi Egbert ou par le roi Ælle. On sait malheureusement comment l'histoire se termine...

La descendance de Ragnar dans les yeux d'Ivar

ivar

©️ History

Ivar, aka le Désossé, est le garçon le plus intriguant et le plus flippant parmi les fils de Ragnar. Même ses frères ont peur de lui malgré son handicap évident. Pourtant, c'est celui qui porte le mieux l'héritage de son père. Fougueux, ambitieux, imprévisible, la même flamme de folie brûle dans ses yeux, comme Ragnar avant qu'il ne parte naviguer dans les premières saisons. C'est également le plus fidèle de tous, le seul qui accepte d'accompagner son père dans sa vengeance contre le roi Egbert.

Ivar a besoin de faire ses preuves. Tout ce qui lui permet d'être un homme, de mériter l'attention des dieux et de son père est quasiment impossible à cause de ses jambes difformes. Il est incapable de satisfaire une femme, de monter à cheval et il a même le mal de mer. Bref, tout ce qui peut représenter la fierté d'être un guerrier viking lui est défendu. Malgré ses vices et sa tendance de psychopathe à menacer sa servante et ses frères, Ivar est un personnage touchant et beaucoup plus complexe qu'il ne le paraît. Il est brillamment incarné par le jeune acteur danois Alex Høgh Andersen, qui a dû demander des conseils à Travis Fimmel pour interpréter avec autant de sincérité la démence et la joie dans une même scène.

Si on oublie le côté historique de la série, Ivar a toutes ses chances de réussir des exploits aussi incroyables que Ragnar, ou même que Björn qui part à l'assaut de la mer Méditerranée. Et c'est bien là tout le problème pour le roi des Vikings : Ragnar a déjà un parfait héritier pour le remplacer sur le trône et dans la série.

Ragnar, le roi du twist complètement fou

Dans "The Vision", Ragnar semble avoir perdu les pédales ou ne plus croire en ses chances de réussite. Il ose quand même s'embarquer dans une bataille perdue d'avance contre le roi Egbert, prenant la mer avec trois pauvres drakkars et une vingtaine de guerriers qui ont l'âge de partir en maison de retraite. On dirait presque le Ragnar négligeant découvert en première partie de la saison 4, où son jugement était altéré par les drogues et son esprit envahi par l'unique volonté de se venger de Rollo. Heureusement, en tant que fan profondément dévoué à la cause de Ragnar, on peut possiblement entrevoir une porte de sortie pour lui, via ses coups de génie qui l'ont sauvé plus d'une fois.

Ragnar est un fin stratège qui nous a surpris à plusieurs reprises. Si les derniers événements en date, dont l'attaque de Paris, ne vont pas dans ce sens, on est en droit d'attendre de l'amélioration au vu de son voyage d'une dizaine d'années. Depuis sa victoire contre l'Earl Haraldson, Ragnar a redoublé de tactiques mémorables pour parvenir à ses fins.

Les fans de la série auront notamment en tête cet illustre retournement de situation quand Ragnar fait croire à sa dispute avec Flóki et à sa mort pour s'incruster dans Paris. Peut-être a-t-il ici la même idée : se faire capturer pour ensuite inciter ses fils, Lagertha, Björn et tout son peuple de venir au Wessex afin de le secourir. Cela expliquerait sa générosité, omniprésente depuis quand même deux épisodes, et sa volonté de régler les conflits du passé avec ses proches. Il ferait alors d'une pierre deux coups : il obtiendrait sa vengeance sur le roi Egbert et regagnerait la confiance de sa communauté.

La saison 4 de Vikings a bien repris dans le plus grand des calmes en attendant, littéralement, la tempête. Loin de nous offrir des batailles sanguinaires et de multiplier les points d'intrigues sur Rollo ou le roi Egbert, les créateurs du show préfèrent se focaliser sur les nouvelles forces en présence. Le tout en nous offrant des scènes bouleversantes, d'une tendresse infinie, plongeant une fois de plus dans l'intimité d'un Ragnar que nous ne connaissions plus, un personnage ultra-charismatique et terriblement attachant.

Si le roi des Vikings venait finalement à mourir, il n'y aurait qu'une seule personne à blâmer et à remercier à la fois : Travis Fimmel, pour avoir transcendé à travers sa prestation l'un des plus vieux antihéros de l'Histoire.