En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Ryan Murphy en dit plus sur la nouvelle saison d’American Horror Story

L’horreur est parfois bien plus réelle qu’on ne le croit.

© FX

L’arrivée de la nouvelle saison d’American Horror Story approche à grands pas et la rentrée sera inaugurée par une horde de clowns terrifiants. Après le générique glaçant, c’est le trailer officiel qui a été mis en ligne, nous en disant un peu plus sur l’intrigue. Et à une semaine de l’arrivée d’American Horror Story: Cult, le showrunner a consenti à en dire davantage sur cette nouvelle cuvée d’épisodes à Variety :

"La saison ne concerne pas Trump, ni Clinton. Elle se concentre sur quelqu’un qui a les moyens de pointer son doigt dans les airs et de sentir le vent tourner, et d’utiliser cette capacité pour se révolter et prendre le pouvoir. Mais aussi de se servir de la vulnérabilité des gens en utilisant les origines de leurs peurs… et leur sentiment que le monde est à feu et à sang."

Et de rajouter à IndieWire :

"Oui, le point d’ancrage de la série est le soir de l’élection, et les personnages ont des avis très arrêtés sur Trump et Clinton, mais il ne s’agit pas vraiment d’eux. On s’intéresse vraiment à la montée du culte de la personnalité qui peut croître dans une société divisée."

Évidemment, cette nouvelle saison d’American Horror Story arrive dans un contexte sociopolitique compliqué aux États-Unis, alors que les événements de Charlottesville et la montée en puissance des néonazis et suprémacistes blancs américains ont plongé le pays dans l’horreur. Il est alors difficile de ne pas faire le lien avec la série d’anthologie, et de constater, tristement, que la réalité rejoint parfois la fiction.

Le showrunner puise par ailleurs son inspiration dans d’autres faits réels, en témoigne le rôle attribué à la nouvelle venue dans la team Murphy, à savoir Lena Dunham. Cette dernière devrait apparaître dans le septième épisode de la saison pour interpréter Valerie Solanas, une intellectuelle féministe radicale américaine, auteur du pamphlet SCUM Manifesto. Elle est aussi connue pour avoir tenté d’assassiner l’artiste Andy Warhol. Cette dernière est décédée en 1988, ce qui laisse penser que cette nouvelle saison comprendra forcément des scènes du passé, afin de faire intervenir d’anciens chefs de secte.

Il faut savoir que Ryan Murphy pensait d’abord se concentrer sur Charles Manson, le leader charismatique d’une communauté criminelle, qui a commandité le meurtre de Sharon Tate, l’ex-épouse de Roman Polanski. Mais il a vite abandonné l’idée sachant le sujet assez traité, notamment avec la série Aquarius. Le showrunner a donc décidé de s’intéresser à une pléiade de chefs de secte à travers Evan Peters, qui en interprétera plusieurs, tels que Charles Manson, Jim Jones, David Koresh et Andy Warhol, ce dernier entretenant un culte de la personnalité autour de sa personne à travers son mouvement, le Factory Crew.

En s’intéressant aux leaders de secte à travers l’histoire, Ryan Murphy était sûr de nous filer les jetons, mais comme un malheur n’arrive jamais seul, le showrunner a pensé que rajouter des clowns à l’histoire pouvait nous mettre définitivement KO devant cette nouvelle saison. Alors qu’elle devrait déjà coller à la réalité, American Horror Story: Cult sera aussi un savant mélange entre Ça et American Nightmare, les membres de la secte flippante de Kai (Evan Peters) et Winter (Billie Lourd) se lançant dans une grande purge de leurs ennemis en jouant avec leurs plus grandes peurs, notamment celle d’Ally (Sarah Paulson), coulrophobe. Nos poils se hérissent à cette idée.

American Horror Story: Cult arrive le 5 septembre sur la chaîne FX outre-Atlantique.