En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Série culte : How I Met Your Mother ou la vie barrée de nos potes bien-aimés

Souvent considérée comme une pâle copie de Friends, How I Met Your Mother a pourtant réussi à entrer dans le cœur des fans en donnant un coup de jeune aux séries chorales comiques. Dans l’air du temps, nos cinq héros nous auront fait rire et pleurer pendant neuf saisons. "Haaaaaaave you met Ted?"

Créée par le duo Carter Bays-Craig Thomas, la série How I Met Your Mother, ou "How I Met" (pour les intimes), suit les tribulations d’une bande de potes trentenaires de New York, racontées par l’un d’entre eux, à savoir Ted Mosby. Père de deux enfants, il se remémore ses années passées à écumer les bars avec Marshall, Lily, Barney et Robin, dans le but de raconter à sa progéniture (avec moult détours et digressions) comment il a fait la connaissance de leur mère.

Cette rencontre avec sa future épouse a été le running gag le plus long de l’histoire des séries : il aura fallu huit saisons pour enfin découvrir la femme de ce cher Ted Evelyn Mosby. Pourtant, les scénaristes ont réussi à nous faire oublier par moments la mère, le sujet servant de prétexte à raconter les désastreuses aventures amoureuses de Ted. Néanmoins, ce fil rouge a été respecté grâce à des petits clins d’œil savamment distillés tout au long de la série, comme le célèbre parapluie jaune, la nuit de la Saint-Patrick ou encore la coloc étudiante en économie.

Les running gags de la vie de trentenaires

himym-2

© CBS

Les différentes saisons de How I Met Your Mother s’enchaînent, rythmées par des running gags désormais cultes. Le plus connu d’entre eux étant le Slap Bet (le pari de la baffe) en saison 2, quand Barney et Marshall parient sur le contenu d’une vidéo de Robin dénichée par le blondinet en costume. Croyant dur comme fer qu’il s’agit d’un porno, Barney va perdre son pari et devra recevoir une dizaine de baffes de la part de Marshall tout au long de la série. S’en suivront alors des claques mémorables, notamment lors des repas de Thanksgiving, donnant lieu à l’excellente chanson "You Just Got Slapped". La vidéo contenait en fait le clip du titre "Let’s Go the Mall" de Robin Scherbatsky, alias Robin Sparkles, lorsqu’elle était une pop star au Canada. Évidemment, son passé d’ado chanteuse devient aussi un comique de répétition de la série.

La bande d’amis a d’autres private jokes en magasin, tels que les sosies. Chaque membre du club des cinq fera face à son sosie à un moment ou à un autre de la série : Robin la lesbienne, Lily la strip-teaseuse, Marshall le moustachu Mexicain, Ted le catcheur et le dernier, mais non des moindres, le Barney gynécologue. Le Dr Stangel, sosie exact de Stinson, est un personnage clé pour Marshall et Lily puisqu’ils s’étaient promis de commencer à fonder une famille à partir du moment où il trouverait le dernier sosie, dans la sixième saison.

Barney sera aussi au cœur d’un refrain bien graveleux, "Bang Bang Bangity Bang", entonné par Marshall en saison cinq et repris dans les saisons suivantes, après sa rupture avec Robin où il se comporte comme un chaud lapin. D’autres éléments de répétition, débouchant sur des scènes hilarantes, sont propres aux personnages et les rendent attachants. Lily a tendance à vite s’énerver et nous offre deux resting-bitch faces détonantes : le "you’re dead to me look", avec ses yeux rouge sang ou lorsqu’elle sort sa réplique assassine : "You son of a bitch." Marshall préfère nous raconter les moments les plus banals de sa vie en chanson et en vidéo. Ted pense sincèrement que ses bottes de cowboy rouge le rendent attirant. Quant à Robin, elle ne pourra jamais réellement faire oublier son double Robin Sparkles. Enfin, Barney Stinson est celui qui nous livre le plus de situations comiques et rythme vraiment la série grâce à ses répliques cultes et son mode de vie légendaire.

"It’s gonna be legen… wait for it… dary!"

howimetbarney

© CBS

Il n’est pas rare que le personnage supposément principal d’une série se fasse détrôner par un autre, en apparence plus secondaire, à l’image de Sheldon Cooper dans The Big Bang Theory, qui a d’ailleurs droit à son spin-off. Le héros présumé, Ted Mosby, finit par nous saouler avec ses envolées lyriques sur sa vie, ses amours, ses emmerdes et c’est Barney Stinson, interprété par le génial Neil Patrick Harris, qui finit par prendre le lead de la série. Cet énergumène est à l’origine de la majorité des gags de How I Met Your Mother et devient la véritable star du show. Le mec en costume le plus célèbre du monde sériel a plusieurs répliques cultes à son actif, tels que : "It’s gonna be legend… wait for it… dary!", "Suit up!" ou encore "Challenge accepted". Les catchphrases de Barney ont fait – et font toujours – partie du vocabulaire quotidien de toute une génération.

Avec son ego surdimensionné, Barney enchaîne les conquêtes grâce à des stratagèmes élaborés, qu’il a recensés dans le Playbook (le livre des rôles), dont certains resteront dans la légende, tel le "Lorenzo Von Matterhorn", le "Madame Stinsfire", le "Ne bois pas ça" ou encore le "Il ne viendra pas". Ses qualités d’écrivain contribueront aussi à mettre en forme le fameux Bro Code dans lequel il liste toutes les lois qui régissent une amitié entre potes. Et certaines d’entre elles, qui resteront clairement dans les mémoires, ont dû en inspirer plus d’un, à commencer par la première règle : "Bros before Hoes" (les fratés avant les meufs), souviens-toi toujours, les copines vont et viennent, les potos sont toujours là. Briser cette règle, c’est commettre le péché capital contre la "Team Testostérone".

En plus de nous faire rire, Barney, magicien à ses heures perdues, est aussi un petit cachottier. On découvre seulement dans la dernière saison son vrai métier, quand Ted et Robin lui bourrent la gueule, façon Jabba le Hutt, afin d’éclaircir ce mystère. Alors que Barney répondait "PLEASE" à chaque fois qu’on lui demandait quel était son job, on apprend que ce mot veut en fait dire : Provide Legal Exculpation And Sign Everything. Il avait comploté contre son patron, qui lui avait piqué sa première petite amie hippie, en acceptant un job bien payé mais pas très légal. Il finira par dénoncer son boss au FBI, après toute une carrière passée à signer toute sorte de documents.

Un savant mélange entre rires et larmes

tumblr_nr5d7t8zit1tf1t6go1_1280

Les cinq trentenaires sont une véritable famille, liés à la vie à la mort, même lorsqu’ils font face à des problèmes graves ou qu’ils sont en froid. Ils partagent des moments hilarants qui sont bien à eux et qui les rendent si attachants. Tous leurs high five restent gravés dans le marbre, comme leurs conversations télépathiques rendues exceptionnelles grâce à un cadrage ultraserré sur leurs visages, accompagné de leurs pensées en voix off surjouées. Quand Ted, Lily et Marshall se remémorent leurs années à la fac, leurs souvenirs contiennent pas mal de moments où ils "mangeaient un sandwich" (comprenez, ils fumaient un pét). Surtout, la bande du Mac Laren’s se soutient dans les coups durs et n’hésite pas à faire des "interventions", avec banderole et petit speech, quand un des leurs franchit la ligne, comme lorsque Robin abusait de l’autobronzant.

La force de How I Met Your Mother réside dans l’écriture intelligente des dialogues, bien ficelés, parsemés de références à la culture pop, avec en tête la saga préférée des trois mecs, à savoir Star Wars (normal, en même temps). Si la série est connue pour ses ressorts comiques, elle a aussi fourni de beaux moments dramatiques et de vrais questionnements sur les problèmes d’adulte : la parentalité, la quête de son identité ou l’infertilité de Robin par exemple. Mais un des épisodes qui m’a, personnellement, fendu le cœur, est "Bad News", dans la saison 6, qui est particulièrement bien mis en scène jusqu’à sa chute finale : la mort de Marvin Eriksen, le père de Marshall.

Cet événement a beaucoup fait parler puisqu’il était complètement inattendu. La manière dont le décès du patriarche de la famille Eriksen est implicitement annoncé par des indices parsemés dans l’épisode est brillante. On ne les remarque pas forcément au premier abord et pourtant ils sont bien là : les nombres intégrés dans plusieurs plans annonçant un décompte avant que la terrible nouvelle ne parvienne aux oreilles de Marshall. Les larmes de Lily et le choc de Marshall sont durs à encaisser, on en a gros sur la patate et on a mal pour nos potes. Ce genre d’événements démontre le talent des scénaristes à jongler entre les moments tristes et les scènes plus drôles. On passe du rire aux larmes assez facilement, en témoigne l’épisode suivant, aux funérailles, dans lequel Robin, Barney, Ted et Lily tentent de remonter le moral à Marshall.

Une dernière saison malheureusement bâclée

himymkids

© CBS

Quand une série s’étend sur plusieurs saisons, il est souvent nécessaire de se renouveler ou tout du moins de prendre des risques scénaristiques. Les showrunners de How I Met Your Mother l’ont bien compris et ont ainsi décidé de centrer l’ultime saison sur le mariage de Barney et Robin. Malheureusement, la sitcom faisait partie de ces séries à rallonge en matière d’épisodes, chaque saison en contenant une bonne vingtaine. Et la dernière saison a pâti de cette structure : on n’a jamais vu un week-end de mariage aussi long et on sentait bien que les scénaristes étaient à court d’idées novatrices et cohérentes.

Mais surtout, là où ils se sont clairement foutus de notre gueule, c’est sur la toute fin du show. La réaction, quasi unanime, des fans étant : "Tout ça pour ça ?" Le series finale nous apprend comment la vie de nos héros se termine : s’il ne faisait aucun doute que Marshall et Lily poursuivraient leur vie de famille, on apprend que le mariage de Barney et Robin n’a pas duré et que la mère, celle qu’on a attendue pendant presque neuf ans, ne terminera pas avec Ted. Et pour cause, elle tombe malade et décède alors que les enfants entrent en pleine adolescence. Et là, on est clairement en droit de s’énerver. Même si le cliché "ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants" est lassant, on avait vraiment besoin que Ted finisse avec la mother, parce qu’on n’a pas attendu neuf ans pour qu’on nous ressorte du réchauffé, j’ai nommé le couple Ted et Robin.

Oui, parce qu’en vérité, si Ted raconte toutes ses histoires à ses enfants en 2030, ce n’est pas tant pour leur narrer la rencontre avec leur mère, mais plutôt pour avouer qu’il a toujours été amoureux de Robin et donc leur demander la permission de se remettre en couple avec elle. Honnêtement, remonter jusqu’en 2005 pour poser cette question à ses marmots, c’est ridicule, d’autant qu’ils dessèchent sur leur canapé pendant neuf saisons. Et puis, la série s’appelle How I Met Your Mother et pas "Comment j’ai rencontré Robin", non ? On a limite l’impression que Ted s’est marié avec Tracy pour avoir les enfants qu’il a toujours voulu et qu’ensuite, puisqu’elle décède, il peut se remettre avec celle qu’il aime depuis toujours, Robin, qui, elle, est stérile. C’est un peu brutal, dis comme ça, mais c’est un peu le sentiment que cela donne.

Il est vraiment dommage que la série se termine de cette manière, sachant qu’on a attendu neuf ans avant de voir la mère et qu’on nous a bassinés avec le mariage de Barney et Robin, jusqu’à une certaine lassitude. On se sent un peu trahi par ce series finale et la déception est d’autant plus grande que la sitcom était géniale. Qu’on soit pro-Barney (les vrais savent) ou pro-Ted en ce qui concerne la vie amoureuse de Robin, la fin de la série nous laisse un goût amer. Même l’interprète de Lily, Alyson Hannigan, a avoué qu’elle était déçue de la fin de la série. Mais c’est encore notre héros préféré qui vient sauver le final : Barney devient papa et Neil Patrick Harris nous livre une interprétation des plus touchantes lorsqu’il fait la rencontre de son bébé.

La scène culte : Barney cherche désespérément de l’attention

Dans l’épisode 2 de la saison 6, "Cleaning House", on découvre un Barney très enfantin. Alors que la bande aide la mère de Barney, la délurée Loretta, à déménager, le blondinet en costume découvre une photo qui pourrait le mettre sur la piste de son père. Loretta a toujours pris soin de cacher à ses fils Barney et James la vérité sur leurs pères respectifs, si bien qu’elle s’est empêtrée tout au long de sa vie dans des mensonges plus rocambolesques les uns que les autres. C’est finalement le père de James que la bande retrouve et Barney aura du mal à accepter la situation.

En déni total, il pensera que le père de James, noir, est vraiment le sien et tentera par tous les moyens d’attirer l’attention de ce paternel tant désiré. S’il finit par retrouver la raison par la suite et trouver son géniteur, Jerome Whittaker, plus tard dans la série, Barney est hilarant et touchant dans sa manière d’exister dans cet épisode. Lorsque James et son père entonnent "Stand By Me" de Ben E. King, le mec en costume ne pourra pas s’empêcher d’interrompre leur moment musical. Heureusement, Lily est toujours là pour veiller au grain et s’occuper de Barney.

Les héritières

newgirl

How I Met Your Mother est elle-même une héritière de la série Friends, certains y voyant même une pâle copie. Pourtant, si elle a effectivement repris le trait principal du show regroupant Rachel, Monica & co – à savoir un groupe de New-Yorkais blancs vivant dans un appart de rêve alors qu’ils ont des jobs normaux –, How I Met Your Mother a su redonner un coup de fouet aux séries comiques de bande, grâce à un ton plus décalé et provocant.

À l’instar de Friends, How I Met Your Mother fait aussi partie de ces séries qui ont eu la chance d’avoir une flopée de stars en guests et leurs brèves apparitions étaient toujours une réussite : de Katy Perry à Britney Spears, en passant par Jennifer Lopez, Bryan Cranston, Kyle McLachlan ou encore James Van Der Beek, chacun d’entre eux a eu droit à une intrigue étoffée et hilarante. Ces apparitions, plus ou moins longues, font toujours plaisir aux fans de séries et de culture pop de manière générale.

La série New Girl peut être vue comme l’une des héritières de How I Met Your Mother puisqu’elle suit les aventures d’une bande de potes colocataires, à Los Angeles cette fois-ci. Après une rupture, l’héroïne, Jess, se retrouve à vivre avec trois mecs, Nick, Schmidt et Coach, dans le même appartement. Cette coloc forcée créera une belle et longue amitié à laquelle vient s’ajouter en prime, Cece, la meilleure amie de Jess.

Si d’autres séries chorales ont débuté en même temps que How I Met Your Mother, comme The Big Bang Theory, il est difficile de trouver une sitcom qui la remplacera dans nos cœurs. Impossible d’oublier le couple Lilypuce-Marshmallow, les rois du relationship goals, la déjantée Robin Scherbatsky et le légendaire Barney Stinson. Même Ted, qui est devenu une parfaite tête de turc, nous manque avec ses histoires loufoques et ses copines toutes plus dingues les unes que les autres. Cette liste, loin d’être exhaustive, devrait rappeler de bons souvenirs : Victoria, Zoey, Stella, Karen, Robin, The Sluty Pumpkin, Natalie, Trudy, Blahblah… Oui, on peut dire que Schmosby en a mis du temps avant de trouver la bonne.

Plusieurs rumeurs à propos d’un spin-off de How I Met Your Mother centré sur la mère ont émergé, mais ce projet n’a jamais vu le jour. Et c’est peut-être mieux comme ça, histoire de rester sur un bon souvenir et de ne pas dénaturer le show. La sitcom réunissant Barney, Ted, Robin, Lily et Marshall a rythmé mon "adulescence" et j’avais vraiment l’impression de quitter des potes à la fin de la série. Alors si on me propose un petit binge-watching de How I Met Your Mother, je n’aurai qu’une seule réponse : "Challenge accepted."