On a parlé de girl power, d’auditions et de fanbase avec les acteurs géniaux de Skam

Noora, Sana, Chris et Eskild, ou plutôt leurs interprètes, ont bien voulu nous rencontrer le temps d’un entretien rapide mais efficace.

Au printemps dernier, Skam s’est achevée après quatre courtes saisons top niveau. Depuis 2015, année d’inauguration de son pilote, cette série norvégienne passionne les ados du monde entier et suscitait de vives réactions après diffusion de chaque nouvel épisode. Un show sur les ados, avec des ados qui nous paraissent plus vrais que nature. De passage pour représenter leur pays dans le cadre du festival Série Series "Hors les murs" le 13 octobre dernier, les comédiens du phénomène planétaire ont accepté de discuter avec nous.

Biiinge | Aviez-vous une quelconque expérience avant de faire Skam ?

Iman Meskini (Sana) : Pas du tout.
Ina Svenningdal (Chris) : Non, mais je voulais me lancer dans une carrière d’actrice depuis que j’étais gosse. J’ai fait un petit truc quand j’avais 6 ans, mais c’est tout. Je me suis toujours dit que c’était peut-être une voie que je voulais suivre.
Carl Martin Eggesbø (Eskild) : Oui, moi aussi. J’ai participé à quelques petits projets mais Skam était mon premier vraiment conséquent.

Comment tout est arrivé ? Comment avez-vous été castés ?

Josefine Frida Pettersen (Noora) : On est simplement allés à l’audition.
Ina Svenningdal : Oui, ça s’est fait en trois étapes. La dernière, c’était un peu comme une interview où on devait répondre aux questions dans la peau du personnage attribué.

Était-ce difficile de vous glisser dans la peau de vos personnages ?

Josefine Frida Pettersen : En réalité, on ne connaissait pas vraiment le personnage. Il nous fallait improviser.
Ina Svenningdal : On nous avait donné une note qui disait "voilà comment est le personnage plus ou moins" et ensuite on a dû se débrouiller avec ça.

Avez-vous auditionné pour le personnage que vous avez finalement incarné ?

Iman Meskini : Oui, c’est mon cas.
Josefine Frida Pettersen : Moi aussi.
Carl Martin Eggesbø : Moi, je n’ai pas participé à tout ce processus d’auditions. Ils bossaient sur la saison 2 et n’avaient pas encore trouvé quelqu’un pour jouer Eskild. Les filles finissaient la première saison au théâtre d’improvisation là où je jouais. L’équipe m’a vu sur scène et j’ai été contacté une semaine après environ. Ils m’ont proposé de venir auditionner pour Eskild et j’ai été casté 4 ou 5 jours avant que le tournage de la deuxième saison ne démarre. Tout s’est déroulé hyper rapidement.

La série a un message clairement féministe avec beaucoup de girl power. Vous l’avez aussi ressenti ainsi ?

Iman Meskini : Oui, c’était important.
Ina Svenningdal : On était très heureux de pouvoir faire passer un tel message et qu’il puisse résonner avec notre public.

Quelle a été la scène la plus iconique, la plus puissante pour vous à jouer ?

Josefine Frida Pettersen : Je me souviens de celle où Noora confronte Nikolai après s’être renseignée sur les textes de loi. Je me la rappelle parce qu’on a eu énormément de retours par la suite. Je pense que ça montre que les jeunes filles qui ont été confrontées à ce genre de situations doivent affronter leurs peurs. Vos amis et amies sont là, la loi est de votre côté.
Ina Svenningdal : Je pense que pour moi, ça serait le dernier épisode de la saison 4 parce que ça montre un petit bout de la vie de mon personnage. C’était aussi le dernier jour de tournage et tout le monde était très ému, je me rappelle.

Y a-t-il une scène drôle qui vous a marqués ?

Ina Svenningdal : Il y a une scène où j’appelle un fournisseur pour nous choper de la bière. Je n’avais pas de script pour ce passage-là. Ils m’ont dit de prendre le téléphone et de lui parler. Je me suis dit OK, pourquoi pas. Ulrikke [Falch, l’interprète de Vilde, ndlr] et moi avons tellement ri pendant le tournage de cette scène.
Carl Martin Eggesbø : J’aime beaucoup les scènes de fête à chaque fin de saison parce que tout le monde est heureux et c’est fun à tourner. Eskild était constamment limité à son appartement, il n’avait pas la chance de sortir autant que les autres et traîner avec eux. J’étais juste content de pouvoir rencontrer les autres comédiens, improviser avec eux et passer un bon moment.
Ina Svenningdal : Oui, tout le monde était réuni au même endroit. D’habitude, il y a ces deux-là ensemble, ces trois-là ensemble… mais pour faire la fête, tout le monde est là. C’était top.

Noora et Sana ont eu droit à leur propre saison, mais pas Chris et Eskild. Vous êtes déçus ?

Ina Svenningdal : J’estime que mon personnage a eu la trajectoire qu’il méritait et qu’il avait sa place dans le groupe. Évidemment, je pense que Chris a d’autres choses à exprimer, mais tout ce qui a été fait est suffisant à l’heure actuelle.
Carl Martin Eggesbø : Je pense que tous les personnages pourraient avoir leur propre saison avec à chaque fois des thématiques importantes à aborder. Mais j’étais aussi à l’aise dans le fait d’être un personnage périphérique et de ne pas avoir la responsabilité d’une saison entière. Ça m’a permis de faire beaucoup de choses marrantes. Je pense que ça peut être intéressant de suivre Eskild, mais ce n’est pas une nécessité.

Vous reconnaissez-vous dans vos personnages ?

Iman Meskini : Je ne m’identifie pas vraiment à mon personnage, du moins vis-à-vis de son comportement. Aussi, je ne porte pas autant de noir. [Rires.] Je me reconnais par contre dans son rapport à la religion et le fait d’être musulmane, de porter le hijab et peut-être, plus généralement, le fait d’être une minorité. Quand j’ai entendu qu’ils voulaient créer ce genre de personnage, ça m’a beaucoup touchée.

Avez-vous reçu des retours de la part des fans ?

Iman Meskini : Absolument.
Ina Svenningdal : Oui, tout le monde. C’est 99,99 % d’amour qu’on reçoit.
Josefina Frida Pettersen : Oui, ils sont tous si gentils. Ils font des fan arts incroyables, ils fabriquent des choses en rapport avec la série, ils nous envoient des cartes… Ils sont très talentueux et adorables.
Ina Svenningdal : C’est beau de voir que c’est la réponse qu’on a, que les gens ressentent un sentiment si fort à l’égard de la série. Ils se rassemblent grâce à Skam.
Iman Meskini : C’est génial de voir que ça les a tous rapprochés.

Vous en avez déjà rencontrés dans la vie de tous les jours ?

Iman Meskini : Oui, ça arrive qu’ils viennent nous voir en nous disant qu’ils sont venus d’Italie ou de Chine jusqu’en Norvège pour voir le lycée ou nous croiser. C’est génial.
Ina Svenningdal : C’est génial, mais surréaliste.
Iman Meskini : Oui, complètement, surtout quand ils arrivent devant toi, te font un câlin et te disent à quel point tu comptes pour eux. Puis, tu rentres chez toi et tu manges ton dîner comme si de rien n’était.

Comment imaginez-vous le chemin que vont prendre vos personnages après le series finale ?

Ina Svenningdal : Je vois bien Chris déménager jusqu’aux îles Canaries. Elle se marie avec un barman espagnol et bosse avec lui jusqu’à la fin de ses jours. [Rires.] Elle profiterait juste de la vie.
Iman Meskini : J’espère que Sana va devenir une joueuse de basket-ball professionnelle et qu’elle va battre le record d’épluchage de carottes. [Rires.]
Josefine Frida Pettersen : Je pense que Noora, après le final, continue de vivre avec Eskild et Linn. Je pense que William va tellement venir squatter qu’ils vont enfin accepter de la laisser emménager avec lui. Je ne sais pas si ça va durer entre eux par contre, ils sont si jeunes. Mais on ne sait jamais, c’est aux fans de décider.
Carl Martin Eggesbø : Moi, j’espère qu’Eskild va trouver l’amour également.
Ina Svenningdal : L’amour, c’est le plus important !