En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Le premier teaser alléchant de la saison 4 de Black Mirror est là

Six nouvelles histoires.

À quelques jours de la rentrée, Netflix nous met bien avec la mise en ligne d’un premier teaser de la saison 4 de Black Mirror. Et comme la série anthologique d’anticipation de Charlie Brooker ne fait rien comme tout le monde, ces courts extraits ne contiennent pas de paroles, mais dévoilent les titres des 6 épisodes qui composeront cette nouvelle livraison. Il y a "Crocodile" réalisé par John Hillcoat (La Route, Des hommes sans loi) qui se déroule dans un décor de montagne, avec Andrea Riseborough, Andrew Gower et Kiran Sonia Sawar.

Puis l’attendu épisode réalisé par Jodie Foster, "Arkangel", avec Rosemarie Dewitt, Brenna Harding et Owen Teague. L’histoire semble se dérouler dans une maison et se centrer sur une petite fille et sa mère. Tim Van Patten (Boardwalk Empire, Game of Thrones) réalise, lui, l’épisode "Hang the DJ", avec Georgina Campbell, Joe Cole et George Blagden. On remarque qu’un couple manipule un nouvel objet technologique.

L’épisode suivant proposé, "USS Callister", est probablement le plus surprenant puisqu’il met en scène l’équipe d’un vaisseau spatial façon Star Trek, dirigée par Jesse Plemons (Breaking Bad). Cristin Milioti, Jimmi Simpson et Michaela Coel sont aussi du voyage dans cet épisode très ambitieux que Charlie Brooker a coécrit avec William Bridges. Le scénariste a écrit toutes les autres histoires de cette saison seul. Vient ensuite "Metalhead", réalisé par David Slade (Hannibal, American Gods), un épisode en noir et blanc incluant des robots, avec Maxine Peake, Jake Davies et Clint Dyer. Le dernier épisode, intitulé "Black Museum", sera réalisé par Colm McCarthy et semble évoquer la question de la condition des Noirs et met aussi en scène une technologie qui influe sur notre cerveau. Y figureront notamment Douglas Hodge, Letitia Wright et Babs Olusanmokun.

Depuis son passage sur Netflix, qui est allé de pair avec un budget plus conséquent, Black Mirror se permet tout – mettre un pied dans le genre du space opera, tourner en noir et blanc – et c’est pour ça qu’on l’aime. On peut seulement regretter que sur les six nouveaux cinéastes choisis, une seule soit une femme. C’est toujours mieux que les saisons précédentes, qui n’en comptaient… aucune.

Il faudra encore s’armer de patience pour découvrir la date de diffusion de cette saison 4, qui s’annonce dantesque.