En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

The Affair, saison 2 : l'affaire se corse

La deuxième saison de The Affair s'est achevée en décembre sur Showtime. Retour sur l'imbroglio romantique le plus passionnant de l'année. 

Après une première saison rythmée par le coup de foudre passionnel et charnel entre la locale Alison et l'écrivain de la ville Noah, la suite de la série concoctée par la showrunneuse Sarah Treem était attendue de pied ferme. Comment réussir une deuxième saison post-amour naissant, raconter la suite, celle que les comédies romantiques évitent soigneusement d'explorer ?

En multipliant les points de vue, répondent dans un premier temps les scénaristes. Ils ouvrent en effet la série aux deux époux délaissés en saison 1, Cole et Helen, qui ont désormais voix au chapitre, quasiment au même titre que les deux amants. Le jeu des différentes perspectives d'une même scène est moins fréquent, ce qui ouvre le champ des possibles.

Cette deuxième saison est instable, à l'image des états d'âme de Noah et Alison, dont l'amour est soumis à rude épreuve. Si le début s'avère un poil laborieux, même au coeur d'arcs narratifs poussifs - Alison employée chez un couple de riches seniors - naissent des moments d'une beauté saisissante. Toute la force de The Affair réside dans une exploration sans concession de l'intimité des personnages, étendue à Cole (magistralement interprété par Joshua Jackson, tantôt inquiétant, tantôt touchant) et Helen (Maura Tierney, au diapason de ses collègues).

Deux garçons, deux filles, quatre possibilités

Episode 202

Pour mener leur étude à bien, les scénaristes ne s'interdisent rien : ni un épisode à la In Treatment centré sur Noah et ses névroses, ni des scènes de sexe full frontal qui ont défrayé la chronique lors de leur diffusion outre-Atlantique. Le chemin parcouru par notre quatuor passe par le deuil de l'ancienne relation et les casseroles qui vont avec, une lente reconstruction parsemée d'embûches ou encore un apprentissage de la vie à deux pour Alison et Noah, qui luttent avec de sérieux problèmes de confiance.

Cette saison a aussi été l'occasion de creuser des personnages secondaires, en particulier Max (Josh Stamberg), qui montre toute l'étendue de sa détresse lors d'un face-à-face mémorable face à son ami de trente ans, Noah. Scotty (Colin Donnell), au coeur de cette saison 2, a aussi droit à son moment, qui prend la forme d'une chanson désespérée, entonnée lors de sa dernière soirée. Un moment d'une beauté étrange, qui bouleverse Alison.

La partie polar de The Affair émerge davantage dans cette deuxième saison, où le roman de Noah, The Descent, prend une importance particulière. Au point d'avoir l'impression de se retrouver propulsés dans son livre, tandis que le fil de l'intrigue policière, construite en flashforwards, se dénoue. Au sommet de sa gloire littéraire, Noah vit paradoxalement une descente aux enfers personnelle, qui le conduira à une sérieuse introspection.

La descente

THE AFFAIR (SEASON 2)

On pourra reprocher à la série d'avoir perdue la simplicité de ses débuts, de tomber dans des ressorts très soap (qui le papa de bébé Joanie, qui a tué Scotty, qui couche avec qui ?). Ce n'est pas si gênant pour une série qui débute par une liaison (son titre The Affair sonne d'ailleurs comme un roman d'été), et dont le personnage principal est un écrivain.

Si elle souffre de déséquilibres, cette saison 2 a réalisé le petit exploit de renouveler ce qui ressemblait à une mini-série à ses débuts, sans pour autant perdre le coeur de son propos. The Affair doit autant au mal-être de Noah qu'à celui d'Alison, dont la détresse et les yeux perdus restent la boussole et l'âme du show. Si le premier se perd dans ses démons jusqu'à passer pour le "bad guy" de la saison (l'occasion pour Treem de nous interroger sur les notions de bons et méchants et d'en remettre une couche sur la notion de moralité dans le couple), les derniers épisodes se chargent de renverser la vapeur en un tour de main scénaristique assez fort.

L'intrigue policière, bien nébuleuse, voir anecdotique en première saison, prend alors son sens. Le twist final peut annoncer une troisième saison (la série a été renouvelée officiellement par Showtime) encore plus axée vers sa partie polar, au détriment peut-être de ce qui fait la vraie force du show, les combats intimes que mènent chaque protagonistes pour survivre, seuls ou en couple.

Note : 3,5 /5