La saison 2 de Marvel’s The Punisher devrait adapter un arc mythique des comics

Qui a demandé un peu du talent de Garth Ennis dans la série Netflix ?

© Netflix

Reconduite par Netflix peu de temps après sa mise en ligne, Marvel’s The Punisher devrait faire son grand retour en 2019. Le show le plus violent et sanglant de la Maison des Idées avait mis tout le monde d’accord en s’attaquant de front à des thématiques controversées tels que le port des armes et le syndrome du stress post-traumatique aux États-Unis. La deuxième saison pourrait devenir encore plus sombre et s’intéresser au trafic d’êtres humains et à l’esclavage sexuel.

That Hashtag Show a obtenu un aperçu de la description des nouveaux personnages attendus en saison 2. Parmi eux, on trouve trois protagonistes aux noms non officiels, histoire de ne pas trop en révéler : Annie Beir, une ado de 16 ans, Kim Davis, une thérapeute d’une trentaine d’années et Melvin Skelling, un détective droit dans ses bottes. Or, ces trois descriptions évoquent des personnages d’un arc des comics du Punisher appelé "The Slavers".

En 2004, les ventes du justicier sous la bannière "Marvel Knights" déçoivent la maison d’édition. En réaction, elle annule la série en cours et relance le Punisher sous le label "Marvel Max" en gardant Garth Ennis (l’auteur de Preacher entre autres) au scénario. Mais différence notable : cette fois-ci, l’écrivain a carte blanche pour les aventures de Frank Castle. En conséquence, Garth Ennis laisse libre cours à son imaginaire sanglant et ultranoir, qui transformera cet arc pour adultes en l’un des plus sombres jamais réalisé chez la Maison des Idées.

Un Punisher altruiste

© Marvel Comics

Dans "The Slavers", Frank Castle tombe accidentellement sur une prostituée de New York. Le justicier prend soin de Viorica et entend son atroce histoire pour comprendre comment elle en est arrivée là. Originaire de Moldavie, la jeune femme a été capturée dans son village natal avant d’être violée par quatre hommes en moins de 24 heures. Elle est tombée enceinte puis a été envoyée à la Grosse Pomme pour continuer d’être une esclave sexuelle.

Quand elle accouche, les macs lui prennent son bébé et lui interdisent de le voir plus d’une fois par semaine. Touché par cette histoire et fou de rage, Frank décide de faire vengeance lui-même à la place de Viorica quand le groupe d’esclavagistes finit par tuer son enfant. Dans sa vendetta, le Punisher affrontera les pires crapules du globe et, pour la première fois, ne se battra ni pour sa famille, ni pour lui, mais bien pour une inconnue.

Avec cette proposition, Garth Ennis a couché sur le papier un point de vue complètement novateur et extrême pour le personnage. Son run sur le Punisher est encore considéré aujourd’hui comme l’un des meilleurs, toutes séries du justicier confondues. Le show de Netflix pourrait donc repousser les limites de la noirceur avec ce pitch prenant aux tripes. Il ne faudrait pas non plus enterrer trop vite le vilain Jigsaw, incarné par Ben Barnes, prêt à se venger de l’homme qui lui a brisé le visage en mille morceaux. Frank Castle aura du pain sur la planche en saison 2.

La première saison de Marvel’s The Punisher est disponible en intégralité sur Netflix.