En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Instant Kleenex : il existe une version longue de la scène rêvée du festin dans The Walking Dead

Hommage à deux petits anges partis trop tôt. Attention, spoilers.

Vous avez réussi à faire le deuil de Glenn et d’Abraham ? Alors quittez vite cet article et n’y retournez jamais. Après leur violente exécution, les deux premières victimes de Negan dans le groupe de Rick ont fait une ultime apparition dans une scène rêvée par le shérif, qui durait approximativement trente secondes. En vérité, il existe une version longue, ou extended cut comme aiment l’appeler les Américains, de trois minutes, qui en dit beaucoup plus sur la fin utopique de l’histoire imaginée par Rick. Pour la découvrir en bonne qualité, il vous faudra acheter le Blu-ray de la saison 7, à paraître le 4 octobre dans nos contrées.

Dans cette réalité alternative qui fera marrer de loin les survivants de Lost (flashforward, vous l’avez ?), les membres d’Alexandria s’offrent un festin de roi. Si Glenn et Abraham sont présents, on remarque que ce trouillard de Spencer est également attablé. Empoignez ensuite un bon paquet de mouchoirs avant d’entamer le visionnage de la scène coupée. Alors que Glenn Sr. et Glenn Jr. se prélassent dans l’herbe, Abraham et une Sasha enceinte les observent de loin, sans aucune jalousie de la part de Rosita. Les images tendres s’enchaînent dans ce plan-séquence émotionnel, où tout le monde rit et s’amuse comme des petits fous.

Si on acclame Ramin Djawadi et la transcendante mélodie de "Light of the Seven" créée pour Game of Thrones, il faut saluer le travail du compositeur Bear McCreary, qui sublime cette séquence bouleversante de la série zombiesque à coups de violons graves et mélancoliques. Mais entre-temps, un certain Negan est venu ravager ce conte de fées à l’aide de sa batte bien-aimée. Un acte cruel qui confirme une nouvelle fois que Robert Kirkman et George R.R. Martin font officieusement partie de la même famille (de sadiques).