© Netflix

En images : Love, Death and Robots, la série animée tarée de David Fincher et Tim Miller

Un projet surprenant qui mélange les genres et a l’air complètement fou.

© Netflix

David Fincher est sans conteste un réalisateur de génie, mais aussi un fieffé cachottier. Pendant que les fans de Mindhunter se mordaient les doigts en trépignant d’impatience à l’idée de découvrir la suite des enquêtes haletantes d’Holden Ford, le cinéaste préparait en secret un deuxième projet complètement dingue avec Netflix. Cette proposition intitulée Love, Death and Robots consiste en une série animée d’anthologie pour adultes, formée de courts épisodes (entre 5 et 15 minutes) qui exploreront différents genres et multiplieront les techniques d’animation.

Publicité

Fincher a créé Love, Death and Robots au côté de Tim Miller, le réalisateur de Deadpool et du futur reboot de Terminator. Pour les deux hommes, c’est "un projet de rêve qui prend forme", comme ils le confient dans un communiqué de Netflix. On apprend également que le tandem a puisé son inspiration dans les comics, les magazines de fiction, les livres de SF ou encore les midnight movies, ces longs-métrages subversifs à petit budget diffusés tard le soir pendant les années 1970. Pour le moment, Fincher et Miller ont développé une saison de 18 épisodes, qui devrait être mise en ligne courant 2019 sur Netflix.

Par ailleurs, la plateforme de streaming a dévoilé un premier aperçu du style visuel éclectique de Love, Death and Robots. A priori, chaque histoire est développée dans un format d’animation qui lui est propre : 2D, 3D, entièrement numérique, animation japonaise, motion capture, 3D photoréaliste, etc. Il y en a pour tous les goûts. Le spectre de genres adoptés par la série animée ira du fantastique à la comédie, en passant par l’horreur, la science-fiction et la fantasy. On nous promet notamment "des produits laitiers conscients, des loups-garous soldats et des robots qui deviennent fous". Où est-ce qu’on signe (déjà) pour de nouveaux épisodes ?

© Netflix

Publicité

© Netflix

© Netflix

Par Adrien Delage, publié le 08/01/2019

Copié

Pour vous :