Ⓒ The CW / HBO

Non, le reboot de Gossip Girl ne sera pas aussi osé que la série choc Euphoria

Il faut admettre que la dernière production HBO a placé la barre assez haut en matière de teen dramas.

Lors de son arrivée sur HBO cet été, Euphoria a, mine de rien, bouleversé les codes de la série ado en la modernisant, quitte à trop donner dans le sensationnel. Un peu comme Skins avait pu le faire avant elle outre-Manche, la série de Sam Levinson montre des teenagers dans tous leurs états, en proie à des crises existentielles et des troubles multiples. C'est cru, ça plombe (un peu) le moral et ça ne doit clairement pas plaire aux associations conservatrices du pays.

Et si Gossip Girl, en son temps, savait révolter ces associations-là (remember le plan à trois entre Dan, Vanessa et Olivia qui avait émoustillé les internautes), son reboot ne devrait pas autant choquer qu'Euphoria. Interviewé par E! News, Josh Schwartz (le showrunner de cette nouvelle mouture mais aussi de l'original) avoue que le Gossip Girl 2.0 sera plus sage :

Publicité

"Je pense qu'on ne voudra jamais faire des choses gratuites juste parce qu'on peut se le permettre. Heureusement, on vit dans une époque post-Euphoria, donc tout ce qu'on fait sera fade en comparaison. Rien ne sera aussi controversé. [...] On est excités à l'idée de raconter une différente version de l'histoire, avec d'autres niveaux de restrictions et, évidemment, moins d'épisodes parce que c'est du streaming. [...] Peut-être que des 'putain' seront lâchés de temps en temps parce qu'on pourra se le permettre."

En d'autres termes, on ne risque pas de croiser une nouvelle Blair Waldorf en train de s'infliger une infection rénale après une longue phase dépressive, comme le personnage de Rue avait pu le faire dans Euphoria justement. Néanmoins, là où Gossip Girl peut se montrer effective, ce serait dans sa manière de traiter le consentement. On se rappelle volontiers de cette scène dans le pilote où Chuck Bass avait failli agresser sexuellement la jeune Jenny Humphrey... sans que la série ne condamne pour autant son comportement assurément problématique.

Par Florian Ques, publié le 14/08/2019

Copié

Pour vous :