Ⓒ ABC

Les kids de La Cour de récré reviendront dans un film en live action

L'âme du "Kumbaya" est en danger.

Les plus chanceux ont pu la regarder sur Disney Channel dès 1999, alors que les autres ont dû attendre son intégration à Club Disney sur TF1 deux ans plus tard pour profiter de cette madeleine de Proust délectable : La Cour de récré. Aucun millenial ne peut ignorer l'existence de T.J., Ashley, Vince, Gretchen, Mikey et Gus, les kids les plus cool de l'école primaire de la Troisième rue. Divertissement feel-good avec un véritable sous-texte social, La Cour de récré a marqué le petit écran du début des années 2000. Forcément, l'œuvre était trop culte pour qu'Hollywood la laisse reposer au cimetière.

Un studio indépendant de Vancouver développe ainsi un reboot de la série animée avec deux éléments capitaux à prendre en compte : il s'agira d'un show en live action et l'action se passera dans la cour d'un collège/lycée avec des adolescents. Cette œuvre un peu effrayante est entre les mains de la scénariste Zlatina Pacheva et des réalisateurs Jerome Yoo et Kent Donguines, des illustres inconnus qui se disent fans du dessin animé et ont carrément monté une collecte de fonds pour financer leur projet.

Publicité

Le trio a déjà tourné une grande partie du film : Benjamin Wadsworth (Marcus dans Deadly Class) sera T.J., Louriza Tronco (The Order) enfilera le bonnet d'Ashley, Lillian Doucet-Roche (The Flash) portera les lunettes de Gretchen, Fritzy-Klevans Destine incarnera Vince, Sean Depner (Viktor dans Deadly Class) campera Mikey et Clive Holloway se fera une coupe en brosse pour devenir Gus. On sait également que des personnages secondaires seront de la partie, notamment l'insupportable cafteur Randall ou encore la clique des quatre Ashley.

Le film en est déjà à sa post-production et devrait être posté pendant le mois d'août sur Internet. On préférera cependant se replonger dans le long-métrage d'animation La Cour de récré : Vive les vacances !, sorti en 2001 (même s'il ne doit pas être facile à trouver).

Par Adrien Delage, publié le 25/07/2019

Copié

Pour vous :