© Netflix

featuredImage

Scandale à Hell’s Kitchen : Daredevil est annulée par Netflix

Les mouvements de protestation ont déjà commencé à New York et sur les réseaux sociaux.

© Netflix

Netflix a parfaitement respecté l’expression jamais deux sans trois, quitte à froisser une grande partie des sériephiles. Malgré tout l’amour que portent ses abonnés à ses justiciers tirés de l’univers Marvel, la plateforme de streaming a pris la décision d’annuler Daredevil au même titre qu’Iron Fist et Luke Cage, il y a tout juste un mois de cela. C’est une véritable hécatombe pour cette collaboration datant de 2015, qui avait vu naître Matt Murdock sur le petit écran et redoré le blason d’un super-héros très apprécié et populaire dans le monde des comics mais égratigné au cinéma sous les traits de Ben Affleck. Et à n’en pas douter, le reste des Defenders connaîtra le même sort après la mise en ligne de la saison 3 de Jessica Jones voire de la saison 2 de The Punisher l’année prochaine.

Netflix a partagé un communiqué de presse, relayé par Variety, dans lequel elle remercie les différents membres de la série, du showrunner Erik Oleson à Charlie Cox en passant par les équipes techniques, qui nous ont offert des scènes de baston mémorables. Seule la dernière phrase du texte interpelle vraiment : "Bien que la série se termine sur Netflix, les trois saisons existantes resteront sur la plateforme pour les années à venir, et le personnage de Daredevil continuera de vivre dans de futurs projets Marvel." Disney va-t-il récupérer ses licences pour son propre service de streaming ? Oui. Va-t-il faire revivre le Diable de Hell’s Kitchen pour autant ? On en doute fortement.

Disney+ va effectivement s’appuyer sur des licences fortes de la Maison des Idées pour bousculer le marché du streaming en 2019. Mais ces dernières feront partie intégrante du Marvel Cinematic Universe, supervisé par Kevin Feige depuis Iron Man premier du nom sorti en 2008. Ainsi, Loki, la Sorcière rouge, Faucon ou d’autres personnages apparus dans les films Marvel de la dernière décennie auront droit à leur propre mini-série sur Disney+. C’est une histoire bien différente pour les shows plus matures, réalistes et sanglants importés de Netflix, tel que Daredevil, puisque la firme de Mickey ne veut tout simplement pas de programmes violents et vulgaires sur sa plateforme de streaming.

En d’autres termes, l’annulation de ces séries résulte d’un imbroglio politico-financier, d’une guerre menée sur deux fronts. D’abord celle entre deux géants américains de l’entertainment audiovisuel, bientôt en concurrence directe avec l’arrivée de Disney+, et ensuite d’une bataille en interne qui a scindé en deux la Maison des Idées depuis presque deux décennies.

D’un côté, on trouve la partie ciné avec Marvel Studios dirigée d’une main de fer par Kevin Feige, et de l’autre la partie série avec Marvel Entertainment, gérée par le très impopulaire Isaac Perlmutter. Les deux hommes n’ont jamais pu se saquer et Feige a toujours tenu à garder ses distances avec la maison mère (d’où l’échec du fameux #ItsAllConnected lancé au moment de la sortie d’Agents of SH.I.E.L.D., que les séries Netflix étaient censées respecter également), qui réfrénait ses ambitions et sa vision d’un univers partagé et cohérent.

Au milieu de tout ça, on trouve les fans dépités à l’idée de voir leurs super-héros maltraités par des histoires de gros sous. À peine enterré dans sa tombe, seigneur Stan Lee doit déjà s’y retourner en voyant ses créations devenir des marionnettes politiques. Matt Murdock aura eu au moins le temps de protéger New York de Wilson Fisk, La Main, Bullseye ou encore la folie vengeresse de Frank Castle. Tristement, c’est donc face au capitalisme que le justicier aveugle se sera effondré.

Les trois premières saisons de Daredevil sont disponibles en intégralité sur Netflix.

Par Adrien Delage, publié le 30/11/2018