©ComedyCentral

Netflix tente de justifier la censure d'épisodes de South Park à des fans furieux

Et pendant ce temps, que fout Amazon ?

C’est le bazar du côté de South Park. Alors que Netflix et Amazon se tiraient la bourre fin septembre pour annoncer l’arrivée imminente de la fameuse série politiquement très incorrecte de Trey Parker et Matt Stone, aucune des deux plateformes n’a véritablement exaucé les vœux des fans. On ne sait pour quelles raisons, mais l’intégrale annoncée par Amazon pour le 30 septembre n’est pas arrivée comme prévu.

De son côté, après avoir créé le buzz sur les réseaux sociaux et affolé la fanbase à coups de gifs et vidéos annonçant la mise en ligne "bientôt" du dessin animé, Netflix a finalement lâché le 27 septembre dernier les saisons 15 à 21. C’est toujours mieux que rien, me direz-vous. Mais quand on est fan d’une série, voir débarquer des saisons parfois censurées de certains épisodes et d’autres complètement absentes, c’est assez frustrant. D’autant plus que Netflix ne nous avait pas habitués à se comporter comme les grosses chaînes de télé françaises – type M6 ou TF1, qui taillent régulièrement dans le lard de séries américaines.

Publicité

Consciente de jouer avec le feu, la firme s’est exprimée via la voix de son CM sur Twitter, tentant de justifier l’absence de certains épisodes, détaillés par un utilisateur du réseau social très fan de South Park, qui s’est lancé dans un thread fort intéressant sur le sujet. On a ainsi découvert, interloqués, que certaines saisons présentes sur Netflix étaient amputées d’épisodes.

Publicité

Ce tweet alambiqué parle de "communautés", un terme clivant en France, sur lequel les trolls hostiles aux minorités ont sauté à pieds joints, accusant dans leurs commentaires les personnes antiracistes ou les LGBTQ+ d’être responsables de cette censure. Netflix s’est en tout cas attiré les foudres des fans. En plus de ne pas avoir acheté l’intégrale de South Park, la plateforme admet avoir consciemment supprimé certains épisodes, mais pour des questions de légalité.

On ne sait pas de quelles autorités audiovisuelles locales il s’agit. On pense bien au CSA, mais a priori, cet organisme de contrôle de l’audiovisuel ne peut pas réguler les services de streaming (même s’il aimerait beaucoup). Donc on a du mal à comprendre quelle autorité audiovisuelle locale aurait le pouvoir d’imposer quoi que ce soit à Netflix.

Publicité

Creusons un peu : d’après des fans dévoués, certains épisodes de South Park n’ont pas été diffusés sur les chaînes françaises, en l’occurrence Game One. Bien des années plus tôt, le CSA avait publié une mise en garde concernant un épisode qui n’avait pas, selon eux, la bonne classification. Il se peut que Netflix ait décidé de se conformer, sans y être strictement légalement tenue, aux conseils (et pas à des ordres légaux) du CSA pour ne pas se le mettre à dos en vue de la suite de leurs relations. Ou que la plateforme ait acheté à l’ayant droit, Viacom, un packaging français tout prêt et… censuré des épisodes jugés problématiques lors de leurs diffusions.

Les Anglais ont aussi vu débarquer la série sur Netflix UK, découpée en morceaux choisis.

Publicité

Et en extrapolant encore, on imagine qu’Amazon Prime Video est peut-être en train de batailler pour avoir les droits complets de cette série culte. Ce qui serait quand même la moindre des choses pour une fiction qui traite du politiquement correct sous tous les angles. En attendant, les fans pourront se consoler en se rappelant que leur show favori a été renouvelé pour trois saisons par Comedy Central. Et que toute cette histoire prouve qu’il est plus pertinent que jamais, que l’on aime son humour scato ou non !

MAJ 19 heures : le CSA a finalement réagi à cette affaire sur Libération, expliquant qu’il n’avait pas le pouvoir de censurer quoi que ce soit en amont. Voici son tweet détaillé.

Un peu plus tard, c’est Netflix qui a finalement admis son erreur via un nouveau tweet. Non, la firme n’a pas été pressurisée par le CSA, elle n’a pas été obligée de censurer quoique ce soit. Elle a seulement acheté les épisodes que Viacom lui proposait, peut-être sans vérifier qu’il en manquait.

©Netflix

Une nouvelle question s’impose : pourquoi l’ayant droit a proposé des saisons tronquées, sachant qu’en parallèle, des éditions DVD de South Park sortent en France en version "non-censurée" ? Mystère.

Par Marion Olité, publié le 07/10/2019

Copié

Pour vous :