©Netflix

featuredImage

La suite de Désenchantée arrive en septembre sur Netflix

Notre princesse alcoolique préférée va nous aider à traverser la rentrée 2019.

Sans être aussi moderne et révolutionnaire qu’on l’aurait souhaité, Désenchantée, la série de Matt Groening imaginée pour Netflix, nous a fait passer un bon moment, en mélangeant habilement le style graphique et l’humour du papa des Simpson avec un univers médiévalo-fantastique (forcément très en vogue depuis le succès de Game of Thrones) convaincant, le tout saupoudré d’une pointe de girl power.

Souvenez-vous : en saison 1, on faisait la connaissance de Bean, princesse bagarreuse et portée sur la bière, plutôt du genre Arya que Sansa si vous voyez ce que je veux dire. Forcée à se marier au début de la série, l’astucieuse jeune femme - bientôt flanquée de deux compagnons, l’elfe trouillard plongé dans la friendzone Elfo et le démon cynique Luci - va trouver mille et une esquives pour éviter ça, s’embarquant dans des aventures plus drôles et abracadabrantes les unes que les autres.

Composée de 10 épisodes, la première partie de la saison 1 se terminait sur un sacré twist : Bean suivait Dagmar, sa mère revenue d’entre les morts, vers un destin flou mais plutôt maléfique, tandis que cette dernière pétrifiait en pierre tout·e·s les habitant·e·s de Dreamland, excepté le roi Zøg et Luci. Une scène post-générique nous dévoilait aussi Elfo, repêché par de mystérieuses créatures.

Il faudra encore patienter tout l’été pour retrouver Désenchantée : le coup d’envoi de cette Partie 2 de la saison 1 (oui, Netflix en a marre ces derniers temps de la simplicité des saisons, la plateforme ajoute des "parties") sera donné le 20 septembre prochain. De quoi en revanche nous aider à adoucir ce moment tant redouté de la rentrée ! D’ici là, on aura sûrement eu la joie de découvrir un trailer. En attendant, voici le premier poster de cette deuxième partie, qui surfe avec la tagline "Son Trône l’appelle" sur la fin de la saga Game of Thrones évidemment.

©Netflix

Par Marion Olité, publié le 16/05/2019