© Sylvia Ji pour Showtime

On en sait plus sur le spin-off très attendu de Penny Dreadful

Après avoir donné son feu vert pour ressusciter Penny Dreadful, la chaîne Showtime nous en apprend un peu plus sur la série qui devrait prendre sa suite.

© Sylvia Ji pour Showtime

Difficile d’imaginer Penny Dreadful sans Vanessa Ives, ses petits camarades et leur morosité toute victorienne. C’est pourtant le défi que va se lancer Showtime en faisant revenir la série d’entre les morts, mais sans ses légendaires protagonistes. Deadline nous apprend que le show, qui sera une suite de l’original, se déroulera dans le Los Angeles de 1938, où le folklore mexicain rencontrera la culture américaine. Comme l’a confirmé le producteur John Logan, le show embrassera le contexte historique du pays, alors secoué par des tensions politiques et sociales.

Publicité

"Penny Dreadful: City of Angels aura une conscience politique et sociale que nous avions choisi de ne pas explorer dans le Penny Dreadful qui se déroulait à Londres. On va donc s’emparer de ces problématiques politiques, religieuses, sociales et raciales bien réelles. En 1938, Los Angeles fait face à des questions difficiles concernant son futur et son âme. Nos personnages doivent en faire de même. […Comme toujours dans l’univers de Penny Dreadful, il n’y’a ni gentils ni méchants, seulement des protagonistes et antagonistes, des personnages compliqués et tiraillés face à un choix moral."

Penny Dreadful: City of Angels, c’est donc le nom choisi pour ce sequel, sera fortement imprégné du mythe de la déesse Santa Muerte. Pour Gary Levine, président de la programmation sur Showtime, ce spin-off "promet d’être une extraordinaire saga sur l’amour familial contre les monstres terrifiants qui sont autant autour de nous qu’en nous-mêmes." La série sera, comme l’originale, créée et écrite par John Logan, lequel sera rejoint pour l’occasion par le producteur exécutif Michael Aguilar (Kidding).

La production de la première saison de Penny Dreadful: City of Angels commencera en 2019.

Publicité

Par Delphine Rivet, publié le 02/11/2018

Copié

Pour vous :