AccueilAnalyse

Les 20 séries les plus attendues de la rentrée 2020

Publié le

par Marion Olité

Malgré le coronavirus, la rentrée sérielle se profile. On vous a sélectionné les fictions les plus prometteuses !

Raised by Wolves

Pour sa première réalisation dans le monde des séries, Ridley Scott nous emmène dans un de ces mondes de robots et de science-fiction dont il a le secret. La Terre, ravagée par une guerre mondiale, a été détruite. Pour permettre à l’humanité de survivre, deux androïdes sont envoyés sur une exoplanète, afin d’élever des enfants et de coloniser le territoire, mais certains survivants ne l’entendent pas de cette oreille et vont chercher à exploiter les colons pour leur compte. Une série qui s’annonce visuellement spectaculaire, portée par Travis "Ragnar Lodbrok" Fimmel. (A. D.) 

À voir sur HBO Max dès le 3 septembre, et prochainement sur Warner TV en France.

The Boys, saison 2

Le combat des Boys contre les Seven aura droit à un deuxième round. La série de super-héros trash, basée sur les comics de Garth Ennis et Darick Robertson, promet une nouvelle saison encore plus intense et explosive que la première. Billy Butcher, désemparé par la révélation de Homelander concernant sa femme, est désormais prêt à tout pour prendre sa revanche sur les puissants sbires de Vought. Avec l’arrivée de nouveaux justiciers impitoyables et la présence de Giancarlo Esposito (Breaking Bad, The Mandalorian) dans le rôle du big boss de l’entité démoniaque, la saison 2 de The Boys s’annonce déjà comme la série jouissive de la rentrée. (A. D.) 

À voir sur Prime Video dès le 4 septembre.

Away

Après Brad Pitt, Sandra Bullock ou encore Eva Green, Hilary Swank s’improvise astronaute pour son prochain rôle sur le petit écran. Dans cette nouvelle création signée Andrew Hinderaker, l’actrice incarne Emma Green, sélectionnée pour mener une mission exceptionnelle sur Mars. Mais ce voyage parmi les étoiles la privera de son mari et sa fille pendant trois ans, sans compter le danger de mourir dans l’espace, qui reste une possibilité. Away devrait s’imposer comme un drame émouvant sur l’espoir et les liens familiaux, avec une leadeuse forte et charismatique, qui a finalement bien les pieds sur Terre. (A. D.)

À voir sur Netflix dès le 4 septembre.

Engrenages, saison 8

© Canal+

Première création originale de Canal+, Engrenages nous plonge depuis 2005 dans les rouages du système policier et judiciaire français à travers une galerie de personnages complexes et attachants, souvent confrontés au pire. Ils ont morflé, évolué, fait face à leurs démons : il est temps de retrouver Laure (Caroline Proust), Gilou (Thierry Godard), Joséphine (Audrey Fleurot) et les autres pour une dernière enquête qui, on l’espère, conclura en beauté une des meilleures séries européennes de ces 20 dernières années. Pour preuve, elle est l’une des rares frenchies à s’être exportée dans pas moins de 70 pays. (M. O.) 

À voir sur Canal+ dès le 7 septembre.

Family Business, saison 2

Ⓒ Netflix

Avec cette série créée par Igor Gotesman, Netflix tentait une percée dans le genre de la comédie familiale hexagonale, avec un twist moderne. Coup d’essai, coup de maître. Les aventures rocambolesques et hilarantes de la tribu Hazan, qui se retrouvait à dealer de la weed après un coup du sort financier, ont convaincu le public. On sera ravis de retrouver Jonathan Cohen, Julia Piaton et Gérard Darmon pour de nouvelles péripéties fumeuses. L’occasion aussi de reprendre le débat toujours tabou et houleux concernant la légalisation du cannabis en France, paradoxalement un des plus gros consommateurs européens. (M. O.) 

À voir sur Netflix dès le 11 septembre.

The Third Day

Après avoir campé un pape excentrique dans The Young Pope, Jude Law poursuit son chemin sur le petit écran avec la mini-série The Third Day. Dans cette nouvelle création sombre signée Dennis Kelly (Utopia), deux personnages différents débarquent sur une île mystérieuse après un événement traumatisant. Ils vont tomber sur les habitants étranges de ce territoire mystique, aussi dangereux que captivant. Une œuvre clairement ésotérique et sibylline, qui demandera à ses spectateur·rice·s de lâcher prise pour profiter du trip métaphysique. (A. D.) 

À voir sur OCS dès le 14 septembre.

We Are Who We Are

C’est l’événement queer de la rentrée. La première série de Luca Guadagnino, le réalisateur acclamé de Call Me by Your Name (2017), raconte la quête d’identité de deux ados de 14 ans, qui passera par une exploration de leur genre et de leur sexualité naissante. Ils sont incarnés par Jack Dylan Grazer et Jordan Kristine Seamón, secondés par des noms connus comme Chloë Sevigny, Alice Braga et un certain Kid Cudi. L’histoire se déroule sur une base militaire italienne, au cœur de l’été, pour une rentrée ensoleillée dans une ambiance dolce vita. (M. O.) 

À voir sur HBO dès le 14 septembre, en France la série n'a pas de diffuseur officiel pour le moment. 

Un homme ordinaire

© M6

Si vous avez passé l’été plongé dans les numéros spéciaux du magazine Society, consacrés à l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès, cette nouvelle série limitée, inspirée du fait divers sordide et créée par Pierre Aknine (Osmosis, Souviens-toi), est faite pour vous. Arnaud Ducret se glisse dans la peau de Christophe de Salin, un homme introuvable, suspecté d’avoir tué sa famille. En parallèle, une hackeuse, incarnée par Émilie Dequenne, va commencer à le traquer sur Internet, venant en aide à une police désemparée. Quatre épisodes à ne pas rater pour les amateurs du genre, en attendant une inévitable version docu-série de true crime, inspirée par l’enquête de Society. (M. O.) 

À voir sur M6 dès le 15 septembre.

Ratched

Très attendu, ce préquel du grand classique Vol au-dessus d’un nid de coucou de Milos Forman (1975, détenteur de cinq Oscars et six Golden Globes), se déroulera à la fin des années 1940 sur la côte californienne et sera centré sur la grande méchante de l’histoire, Mildred Ratched (Louise Fletcher). Dans cette nouvelle création de Ryan Murphy, l’infirmière de l’hôpital psy aux méthodes abusives prend les traits de Sarah Paulson. Le showrunner d’American Horror Story nous promet de revisiter ce personnage à travers une réalisation flamboyante, dans le but de s’interroger sur les monstres humains : le sont-ils à la naissance ou le deviennent-ils, suite à une série de circonstances et traumatismes ? (M. O.)

À voir sur Netflix dès le 18 septembre.

Utopia

À la même époque que Skins et Misfits, une troisième série britannique trustait le cœur des millennials : Utopia. Cette petite pépite violente et politiquement incorrecte a droit à une adaptation américaine supervisée par Gillian Flynn (Gone Girl). On retrouvera donc une nouvelle bande de nerds embarqués dans une aventure délirante pour sauver le monde, mêlant conspiration, thriller et humour noir. Pour cette adaptation US, John Cusack débarque dans un rôle inédit, créé spécialement pour la série. (A. D.)

À voir sur Prime Video dès le 25 septembre.

Fargo, saison 4

Cousine éloignée de True Detective, l’anthologie Fargo s’apprête aussi à faire son retour après trois ans d’absence. Sous la houlette de Chris Rock, la ville fictive imaginée par les frères Coen (qui donne son nom à la série) va de nouveau s’animer et prendre un virage sanglant. L’acteur américain campe un baron du crime local. Il est à la tête d’une bande composée d’immigrés noirs, qui cherchent à fuir les lois racistes Jim Crow pendant les années 1950. Chris Rock a également convié Timothy Olyphant, Ben Whishaw et Jessie Buckley à la fête, tous bien décidés à en découdre dans la petite ville du Missouri. (A. D.)

À voir sur FX dès le 27 septembre, inédite en France.

Moah

Ⓒ OCS

Pour sa nouvelle création originale, OCS remonte le temps jusqu’à la Préhistoire. Moah est une série expérimentale qui conte le quotidien d’une tribu d’Homo sapiens. Moah est aussi le nom d’un étranger intégré dans une nouvelle communauté, mais considéré depuis toujours comme le vilain petit canard par ses semblables. Son rêve est de partir à la conquête du Nord pour retrouver sa liberté et rencontrer l’homme mystérieux qui apparaît dans ses songes. Annoncée comme une série expérimentale sans dialogue ni musique d’ambiance, Moah a toutes les chances de s’imposer comme l’ovni de la rentrée sérielle dans l’Hexagone. (A. D.) 

À voir sur OCS dès le 1er octobre.

La Garçonne

© France 2

Dans cette nouvelle série française, Laura Smet se glisse dans la peau de Louise Kerlac, une femme témoin du meurtre d’un proche, commis par des agents de l’État. Pour tenter de faire éclater la vérité, elle va prendre l’identité de son frère jumeau, brisé par la guerre de 1914-1918 et sur le point d’entrer à la brigade criminelle. Ce monde interdit aux femmes est aussi son rêve de toujours. Le sujet est casse-gueule, mais on est curieux·ses de découvrir cette fiction en six épisodes, créée par Dominique Lancelot avec l’intention de raconter une émancipation féminine dans le Paris festif et débridé des années folles. Un twist du genre – un personnage féminin amené à se travestir pour intégrer un monde d’hommes – est trop rarement mis en scène, surtout à la télé française, pour qu’on n’ait pas envie d’y jeter un œil. Dans un double rôle, Laura Smet donnera la réplique à un habitué des séries, Grégory Fitoussi. (M. O.) 

À voir sur France 2, dès le 1er octobre.

The Good Lord Bird

On ne se lasse pas de voir Ethan Hawke sur le petit écran et encore moins dans un rôle complètement farfelu. Dans The Good Lord Bird, l’acteur interprète John Brown, un leader abolitionniste pendant le terrible "Bleeding Kansas" du XIXe siècle. À la croisée du western et du drame politique, la série nous raconte les prémices de la guerre de Sécession, à travers le raid de John Brown contre l’arsenal fédéral d’Harpers Ferry. Un projet fou, mais qui a grandement participé à l’arrêt total des pratiques esclavagistes chez l’Oncle Sam. (A. D.) 

À voir sur Canal+ dès le 4 octobre.

The Walking Dead: World Beyond

Dernière-née de la franchise zombiesque inspirée des comics de Robert Kirkman, World Beyond va prendre place une décennie après l’apocalypse qui a conduit les humains à se battre contre les morts-vivants. Cette fois-ci, exit les adultes, on suivra de nouveaux personnages adolescents dans une ambiance de teen drama, notamment la bien nommée Hope (Alexa Mansour). Si la série reprend un peu la structure de TWD, à laquelle on est habitué·e·s, avec un groupe partant sur la route pour mener à bien une quête, elle posera aussi en creux une question inédite : comment cette première génération de jeunes, ayant grandi sur des terres post-apocalyptiques, va-t-elle construire son identité ? (M. O.)

À voir sur Amazon Prime dès le 4 octobre.

Supernatural, saison 15

© 2019 The CW Network, LLC. All Rights Reserved.

On pensait qu’ils n’allaient jamais nous quitter, à force, mais toutes les bonnes choses ont une fin. Celle des frères Winchester, chasseurs de démons émérites aux quatre coins des États-Unis, approche à grands pas. Coupée en deux en raison de la pandémie mondiale, cette ultime saison de la série surnaturelle créée par Eric Kripke a encore sept épisodes à dévoiler. Elle verra Sam et Dean faire face à des ennemis du passé, relâchés par nul autre que… Dieu. Après ce dernier combat mené avec Castiel pour éviter une nouvelle apocalypse, les frères prendront une retraite bien méritée qui, on l’espère, les conduira loin des Enfers. (M. O.) 

À voir sur The CW, dès le 8 octobre.

Helstrom

Surprise pour les fans de Marvel et en particulier des mutants. Alors qu’on pensait que Marvel Studios et Disney s’empareraient définitivement du monopole des séries de La Maison des idées, Hulu va tenter sa chance avec cette licence peu connue en dehors des États-Unis. Helstrom narre l’histoire de Daimon et sa sœur Satana, les enfants du diable affiliés au Club des damnés. Bien décidé à changer le cours de son destin, le duo part à la chasse aux démons pour empêcher son père de régner sur le monde. On dirait que les frères Winchester de Supernatural ont trouvé leur relève pour affronter l’Enfer et ses créatures. (A. D.) 

À voir sur Hulu dès le 16 octobre, inédite en France.

The Undoing

Nicole Kidman et HBO, c’est une affaire qui roule ! Après nous avoir éblouis dans Big Little Lies, l’actrice retrouve le même showrunner, David E. Kelley, pour cette nouvelle série limitée prestigieuse, dans laquelle elle donnera la réplique à Hugh Grant. Elle forme avec lui un couple exemplaire de réussite, dont la vie bascule après "une mort violente", qui va entraîner une "réaction en chaîne et de terribles révélations". Ce thriller familial de facture classique, réalisé par Susanne Bier (Birdbox, The Night Manager), attire surtout notre attention par la présence des deux stars, dont on attend de voir la performance. (M. O.) 

À voir sur HBO et OCS dès le 25 octobre.

La Flamme

Jonathan Cohen enfile un costume trois pièces pour devenir le nouveau Bachelor dans La Flamme, la nouvelle création originale de Canal+. Décrite comme une parodie des télé-réalités du genre, la série verra s’affronter 13 femmes pour séduire le beau et richissime Marc, campé par Jonathan Cohen. La Flamme se targue d’une liste non-exhaustive d’invités complètement dingue (Angèle, Ramzy Bedia, Adèle Exarchopoulos, Orelsan, Florence Foresti, Vincent Dedienne, François Civil, Pierre Niney ou encore Leïla Bekhti), qui pourrait bien faire de l’ombre à un certain Dix pour cent. (A. D.) 

À voir sur Canal+ courant octobre.

Small Axe

© BBC/AmazonPrime

Créée et réalisée par Steve McQueen (12 Years a Slave), cette série anthologique composée de cinq épisodes a pour ambition de raconter l’expérience des Noir·e·s et plus spécifiquement de la communauté antillaise, en Angleterre, dans le Londres des années 1960 aux années 1980. Deux des cinq histoires, "Mangrove" et "Love Rocks", ont été labellisées Cannes 2020 (elles avaient été sélectionnées avant l’annulation du festival en raison de la pandémie mondiale), ce qui est évidemment très bon signe. On suivra de près le segment "Red, White and Blue", coécrit par Steve McQueen et Courttia Newland, dans lequel John Boyega incarne un agent de police qui veut changer les méthodes des forces de l’ordre de l’intérieur. Militant pour les droits des Noir·e·s, Steve McQueen a dédié sa série à George Floyd et au mouvement Black Lives Matter. (M. O.) 

À voir sur Amazon Prime en octobre, la série sera présentée en avant-première le 25 septembre au New York Film Festival.

Bonus : Des

On triche, mais on ne pouvait pas passer à côté du retour de David Tennant, qui va marquer la rentrée anglaise des séries. Dans Des, l’acteur incarne Dennis Nilsen, un tueur en série ayant réellement existé et terrorisé le Londres de la fin des années 1970. L’intrigue est basée sur le livre Killing for Company: The Case of Dennis Nilsen, de Brian Masters, et l’histoire adoptera le point de vue de l’auteur et d’un des détectives en charge de l’enquête. Si Mindhunter vous manque, cette série limitée de quatre épisodes est faite pour vous ! (M. O.)

À voir sur ITV, en septembre.

Un article écrit par Adrien Delage et Marion Olité.

À voir aussi sur biiinge :