AccueilAnalyse

7 coups de cœur dénichés au Festival Séries Mania 2021

Publié le

par Marion Olité

© Arte/France Télévisions/HBO Max/Channel 4

Qui a dit que les séries ne savaient plus innover ?

Marre de regarder des séries dont vous connaissez déjà la fin ? On est allé·e·s au Festival Séries Mania 2021, qui se tenait à Lille du 26 août au 2 septembre, et on vous a dégoté la crème de la crème. Des séries novatrices, imprévisibles, fortes, à découvrir bientôt sur vos écrans !

Nona et ses filles

Pour sa première série, Valérie Donzelli s’est associée à la scénariste Clémence Madeleine-Perdrillat (Mixte), mais c’est bien la patte de la réalisatrice qui domine dans cette fable fantaisiste où les femmes sont à l’honneur. La Nona du titre, incarnée par Miou-Miou, est une septuagénaire, mère de triplées quadra, férocement indépendante et ancienne soixante-huitarde qui distille sa sagesse au planning familial. Oui, mais voilà, Nona est enceinte. Miracle ou malédiction, cette grossesse improbable va faire se rassembler autour d’elle sa tribu de filles, George (Valérie Donzelli), Gaby (Clotilde Hesme) et Manu (Virginie Ledoyen), pour former un cocon protecteur dont elle aimerait parfois s’échapper. La première est une éternelle thésarde vivant toujours chez sa mère, la deuxième est sexologue et autrice, et la troisième, enfin, est une maman de cinq garçons croulant sous la charge mentale. Lumineuse, tendre, avec une pointe d’excentricité, cette série a fait battre nos cœurs de festivalier·ère·s. (Delphine Rivet)

© Arte

À voir où ? En décembre sur Arte.

We Are Lady Parts

Entièrement écrite et réalisée par Nida Manzoor pour la chaîne anglaise Channel 4, We Are Lady Parts fait souffler un vent de fraîcheur sur le genre des dramédies en nous racontant l’histoire d’un groupe de punk féministe, entièrement composé de femmes musulmanes, qui entretiennent des rapports très différents à leur religion. La série adopte la perspective d’Amina (Anjana Vasan), la petite nouvelle, guitariste qui débarque un peu par hasard dans le groupe et qui va y trouver des amies et un exutoire fantastique, notamment pour combattre ses angoisses. Drôle, touchante, subversive, truffée de chansons de métal énergisantes (composées par la créatrice et son frère Shez Manzoor) et bourrée de références pop ("Voldemort Under My Headscarf"), We Are Lady Parts n’a qu’un défaut : ses six petits épisodes passent beaucoup trop vite. Vite, une saison 2 ! (Marion Olité)

À voir où ? Sur BrutX.

L’Opéra

Si on vous dit "fiction sur l’univers du ballet", vous songerez peut-être à Black Swan, Suspiria ou encore, côté séries, à Flesh and Bone. L’Opéra, du label OCS Originals, a ceci de commun avec ces œuvres qu’elle plonge son intrigue dans l’univers impitoyable de la danse classique. Mais le Palais Garnier qui lui sert de décor est surtout le théâtre de tout un faisceau de luttes, ancrées dans notre époque. De la danseuse étoile qui voit sa gloire s’étioler, à la jeune ballerine noire et venue des quartiers confrontée au racisme de cette institution, en passant par le bras de fer syndical entre un régisseur et la direction de l’Opéra de Paris… Cette série, écrite par Cécile Ducrocq (Le Bureau des légendes) et Benjamin Adam (Paris Police 1900), est un élégant tourbillon, porté par un casting impeccable – Ariane Labed, Raphaël Personnaz et Suzy Bemba en tête. (D.R.)

À voir où ? Dès le 7 septembre sur OCS Max.

Germinal

Que n’a-t-on pas déjà dit sur l’œuvre phare d’Émile Zola et ses adaptations, dont la dernière en date, réalisée par Claude Berri en 1993 et avec le chanteur Renaud dans le rôle-titre ? Julien Lilti (Hippocrate) a pourtant pris un risque fou en adaptant ce monument de la culture française, et le pari est plus que rempli. D’une beauté saisissante, autant dans ses plans larges qu’au plus profond des entrailles du Nord, cette superbe production peut aussi compter sur un casting magistral : Alix Poisson (Les Revenants), Thierry Godard (Un village français), Guillaume de Tonquédec (Fais pas ci, fais pas ça), ainsi que Louis Peres, découvert dans la série Mental de France.tv Slash. Pour son avant-première mondiale, l’équipe de Germinal avait choisi la commune de Wallers-Arenberg, près de la mine où a eu lieu le tournage, et avait invité d’anciens mineurs et leurs familles pour cette projection riche en émotions. (D.R.)

À voir où ? Déjà sur Salto, puis bientôt sur France 2.

Sort Of

Le Canada regorge de talents, notamment queers. Après Mae Martin et son Feel Good sur Netflix, Séries Mania braque les projecteurs sur la première série de Bilal Baig (et Fabrizio Filippo). Remarqué sur les planches pour sa pièce de théâtre Acha Bacha, qui évoquait déjà les problématiques d’être gay et d’origine pakistanaise, Baig nous plonge dans le quotidien de Sabi Mehboob, une personne non-binaire et vingtenaire qui travaille comme baby-sitter le jour et dans un bar en soirée. Alors que Sabi s’apprêtait à partir vivre à Berlin avec sa BFF, iel se ravise à la suite d’un accident qui s’abat sur la famille dont iel s’occupe. Dramédie chaleureuse, Sort Of brille par son écriture sensible et nuancée. Au programme : du love, de la bienveillance, de l’humour et l’exploration d’un héritage culturel pas simple à accorder avec une identité queer, symbolisé par la relation compliquée entre Sabi et sa mère pakistanaise. Une pépite à ne pas rater et une représentation (trop) rare d’un personnage queer et racisé. (M.O.)

À voir où ? Bientôt sur les chaînes du groupe M6.

Kamikaze

Première production originale danoise de la plateforme HBO Max, Kamikaze est le genre de série sur laquelle on a envie de mettre un "trigger warning" pour les personnes sensibles à la thématique du deuil et de la dépression. Elle suit la trajectoire de Julie (incarnée par la fantastique Marie Reuther), 18 ans, influenceuse aisée et bien dans ses baskets, dont la famille meurt brutalement dans un crash d’avion. La jeune femme nous raconte en voix off sa descente aux enfers et sa quête de sens, qui va la conduire jusque dans le désert du Sahara. Il faut avoir le cœur bien accroché pour visionner cette série viscérale, signée Johanne Algren, qui suit au plus près la vérité et les sensations de son héroïne en proie à des idées suicidaires et à une culpabilité de la survivante. On ressort du visionnage de Kamikaze sonné·e·s et impressionné·e·s. (M.O.)

© HBO Max

À voir où ? Sur HBO Max aux États-Unis, pas encore de diffuseur en France.

Anna

Après la claque Il miracolo, Niccolò Ammaniti revient adapter en série un de ses romans, Anna. Publié en 2015, il se déroule dans un monde où tous les adultes ont succombé à un mystérieux virus. Livré·e·s à eux-mêmes, les enfants créent leurs propres règles, entre jeux et chaos. Quelques années après la catastrophe, on suit Anna, âgée de 13 ans, qui prend soin de son petit frère, Astor, dans un milieu hostile où l’on peut perdre la vie pour une tranche de jambon rassis. Dans la veine du classique Sa majesté des mouches, Anna nous balade entre onirisme, désolation postapocalyptique et métaphore du passage à l’âge adulte, le tout avec la patte si personnelle du cinéaste italien. Une esthétique de la décrépitude, entre rêve enfantin et cauchemar, où la violence survient quand on ne s’y attend pas. Une œuvre marquante et singulière.

À voir où ? Sur arte.tv à partir du 10 septembre.

Un article écrit par Delphine Rivet et Marion Olité.

À voir aussi sur biiinge :