7 séries médicales à (re)découvrir en confinement

Parce qu'elles sont plus que jamais d'actualité et peuvent paradoxalement nous rassurer.

#1. Dr House, si tu chopes un lupus

© Fox

À l’heure des grandes séries familiales du milieu des années 2000 (Prison Break, Desperate Housewives, Lost), un docteur boiteux et cynique sauvait des vies dans le Princeton-Plainsboro Teaching Hospital du New Jersey. Avec ses punchlines salées, son addiction à la Vicodin et sa relation d’amour-haine avec la directrice Lisa Cuddy, Gregory House a marqué le genre des séries médicales. Son créateur, David Shore, a d’ailleurs prouvé son amour pour les docteurs atypiques, avec le lancement de The Good Doctor, cinq ans après la fin de Dr House.

Publicité

Hormis son antihéros aussi méchant qu’attachant, la série était connue pour ses cas et diagnostics spectaculaires. Ainsi, outre le mème éternel du lupus, le docteur House et ses équipes d’internes ont affronté une liste de maladies saugrenues au cours de leur carrière, avec des noms aussi imprononçables que cocasses : la rickettsiose vésiculeuse, une intoxication à l’or, la maladie d’Erdheim-Chester, le syndrome des mouvements en miroir ou même… la peste bubonique ! De quoi relativiser à l’heure de la pandémie du Covid-19.

Les huit saisons de Dr House sont disponibles en intégralité sur Amazon Prime Video.

#2. Hippocrate, si tu as perdu ton dentier

© Canal+

Publicité

Difficile de trouver meilleure série médicale qu’Hippocrate, créée par un ancien médecin (Thomas Lilti) qui a déjà fait ses preuves au cinéma. Pour une fois, la fiction nous plonge dans un hôpital français (un centre hospitalier aujourd’hui désaffecté d’Aulnay-sous-Bois), avec ses problèmes de gestion interne, loin du cadre souvent fantasmé des séries américaines. Avec ses couleurs grisantes, ses acteurs impeccables et sa mise en scène littéralement chirurgicale, Hippocrate est une série coup de poing sur la réalité glaçante du quotidien des personnels hospitaliers et leurs angoisses de tous les jours.

Le show a également l’intelligence de nous montrer des côtés particulièrement glauques du milieu (les soirées débauches des jeunes internes), ainsi que de chroniquer la vie personnelle complexe des soignants. Si vous êtes de celles et ceux qui applaudissent tous les soirs à 20 heures ou au contraire n’ont pas conscience des efforts réalisés par les équipes médicales actuellement, Hippocrate pourrait bien être l’autopsie sérielle dont vous avez besoin pour saisir les enjeux humains d’une telle entité.

La première saison d’Hippocrate est disponible en intégralité sur MyCanal.

Publicité

#3. Urgences, si tu fais une surdose de Nespresso

Ⓒ NBC

L’œuvre de Michael Crichton et Steven Spielberg fut pendant un temps la série médicale la plus longue de l’histoire, avant de se faire dépasser par son héritière spirituelle, Grey’s Anatomy, mais les vrais savent (vos parents en gros) que Meredith et ses camarades doivent tout à Urgences. Culte de nos jours, le show était à la fois plébiscité pour son aspect soap et romanesque, mais aussi pour la gravité des sujets traités : la surdité, la séropositivité, le suicide, l’euthanasie ou encore l’homosexualité et l’homoparentalité, des années avant le mouvement woke du petit écran.

Évidemment, Urgences est aussi célèbre pour son casting sexy, du plus connu George Clooney aux acteurs passés par la série qui ont fini par émerger à Hollywood (Julianna Margulies, Angela Bassett, William H. Macy, Stanley Tucci…). Enfin, le show osait repousser ses limites, notamment avec la mise en place d’un épisode live, diffusé en saison 4, une prouesse qui nécessita une vingtaine de caméras et une mémorisation exemplaire des gestes médicaux par le cast.

Publicité

Urgences est diffusée sur TF1 Séries Films du lundi au vendredi à 14 h 30.

#4. Grey’s Anatomy, si tu as une peine de cœur

© ABC

Pour provoquer une crise de larmes bien cathartique, impossible de trouver mieux que le quotidien tumultueux de Meredith Grey et ses collègues en blouse blanche. Depuis mars 2005, cette fiction médicale fait les beaux jours d’ABC, narrant les vicissitudes d’un groupe d’internes en médecine qui, au gré des saisons, sont devenus des docteurs éminemment réputés. Bien qu’on ait peu de chances d’oublier ses cas les plus fous, comme le mémorable "Tree Man" (un patient dont le corps était recouvert de verrues causées par son papillomavirus), Grey’s Anatomy restera dans les annales pour ses imbroglios amoureux.

Sur fond d’opérations tendues et diagnostics catastrophes, les toubibs du Seattle Grace collectionnent leur lot de coucheries et de tensions sexuelles inavouées. Bien plus mélodramatique que les autres fictions de cette liste, Grey’s Anatomy demeure peut-être la plus addictive, avec ses fins de saison bien connues pour s’apparenter à des montagnes russes émotionnelles. On précisera qu’elle est l’une des rares séries médicales à être créée par une femme, Shonda Rhimes, laquelle a donné naissance à une franchise de longue durée grâce à deux spin-off, Private Practice (disparue en 2013) et Station 19.

Grey’s Anatomy est disponible sur Amazon Prime Video.

#5. The Good Doctor, si tu es un éternel pessimiste

© ABC

David Shore et le milieu médical, c’est une histoire qui dure. À tel point que, plusieurs années après avoir fait ses adieux à Dr House, le showrunner est revenu vers ses premiers amours à travers une nouvelle série. Dans The Good Doctor, remake de la fiction sud-coréenne du même nom, Freddie Highmore (bien flippant dans Bates Motel) campe Shaun, un chirurgien autiste atteint de savantisme. Cette dernière appellation, non reconnue par la science, désigne les individus atteints de troubles du développement qui ont un talent presque inné dans un domaine précis. Dans le cas de Shaun, c’est la chirurgie.

Dès le pilote, The Good Doctor fait de l’adversité son ancrage, montrant les différentes embûches auxquelles se heurte Shaun dans son ascension professionnelle. Alors que les passages au bloc opératoire s’enchaînent épisode après épisode, la série parvient à délivrer un propos fort sur l’importance de ne pas baisser les bras et de persévérer, malgré les freins qu’on peut rencontrer. Cela peut paraître gnangnan, mais la série parvient à ne jamais sombrer dans une mièvrerie trop facile.

The Good Doctor est disponible sur Amazon Prime Video.

#6. Scrubs, si tu ne te laves pas assez les mains

© NBC

Quand on regarde l’historique des séries médicales, on prend très vite conscience que c’est un genre qui, sans être austère, est très pris au sérieux. À une petite exception près. Dans Scrubs (qui, fun fact, est le terme anglais pour désigner les tenues réglementaires que portent les soignants dans les hôpitaux), on fait fi du côté glauque de l’environnement hospitalier pour instiller de la comédie pure et dure. On y suit J. D. (Zach Braff, alors en pleine ascension), un grand gamin qui s’avère être interne dans un établissement réputé. Pour la faire courte, c’est grâce à lui que le show est si désopilant.

Au fil de ses journées de travail, J. D. se laisse emporter par ses pensées et imagine des scènes absurdes, brillamment écrites par Bill Lawrence et ses scénaristes. La moindre consultation lambda se mue alors en conversation déjantée qui n’aurait jamais lieu dans la réalité. Portée par un casting en grande forme, Scrubs reste une comédie phare encore aujourd’hui. Elle est d’autant plus pertinente qu’un de ses passages vient de resurgir pour nous sensibiliser à la distanciation sociale… et à la propreté. Drôle et avant-gardiste, donc.

Scrubs n’est disponible sur aucune plateforme de streaming en France.

#7. Nip/Tuck, si tu veux changer de corps

© FX

Côté bienveillance, on repassera avec cette série signé Ryan Murphy pré-American Horror Story. Lancée en 2003 et diffusée chez nous sur M6, elle raconte les vies pleines de trous de deux amis quarantenaires, (enfin, au début de la série). Chirurgiens plastique aussi blindés de thunes que peu scrupuleux, vivant à Miami, Sean McNamara (Dylan Walsh) et Christian Troy (Julian McMahon) ont un cabinet florissant et accueillent dans chaque épisode des patient·e·s désespéré·e·s de changer de corps et de visage pour différentes raisons.

Récompensée d’un Golden Globe et d’un Emmy en son temps, cette satire mordante et très noire n’épargne personne, se moquant de la crise de la quarantaine de ses héros, de la cellule familiale hétéro, des accros à la chirurgie et de l’hypocrisie générale qui englobe ce sujet. Au fil des saisons, la série s’est enfoncée dans le trash (une des marques de fabrique des productions de Ryan Murphy !) avec un serial killer et violeur qui s’en prendra à Christian, un inceste et des histoires de mafia. Le point positif, c’est qu’on ne s’ennuie pas avec ce soap tordu, au générique mémorable. Au bout de quelques épisodes, vous aurez complètement oublié que le coronavirus existe.

Nip/Tuck est disponible via Warner TV.

> Restez chez vous et binge-watchez toutes les vidéos de Konbini Biiinge, c’est par ici !

Par Adrien Delage et Florian Ques, publié le 31/03/2020