AccueilAnalyse

Les 5 psychopathes les plus marquants du petit écran

Publié le

par Axel Savoye

On a affaire à de grands malades.

#5. Norman Bates (Bates Motel)

© James Dittiger/A&E

Norman Bates est né de l’imagination de Robert Bloch dans son roman Psychose, que le maître du suspense Alfred Hitchcock a ensuite porté à l’écran en 1960. Dans Bates Motel, le préquel du thriller, il apparaît comme un garçon charmant type gendre idéal, très proche de sa mère avec qui il vient de démarrer une nouvelle vie. Ce jeune homme aurait pu être quelqu’un de vraiment sympathique s’il n’était pas responsable de la mort de son père, de sa professeure et de bien d’autres personnes, et s’il ne lui arrivait pas de s’habiller comme sa mère, pour qui il développe un terrible complexe d’Œdipe.

Il s’avère que Norman souffre de troubles dissociatifs de l’identité, lors desquels la personnalité de sa mère prend le contrôle sur son comportement, faisant de lui un tueur de sang-froid. Lorsque cela lui arrive, il n’en garde aucun souvenir. Ses troubles continueront à s’aggraver au point où il finit par assassiner sa mère et tenter de se suicider par la même occasion. Il continuera cependant à penser que cette dernière est toujours vivante, bien qu’il ait caché son corps, et à empiler les cadavres sans en avoir conscience.

Crime le plus horrible : le meurtre de sa mère, Norma Bates, par intoxication au monoxyde de carbone, à cause de la jalousie qu’il éprouvait envers sa relation avec Alex Romero.

À voir sur myCanal.

#4. Homelander (The Boys)

© Amazon

Le protecteur de l’humanité et le chef des Sept, véritable caricature de Superman sauf que lui n’a pas de soucis d’éthique lorsqu’il s’agit de nettoyer une cellule terroriste avec sa vision laser. Aux yeux du public, Homelander a tout de l’incarnation du rêve américain : gueule d’ange et patriote jusqu'à la moelle. Il s’est façonné une image de héros sans peur et sans reproche devant les caméras mais, lorsque celles-ci ne sont pas braquées sur lui, il devient un monstre n’hésitant pas à détruire quiconque se trouverait en travers de son chemin. La liste de ses victimes et de ses atrocités est déjà longue.

Le fait d’avoir grandi dans un laboratoire, coupé de tout contact humain ne l’aura pas aidé à savoir se comporter en société. Il considère tout de même Madelyn Stillwell, sa patronne et amante, comme une figure maternelle, ce qui ne l’empêchera pas de lui faire fondre la boîte crânienne après avoir découvert qu’elle avait éloigné son fils de lui. Ce comportement de fou furieux lui a attiré la rancœur des Boys, et plus particulièrement celle de Billy Butcher, dont il a violé la femme.

Crime le plus horrible : assister au crash d’un avion et abandonner les passagers à une mort certaine, sans essayer de les sauver.

À voir sur Amazon Prime Video.

#3. Ramsay Bolton (Game of Thrones)

© HBO

Dans la famille Bolton, je demande le bâtard. Niveau atrocités dans Game of Thrones, on croyait avoir tout vu avec Joffrey Baratheon, mais c’était jusqu’à l'arrivée de Ramsay Snow, le fils illégitime de Roose Bolton, issu du viol d’une paysanne. Respectueux des traditions familiales de la maison Bolton, Ramsay a pour habitude d’écorcher ses ennemis alors qu’ils sont encore vivants mais prend également un malin plaisir à les torturer physiquement et psychologiquement. Theon et Sansa en ont malheureusement fait les frais, l’un ayant subi d’horribles tourments qui l’ont brisé à jamais, l’autre ayant subi un viol dans une scène qui a fait polémique.

Le bâtard de Fort-Terreur n’a aucune considération pour la vie humaine, pas même pour celle de son amante Myranda, tuée par Theon et dont il livre le cadavre en pâture à ses chiens. Il est aussi ambitieux et n’hésite pas à tuer son père et à faire dévorer par ses limiers sa belle-mère et son demi-frère (un bébé), qu’il voit comme une menace dans son accession à la tête de la maison Bolton. Autant dire que Ramsay nous a donné plus d’une fois la nausée jusqu’à sa mort, particulièrement réjouissante.

Crime le plus horrible : l'asservissement de Theon à coups de violences physiques, castration et de torture psychologique reste l’un des moments les plus marquants de la série.

À voir sur OCS et myCanal.

#2. Hannibal Lecter (Hannibal)

© NBC

Le personnage d’Hannibal Lecter a fasciné autant qu’il a révulsé nombre de cinéphiles. D’abord incarné par Anthony Hopkins dans Le Silence des agneaux puis dans Hannibal et Dragon rouge, le Docteur Lecter prend dans la série de Bryan Fuller les traits du Danois Mads Mikkelsen. Le profiler Will Graham fait appel à lui pour résoudre une série de meurtres sans se douter que cet élégant psychiatre est en réalité l’Éventreur de Chesapeake, un tueur en série qui prélève les organes de ses victimes avant de disposer leurs restes de manière théâtrale. Hannibal se servira par la suite des informations collectées sur les scènes de crime pour imiter le modus operandi de ses confrères psychopathes.

Le contraste de ce personnage distingué, qui d’un côté organise des dîners extravagants pour ses amis et de l’autre transpose son raffinement dans ses meurtres sanglants, a de quoi mettre mal à l’aise. S’il lui arrive de manipuler ses patients les plus influençables pour qu’ils commettent des meurtres, on retiendra surtout de ce psychopathe son penchant pour le cannibalisme. Les estomacs assez accrochés pour regarder la série auront surtout retenu les scènes en mode ASMR d’Hannibal aux fourneaux. La vue de plats raffinés n’aura jamais été aussi écœurante.

Crime le plus horrible : avoir cuisiné les morceaux de choix de ses victimes dans des préparations gastronomiques pour ensuite les servir à ses invités. Ces derniers ignorant qu’ils dégustaient de la chair humaine.

À voir sur Apple TV.

#1. Edmund Kemper (Mindhunter)

© Netflix

Il y a des fois où la réalité dépasse la fiction. Si certains des précédents psychopathes sont inspirés le fruit de l'imagination de leurs créateurs, celui-ci n’a rien de fictif. Dans Mindhunter, les agents du FBI Holden Ford et Bill Tench et la psychologue Wendy Carr s’entretiennent avec plusieurs meurtriers pour faire avancer les sciences comportementales et le profilage criminel. L’un d’eux, Edmund Kemper, leur servira de guide à travers les méandres psychiques des tueurs en série. Sociopathe et schizophrène, des psychiatres lui ont pourtant évalué un QI égal à 145.

Comme la plupart des meurtriers, Edmund n’a pas eu une enfance facile. Abandonné par son père et maltraité par une mère alcoolique souffrant elle aussi de problèmes psychologiques, il passait son temps à torturer des animaux domestiques. Il est une première fois interné après avoir tué ses grands-parents. Quelques années après sa libération, il assassinera six étudiantes, sa mère et la meilleure amie de cette dernière avant de profaner leur corps de manière bien macabre. Edmund Kemper purge aujourd’hui encore sa peine dans la prison de Vacaville, en Californie.

Crime le plus horrible : le meurtre de six étudiantes, qu’il a tuées avant de se livrer à des actes sexuels sur leur corps et de les découper en morceaux.

À voir sur Netflix.

Et aussi : Dexter Morgan (Dexter), Negan (The Walking Dead), Joe Goldberg (You), James (The End of the F***ing World), Yoshikage Kira (Jojo’s Bizarre Adventure: Diamond is Unbreakable).

À voir aussi sur biiinge :