AccueilAnalyse

On a classé les cinq twists les plus cons de The Woman in the House Across the Street from the Girl in the Window

Publié le

par Marion Olité

On ne se remet pas de cet improbable binge-watching.

On a classé les cinq twists les plus cons de The Woman in the House Across the Street from the Girl in the Window

©Netflix

Attention, il est fortement conseillé d’avoir visionné la série avant de lire cet article, qui contient des spoilers absolument partout.

Il faut qu’on extériorise ce visionnage de The Woman in the House Across the Street from the Girl in the Window. La série la plus WTF de ce début d’année met en scène Kristen Bell dans le rôle d’Anna, une mère endeuillée par la mort de sa fille, addict au vin rouge et qui pense avoir été témoin d’un meurtre depuis sa fenêtre. Dans sa volonté de verser dans la parodie, la série ne trouve pas complètement son ton, mais elle nous régale de quelques twists, plus stupides les uns que les autres.

#5. La tueuse était…

Une gamine de 9 ans ?! D’un côté, la série réussit au moins à nous surprendre. On imaginait bien un twist, mais plutôt du côté de Sloane, la meilleure amie pot de colle d’Anna qui débarque à n’importe quelle heure chez elle. Que la petite fille du voisin suspecté soit en fait responsable du meurtre de ses parents, de la petite amie de son père et d’une de ses professeurs, on ne l’avait pas vu venir !

D’un autre côté, ce twist est-il bon pour autant ? Pas vraiment, car franchement pas plausible. Le final complètement over the top, qui voit Anna affronter Emma comme si on était dans Scream 6 (ça viendra !), vient finalement appuyer sur la plus grosse faiblesse de The Woman in the House : le pastiche pas vraiment maîtrisé qui imite un peu tous les genres sans en parodier un de façon vraiment convaincante.

© Netflix

#4. Le suspect était… ventriloque ?! 

Alors là, on a vraiment éclaté de rire. Dans l’épisode 4, Anna enquête – absolument pas discrètement – sur son voisin, Neil (Tom Riley), qu’elle suspecte d’avoir tué sa femme et sa nouvelle petite amie. L’homme monte dans sa voiture avec un gros sac pouvant contenir un corps. Ni une ni deux, Anna le prend en filature et va lui demander des comptes, seule, dans une allée sombre. Déjà, qui fait ça ?! Mais passons. Le clou du spectacle reste les explications de notre ami Neil : en fouillant dans son sac, Anna découvre une marionnette à l’effigie du voisin. Ce dernier lui explique alors qu’il a géré son deuil en devenant ventriloque. Oui, oui.

© Netflix

#3. L’homme à tout faire au sombre passé…

The Woman in the House repose sur le concept du whodunnit (qui l’a fait), et pour que le show tienne sur huit épisodes, il faut créer des fausses pistes. Buell (Cameron Britton), l’homme à tout faire d’Anna, qui passe le plus clair de son temps à trafiquer la boîte aux lettres de cette dernière (pour la blague, ça, on a compris), en est une.

Mais alors on n’était pas prêt·e·s pour la nouvelle bourde de l’ex-mari d’Anna (dont on n’a pas fini de vous parler). Dans l’avant-dernier épisode, on apprend l’origin story du gaillard : il a été embauché par Douglas, psychiatre judiciaire, d’abord pour créer pour Anna un chevalet sur-mesure, puis pour s’occuper de la maison en général.

Ce que le mari n’avait pas précisé à sa femme, c’est que Buell avait passé plusieurs années dans une prison pour mineurs, pour un petit truc de rien de tout… avoir tué toute sa famille ! Mais apparemment, comme il n’est pas le tueur, Anna a toute confiance en lui. Quand elle apprend qu’il squattait son grenier "pour la protéger", elle lui pardonne ce "petit mensonge" dans le plus grand des calmes.

© Netflix

#2. Je rêve ou les scénaristes prévoient une saison 2 ?!  

Non, je n’ai pas rêvé. À la fin de ce grand n’importe quoi qu’est The Woman in the House Across the Street from the Girl in the Window, le mystère est résolu, Anna et Douglas ont droit à leur happy end et on pense en avoir fini avec cette série tirée par les cheveux. Que nenni ! Dans la dernière scène, notre anti-héroïne, qui a visiblement troqué le vin rouge pour la vodka, prend un vol pour aller voir sa pote Sloane à New York. Dans l’avion, elle a la stupeur de découvrir que sa voisine de siège n’est autre que… Glenn Close (l’actrice doit être amie avec Kristen Bell pour avoir accepté ce caméo plus qu’improbable).

En tout cas, Anna s’endort et quand elle se réveille, sa voisine a disparu. Elle se rend alors aux toilettes de l’avion, pour la découvrir morte. Mais le temps qu’elle fasse venir un personnel de bord, le cadavre a disparu. Ayant encore trop bu (on ne juge pas !), Anna pense avoir eu une hallucination, surtout quand le stewart lui explique que personne n’était enregistré à côté de son siège. Mais elle retrouve un étui à cigarettes dans le fond du siège, confirmant l’intrigue à venir, si jamais d’aventure la série était renouvelée pour une saison 2. Franchement, on n’a pas spécialement envie de voir The Woman in the House revenir pour une deuxième saison, MAIS on n’est pas à l’abri d’un twist si la série connaît un succès populaire et truste le top 10 de Netflix. Kristen Bell, on t’aime, mais pas à ce point-là, déso.

© Netflix

#1. Le pire mari de l’histoire des séries ever !

La palme des twists les plus cons et du pire personnage de mari ever dans une série revient sans nul doute à Douglas (Michael Ealy), le mari d’Anna. Voilà un profiler qui ne risque pas de faire de l’ombre à Clarice Starling ou Holden Ford ! Non seulement, il est clairement responsable de la mort horrible de sa petite fille (qu’il a laissée dans une pièce, seule, avec un tueur cannibale) et, pour une raison obscure, c’est Anna qui s’en veut tandis que lui semble avoir fait la paix tranquillou avec son inconscience.

Mais ce n’est pas fini : on apprend en fin de saison qu’il se fait passer pour le psychiatre d’Anna (qui, décidément vraiment trop sympa, le prend bien alors que c’est une invasion hallucinante de son intimité !). Ce n’est pas tout, rappelons que ce danger public a aussi embauché un homme à tout faire qui a tué toute sa famille dans sa jeunesse. Voilà, voilà.

© Netflix

Cerise sur le gâteau : alors qu’Anna est morte mille fois des mains d’Emma dans ce final épique, on nous explique que Douglas arrive pour la "sauver". Enfin, les deux tourtereaux se réconcilient sous une pluie battante (signe qu’Anna a vaincu son ombrophobie, ça, c’était bien trouvé). Un an plus tard, la boucle est bouclée, ils ont eu un nouvel enfant. Connaissant les états de service de Douglas, difficile de ne pas flipper devant cette séquence où il est seul chez lui à s’occuper du bébé, tandis qu’Anna prend un vol pour New York. Ça n’avait ni queue, ni tête, mais on s’est bien marrés quand même, avouons-le.

La première saison de The Woman in the House Across the Street from the Girl in the Window est disponible sur Netflix.

À voir aussi sur biiinge :